AL ATTIYAH ET LOEB DOMINENT LA 1ére ETAPE… PETERHANSEL DÉJÀ A L’ARRÊT

 

FLASH

 

Le pilote Qatari Nasser Al-Attiyah, navigué par le Français Mathieu Baumel, déjà victorieux la veille

il fait combien de temps samedi 1er janvier, du prologue et grand favori de cette 40éme édition du rallye Dakar, s’est à nouveau imposé ce dimanche 2 janvier, en remportant la 1ére étape !

 

BELLE PERFORMANCE DE SEB LOEB

 

Au volant de son Toyota, il triomphe en auto, à l’arrivée de la première spéciale du Dakar-2022, à Ha’il, l’emportant avec plus de 12 minutes d’avance, sur le Français Sébastien Loeb désormais navigué lui par un nouveau co-pi sur ce Dakar, le Belge Fabian Lurquin, qui pilote lui, l’un des trois BRX Hunter, de l’équipe Prodrive.

Bien conseillé et navigué par Fabian Lurquin, lequel lui a bien éviter les multiples pièges de nav, aux environs du kilomètre 260, l’Alsacien débute bien son sixième Dakar !

Ensuite, il n’a plus eu qu’à suivre les traces du Toyota d’Al Attiyah, parti – son choix – en quinzième position, et qui est bien remonté et revenu en tète, aprés avoir rattraper et doubler un à un, la totalité de ses rivaux !

 

IMMENSE GENTLEMAN NASSER AL ATTIYAH

 

Nasser qui confiait:

« C’était vraiment une première étape très compliquéeC’était très piégeux dès le départ. Mathieu a vraiment fait un super boulot. De nombreuses traces partaient à droite et il m’a assuré qu’il fallait rester à gauche. Et il avait raison. C’est une très bonne entrée en matière pour nous. On a poussé au maximum pour avoir un très bon temps et je pense qu’on peut dire qu’on a vraiment fait du bon boulot aujourd’hui dimanche

 

 

Loeb, lui lâchait :

Cette première étape n’était pas annoncée comme la plus difficile mais honnêtement de ce n’était vraiment pas simple. On s’est fait avoir par deux crevaisons en début de spéciale donc sur la deuxième partie je n’avais pas le droit à l’erreur. Nasser m’a rattrapé, je roulais un peu cool. Une fois qu’on était derrière lui c’était un peu plus simple. Nasser et Mathieu sont vraiment forts. On les suit, on voit qu’ils se permettent de couper la piste, revenir dessus, tout le temps sur un gros rythme. Franchement c’était beau à voir. Surtout qu’après c’était plus sablonneux, il n’y avait plus de cailloux, donc on a roulé sur un bon rythme. On arrive finalement au bout dans de bonnes circonstances, c’est positif.

Mais ce parcours, une boucle de 333 km, tracée autour d’Ha’il, au nord de l’Arabie Saoudite, n’a pas été de tout repos pour bon nombre de leurs adversaires, victimes, soit d’ennuis mécaniques, soit d’incidents techniques, soit encore des sérieuses difficultés de navigation, avec à l’arrivée des écarts déjà considérables et importants!

 

STÉPHANE PETERHANSEL A L ARRÊT ….

 

Parmi les malchanceux de cette première journée, le vainqueur sortant ‘Monsieur Dakar, avec ses 14 succès, le Français Stéphane Peterhansel, lequel a perdu et concédé beaucoup de temps ce dimanche!

 

 

Obligé, aprés avoir arraché train arrière gauche de son Audi RS Q e-tron, lors d’un choc avec de grosses pierres survenu au kilométre 154, de stopper au cœur du désert, pour réparer, contraint d’attendre son assistance de longues heures !

Pour lui des l’étape d’ouverture, ses espoirs de victoire le 14 janvier, sa 15éme, se sont déjà évanouis et semblent désormais s’éloigner et impossible …

Parvenu au bivouac, il racontait sa mésaventure :

On a arraché le train arrière, attendu le camion plus de 4 heures pour réparer, on est reparti jusqu’à la neutralisation mais comme on était en retard, ils ne nous ont pas laissés finir la spéciale, on était déjà hors course»

Avant de préciser :

« Avant la casse, ça allait bien, bon feeling en termes de pilotage, on avait doublé trois concurrents, c’était un bon début de course mais ça n’a pas duré longtemps

Et Peter conclut :

« On est hors course maintenant mais on a un joker et on a le droit de repartir. Le seul but, c’est d’aider les voitures de l’équipe, éventuellement gagner des spéciales, mais on sait qu’on ne sera pas classé.

Dans le clan Audi, les coups durs se sont succédé puisque Carlos Sainz a également ‘ galéré’ et perdu plus de deux heures à jardiner à hauteur du km 250.

Relégué au 32éme rang du classement général, un nouveau triomphe d’« El Matador » au Dakar ressemble de plus en plus à un mirage…

 

SANDERS CONFIRME A MOTO

 

Dans la catégorie des motos, l’Australien Daniel Sanders, confirme lui aussi sa victoire au prologue et s’offre à nouveau comme Al Attiyah, une nouvelle victoire ce dimanche, devançant au guidon de sa Gas Gas, la Honda du Chilien Pablo Quintanilla qu’il précède de 2’07 et la KTM de l’Autrichien Matthias Walkner, troisième lui à plus de huit minutes!

Coté Français, le pilote Yamaha Adrien Van Beveren se classe au sixième rang

A retenir que comme en auto, le vainqueur sortant, l’Argentin Kevin Benavides qui pilote pour KTM, a lui aussi déjà perdu gros, concédant plus d’une demi heure (34’22) au vainqueur du jour !

 

François LEROUX

Photos : ASO -TEAMS

 

 LE CLASSEMENT DE LA 1ére SPÉCIALE DU 2 JANVIER

 

1 – Al-Attiyah/Baumel (Toyota) en 3h19’57”

2 – Loeb/Lurquin (Hunter) à 12’07”

3 – Prokop/Chytka (Ford) à 21’21”

4 – Alvarez/Monleon (Toyota) à 26’31”

5 – Vasilyev/Uperenko (BMW) à 27’52”

6 – Hapern/Graue (Mini) à 28’16”

7 – De Villiers/Murphy (Toyota) à 32’43”

8 – Przygonski/Gottschalk (Mini) à 40’50”

9 – Al Rajhi/Orr (Toyota) à 42’53”

10 – Depres-Perry (Peugeot) à 48’21”

 

 LE CLASSEMENT GÉNÉRAL PROVISOIRE LE 2 JANVIER 

 

1 – Al-Attiyah/Baumel (Toyota) en 3h30’53”

2 – Loeb/Lurquin (Hunter) à 12’44”

3 – Prokop/Chytka (Ford) à 22’39”

4 – Alvarez/Monleon (Toyota) à 27’42”

5 – Vasilyev/Uperenko (BMW) à 28’58”

6 – Halpern/Graue (Mini) à 29’37”

7 – De Villiers/Murphy (Toyota) à 33’33”

8 – Przygonski/Gottschalk (Mini) à 41’51”

9 – Al Rajhi/Orr (Toyota) à 43’40”

10 – Depres-Perry (Peugeot) à 48’53”

 

 

Dakar Rallye-Raid

About Author

gilles