LA TRAVERSÉE DE PARIS EN ANCIENNES CE DIMANCHE ANNULÉE


 

Coup dur : la traversée de Paris annulée

 

Depuis l’an 2000, les passionnés de voitures anciennes de la région parisienne se retrouvent dans les rues de Paris pour voir les vieilles gloires retrouver les pavés et le bitume des grands boulevards ainsi que les principaux lieux de la capitale. Et depuis 21 ans, rien n’était venu contrarier la bonne organisation de cet évènement sympathique entre tous.

Car quoi de mieux que d’admirer des automobiles se déplaçant en douceur, parfois avec un peu de bruit, parfois avec quelques odeurs, voire quelques fumées pour les plus vieilles mamies devant les grandes places et les grands monuments parisiens sous les yeux enthousiastes des habitants.

 

 

Et cette année, les contraintes sanitaires ont fini par avoir raison de ce rassemblement populaire ! Le virus et la préfecture ont décidé de son annulation, au tout dernier moment, jeudi soir, alors que 700 voitures, quelques tracteurs et vélomoteurs faisaient rutiler leurs peintures et chromes, et que leurs processeurs faisaient leur dernière vidange et réglage d’allumage pour être sûr de franchir ce marathon de la route en grande forme!

« Nous avions une très belle organisation qui tombe par terre, notamment avec plus de 250 personnes pour déjeuner au Lido avec qui nous avions un partenariat » explique Michel Lemoine

En 2000, donc, l’association Vincennes en Anciennes sous l’impulsion de son président Jacques d’Andréa et de toute son équipe d’organisateurs (Thierry Briet, Michel Lemoine, Bruno Simoes, Patrick Gomez, Anne Quemy et tous les autres), décident de remettre les voitures de plus de 30 ans dans les rues de Paris

Pour fêter la nouvelle année, deux Amilcar emmènent 70 voitures dans leurs sillages…

A l’époque cela se limitait donc aux voitures d’avant 1970, et la déferlante de la voiture de collection n’avait pas encore recouvert la France…

« Il est à noter que pour cette première édition, aucune autorisation n’avait été nécessaire. Et nous nous étions parqués un peu n’importe comment au bowling de Paris pour déjeuner » se souvient Michel Lemoine.

Eh oui, c’était comme cela à l’époque…

Depuis, il a fallu gérer le succès. Ce ne sont plus 70 voitures qui sillonnent la capitale le premier dimanche de janvier, mais 700, dix fois plus donc.

 

 

Les autorisations sont indispensables et l’organisation s’efforce d’être plus rigoureuse : départ encadré depuis l’esplanade du Château de Vincennes ; l’arrivée dans le parc de l’observatoire de Meudon avec le piquenique géant ; roadbook qui s’affine d’année en année en devant jouer avec les contraintes édictées par la mairie…

Il a fallu tenir compte également des éléments difficiles à gérer : les arrêts intempestifs des équipages pour des cafés-croissantset des apéritifs sur les plus grandes places de Paris, sous l’œil débonnaire des forces de l’ordre ; la forte multiplication des suiveurs non inscrit qui faisait gonfler de plus en plus sérieusement le nombre de voitures en circulation.

 

 

Mais tout cela se passait naturellement, baignant non pas dans un bain d’huile de vidange, mais dans la bonne humeur et lasympathie.

 

 

Les histoires s’échangent entre les voitures, mais aussi avec le public présent qui, n’en déplaise à certains édiles, continue à se passionner pour la chose mécanique et aime aussi à se remémorer des souvenirs d’enfance dans ces voitures.

Pour satisfaire cet engouement, Vincennes en Anciennes avait décidé depuis bien des années, doubler la traversée de Paris : une en hiver et une en été, pour le plus grand bonheur des décapotables (qui restent trop souvent capote installée en hiver).

 

 

De nos jours, les véhicules d’avant 1991 peuvent prétendre au statut de collection. Ce qui augmente encore et toujours encore le parc des participantes.

Cette Traversée de Paris n’est peut-être que reportée, tous nous l’espérons.

« Nous allons essayer de l’organiser en mars et de maintenir celle de l’été » confirme Michel Lemoine.

 

 

Mais les nuages noirs sanitaires et écologiques obscurcissent de plus en plus ce type de rassemblement, pourtant recopié aujourd’hui dans plusieurs autres grandes villes. Espérons que nous sortirons rapidement de la pandémie et que les intégristes écologiques laisseront les passionnés de voitures anciennes se faire plaisir en se rassemblant deux fois par ans, pour réaliser un Grand Spectacle gratuit d’Histoire Animée…

 

Texte :  Patrick MARTINOLI

Photos : Daniel NAULY

 

 

NOTRE ARTICLE SUR L’EDITION 2021

LA 21eme TRAVERSÉE DE PARIS

 

 

Auto Historique

About Author

gilles