HOWDEN GANLEY, L’ANCIEN PILOTE NÉO-ZÉLANDAIS, SOUFFLE 80 BOUGIES.

 

HOWDEN GANLEY à la fin de sa carrière actif comme constructeur avec ses TIGA © Manfred GIET.

 

Né le 24 décembre 1941, l’ancien pilote Néo-Zélandais, Howden GANLEY entre au club des octogénaires.

 Pour le Kiwi originaire de … Hamilton au sud d’Auckland, le sport automobile est devenu une véritable religion dès l’année 1955, alors qu’il était tout juste âgé de 14 ans, après avoir assisté au New Zealand GP, une épreuve ‘hors Championnat, disputée sur le circuit d’Ardmore à Auckland et qui avait vu le Prince BIRA du Siam, l’emporter et vaincre au volant d’une MASERATI F250.

 Cette course avait eu sur lui le jeune garçon qu’il était, l’effet d’un virus alors que dans son pays le sport national est depuis toujours le rugby véritable institution, avec l’éclosion des fameux All Blacks au palmarès éloquent et qualifiés de meilleure nation de Rugby au Monde.

 Dès son adolescence, Howden n’arrêtait de bricoler sur tout ce qui avait des roues et un moteur si bien qu’à l’âge de 20 ans, il décida de se rendre en bateau … à l’autre bout du monde, en Angleterre considérée déjà à l’époque comme le véritable berceau du sport automobile, pour se lancer dans ce qui était devenu chez lui une déviance et le tout avec un billet de 50 £ en poche, mais avec beaucoup de talent et d’abnégation comme seule fortune !

 Au départ, il s’illustrera grâce à ses talents de mécanicien en préparant des F3? avant d’acquérir une BRABHAM BT21 en 1967,  avec laquelle il participera occasionnellement à des épreuves de F3 avant de persévérer et de trouver un volant en F 5000 sur une MC LAREN privée, au volant de laquelle, il deviendra vice-champion derrière l’Anglais Peter GETHIN.

 

RÊVE CONCRÉTISÉ.

 

Ce titre de dauphin en F 5000 Britannique lui permettra d’accéder à la F1, en étant embauché en 1971 chez BRM pour piloter une YARDLEY P153 comme pilote ‘’junior’’ auquel il fit honneur en récoltant quelques points comme au GP d’Italie à Monza où il termina 5ème à 0,6 seconde du vainqueur GETHIN lors d’une arrivée qui est restée historique dans les annales de la F-1 et de confirmer ensuite par une belle quatrième place au GP des USA à Watkins Glen tout cela sur une BRM dont le châssis n’était pas de prime jeunesse.

 L’année suivante il remit le couvert chez BRM MARLBORO cette fois mais malheureusement il dut souvent se débattre avec une P 160C peu performante sur laquelle il ne put faire mieux que 4ème au GP d’Allemagne au Nürburgring et 5ème au GP d’Autriche à Zeltweg.

 En 1973 il se laissa attirer par Frank WILLIAMS qui souhaitait profiter des talents de metteur au point de GANLEY pour développer la ISO MARLBORO basée sur le châssis POLITOYS que le passionné responsable du Team éponyme avait engagé en 1972.

 Un projet qui hormis un sixième rang et 1 point au Championnat du Monde au GP du Canada se solda pour le Kiwi par une saison minable avec 6 abandons sur 13 participations.

 Désabusé il quitte le Team WILLIAMS pour trouver refuge chez MARCH sur la nouvelle 741 qui allait s’avérer comme autre désillusion au bout de 2 GP au cours desquels il allait d’abord tomber en panne sèche dans l’avant dernier tour du GP d’Argentine à la porte des points et abandonner dès les premiers tours du GP suivant au Brésil deux semaines plus tard.

 Pour GANLEY c’en était trop et il préféra mettre les voiles au profit de Vittorio BRAMBILLA qui en plus arrivait avec son sponsor personnel BETA.

