HILL CLIMB MASTERS DE LA FIA : GEOFFREY SCHATZ EN ARGENT, LES FRANÇAIS EN OR

 

 

Dans le sillage de leur triple Champion, meilleur temps des essais puis de deux des trois montées de course, les pilotes tricolores ont remporté le classement par équipes lors des Masters FIA de la montagne courus le week end dernier à Braga, au nord du Portugal, sur les lieux d’une ancienne épreuve du Championnat d’Europe.

La 4ème édition de cet événement biennal a rallié tous les suffrages en sachant être sportif, spectaculaire, festif, solennel, convivial et populaire.

 

Devant de G à D : Kevin Petit, Fabien Bourgeon, Geoffrey Schatz, Ronald Garcès et le capitaine de l’équipe de 4 Jean-Marc Roger
Derrière : Sarah Bernard, Pascal Cat, Maxime Cotleur, Cyrille Frantz, Aurore Dodille, Stéphane Garcia, Elodie Lafosse, Jean-Pierre Pope, Yves Tholy, Baptiste Tognet-Bruchet et Nicolas Werver

Outre Geoffrey Schatz (sur Nova Oreca turbo), Fabien Bourgeon (sur un prototype de sa conception), Kevin Petit (sur Norma BMW 4 Litres) Seb Petit et Ronald Garcès (Champion de France production sur Audi R8 Ultra) étaient les 4 pilotes parmi les 16 Français présents retenus pour la « Coupe des Nations ».

Le classement ne se jugeant pas sur la performance brute mais sur plus le plus faible écart entre les membres de l’équipe, son capitaine Jean-Marc Roger (Président de la commission FFSA montagne) a fait des choix plus inspirés que ses collègues Italiens ou Polonais dont les pilotes ont dominé, voire écrasé certaines catégories.

La Coupe des Nations est venue récompenser les Français d’une performance d’ensemble pour laquelle tous se sont surpassés dans l’aspiration du superbe combat mené par leur héros – le multiple Champion de France de la Montagne en titre – Geoffrey Schatz, qui a débriefé pour AutoNewsInfo, sa dernière course de la saison 2021 et esquissé l’avenir.

 

GEOFFREY SCHATZ LE ‘ CAPTAIN’

 

Quelle était votre stratégie pour cette grande bataille face aux « Italiens volants » ?

« La précédente datait de 2019 en Slovénie, où je m’étais placé entre eux mais derrière Faggioli, que j’ai battu cette fois. Sur la piste très rapide et ultra technique de Braga, je savais qu’il fallait partir sur un rythme élevé pour ne pas avoir à courir derrière eux. Ca m’a réussi aux essais, que j’ai terminés en tête et j’ai pu leur maintenir la pression toute la course. Elle s’est finalement jouée à très peu de chose. Je garde un regret pour ma 2ème montée un peu en retrait, mais aussi la satisfaction d’avoir fait le meilleur temps de la dernière. »

Comment situiez-vous le rapport des forces avec vos adversaires ?

« Pour être bien armé face à Merli et Faggioli, je disposais de deux sets de mes pneus habituels cette saison et de deux autres de développement pour les tester à Braga. Malgré des motorisations très différentes, nos performances étaient vraiment très proches. Ce n’était pas le cas avec machines de guerre ultra légères des Anglais, qui nous auraient dévorés s’ils avaient eu plus de montées pour s’adapter à un tracé très différent des leurs»

Quel souvenir garderez-vous de ces Masters au Portugal ?

« Celui d’une organisation sans faille, d’un public fantastique et d’un paddock splendide : nous avons vécu un week end de rêve dans un très bon esprit sportif entre passionnés de toute l’Europe. C’était vraiment le top de la discipline et c’est de rencontres à ce niveau qu’elle a besoin pour avancer encore plus haut. Il faut trouver plus de moyens d’encourager l’organisation de tels événements »

Comment envisagez-vous votre prochaine saison ?

« Il est prévu que le règlement FIA bridant les moteurs turbo s’applique en France en 2023. Nous savons déjà que le moteur ORECA de ma NOVA n’est pas adaptable au bridage actuel, et qu’il faut prévoir son remplacement. Entre-temps, je garderai la voiture inchangée en 2022 pour défendre mon titre de champion de France face à une concurrence qui aura bien progressé. »

Et à partir de 2023 ?

 « Je me verrais bien faire l’Europe, mais j’ai d’autres idées en tête et il faut maintenant que je m’organise pour pouvoir les réaliser. Cela dépendra de mes partenaires (NOVA pour le châssis, ORECA pour le moteur et AVON pour les pneus), auxquels, tout en restant pilote amateur,  je dois assurer un retour de ressenti technique, de résultats et d’image. »

 

Propos recueillis par Jean-Paul CALMUS

Photos : Nicolas MILLET 

 

About Author

gilles