 Approché ensuite par deux jeunes constructeurs japonais Kenji MIMURA et Masao ONO pour dégrossir la MAKI F101 le néo-zélandais qui adorait les challenges accepta de collaborer à ce nouveau projet mais dut se rendre rapidement à l’évidence que faire progresser cette construction était un gros chantier.

 Non qualifié au GP d’Angleterre pour sa première sur une voiture pataude au poids excédentaire de quelques 150 Kg par rapport à ce qui se faisait de mieux chez les concurrents sa deuxième tentative pour parvenir à qualifier cet épouvantail sur le terrible Nürburgring lors du GP d’Allemagne 1974 faillit tourner au drame après un bris de suspension qui l’envoya avec de sévères fractures aux deux chevilles à l’Hôpital d’Adenau où il fut rejoint le dimanche par Mike HAILWOOD sorti violemment lui aussi sur sa Mc LAREN M23 durant le GP.

 Ainsi se termina de façon impromptue la carrière en F-1 de Howden GANLEY qui à l’époque faisait partie du fameux quatuor Néo-Zélandais, que formaient Bruce Mc LAREN, Denny HULME, Chris AMON et lui-même, dont le talent et l’ingéniosité, étaient toujours présents partout là, où ils se produisaient au point de se voir qualifiés de ‘’Kiwi Connection’’ au pinacle du sport automobile.

 


Howden GANLEY- 1000 Km du Nürburgring 1975 -MIRAGE-GR7 du GELO RACING- 2ème avec Tim SCHENKEN- © Manfred GIET

PODIUMS EN ENDURANCE AVANT DE PASSER DANS LE RANG DES CONSTRUCTEURS.

 

Comme c’était la coutume à l’époque la majorité des pilotes étaient de style plutôt éclectique qui n’hésitaient pas à se diversifier dans les différentes catégories que leur offrait le sport automobile.

 Une  aptitude que maîtrisait parfaitement GANLEY toujours disposé à concourir dans des disciplines aussi variées que le CANAM, l’Interserie ou le Championnat du Monde des Marques où malgré des scores vierges de victoires, cela ne l’empêcha pas d’obtenir quelques beaux podiums comme aux 24 Heures du Mans 1972

 

24 Heures du Mans 1972-Doublé Matra- Photo-Michel-Picard

 

Où il termina deuxième avec François CEVERT au volant de l’une des MATRA MS670, offrant ainsi à la firme Française un formidable doublé avec lavictoire de la paire constituée d’Henri PASCAROLO et de GrahamHILL

Second également aux 1000 km de Spa et au Nürburgring, là, où en 1975 sur une MIRAGE et pour son retour après une longue convalescence, suite à son terrible accident neuf mois plus tôt, il termina à nouveau deuxième sur ce qui restera malgré tout comme l’un de ses circuits fétiches.

 

TIGA-GC85 de Spice-Bellm-Galvin- Victorieuse aux 24 Heures du MANS 1985 en catégorie C2 © Manfred GIET. 

 

 Dès sa fin de carrière en 1978, il projeta de mettre à exécution son projet de constructeur qu’il forgeait depuis quelques années en s’associant au pilote et ami Australien Tim SCHENKEN, pour fonder la société TIGA, acronyme des deux premières lettres du prénom de SCHENKEN et du nom de GANLEY, où furent construits des Formules FORD, des Sports 2000, Formules Atlantic, CAN/AM et Groupe C2.

 Dans cette dernière catégorie la TIGA GC85 de SPICE-BELLM-GALVIN remporta même une victoire de classe aux 24 HEURES DU MANS 1985.

 Malgré son âge avancé et toujours bon pied bon œil, Howden GANLEY honore encore occasionnellement de sa présence, certaines épreuves historiques, aussi prestigieuses que le Festival of Speed de Goodwood, où il reste toujours un invité bienvenu.

 Happy Birthday Howden !

 

Manfred GIET-

Photos : Publiracing Agency 

 

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles