ROMAIN GROSJEAN ‘POUR COURIR À INDIANAPOLIS JE DOIS TOUT APPRENDRE !

 

L’arrivée et l’entrée en piste pour ROMAIN GROSJEAN ce mercredi 6 octobre 2021

 

L’ancien pilote de Formule 1 Romain Grosjean, qui a participé à 13 des 16 courses de la saison 2021 du Championnat des monoplaces US de l’INDYCAR Séries, a effectué ce mercredi 6 octobre ses premiers tours sur le célèbre ovale d’Indianapolis Motor Speedway, lors du programme d’orientation des ‘ rookies’ 500 qui n’ont encore jamais roulé sur l’ovale d’Indianapolis.

 

 

A l’issue de cette découverte, le pilote Français nouvellement enrôlé par le Team Andretti Autosports, pour disputer la totalité de la saison INDYCAR 2021, donc dans son intégralité, ce qui n’était pas le cas cette année, où Romain Grosjean qui pilotait pour l‘écurie Dal Coynr, n’a roulé que sur un seul ovale, celui de Gateway, où il s’est classé à une honorable quatorzième place, s’est entretenu avec un petit groupe de journalistes, pour faire une première analyse de ces premiers tours de roues à INDY !

 

 

Nous vous avons vu prendre un selfie avec Jimmie Johnson. C’était cool.

Romain Grosjean : « C’est ce que j’aime en INDYCAR. Nous nous entendons toujours bien ensemble, c’est une bonne famille. Jimmie, je le respecte beaucoup, évidemment, avec tout ce qu’il a fait en NASCAR. Mais je suis très impressionné par la façon dont il s’est amélioré en INDYCAR qu’il découvrait comme moi en 2021 et tout au long de la saison, en particulier les deux dernières courses, où j’ai été assez étonné par son rythme et son art de la course. Quand j’ai su que je venais tester ici, je lui ai envoyé un message disant : « Je suis fier de partager la piste avec vous pour la journée. » Je suis un grand fan de sa carrière NASCAR, et il sait ce qu’il fait sur les ovales, donc c’est cool d’être ici avec lui. »

Avez-vous déjà vu une voiture faire le tour de l’ovale d’INDY dans le sens inverse des aiguilles d’une montre ?

Une pause pendant qu’il réfléchit.

Romain Grosjean : « J’ai vécu ici cet été, alors j’ai vu quelques trucs (il sourit). J’ai fait du vélo sur la piste, j’ai fait le tour, je suis allé dans les tribunes. Je suis allé au gymnase du bâtiment administratif. J’ai été au-dessus des suites (au-dessus des garages F1). La seule chose était que la pagode était fermée, mais j’ai pu le faire pendant le gala REV. Je connais à peu près la plupart de la piste. »

 

 

J’aime que vous alliez au gymnase dans le bâtiment administratif de l’IMS (Indianapolis Motor Speedway).

Romain Grosjean : « J’aime cette salle de sport. C’est très calme. C’est super utile de l’avoir ici avec un accès gratuit pour nous tout le temps. »

 

 

Quels sont vos sentiments et émotions alors que vous conduisez maintenant une voiture de course sur l’ovale d’INDY ?

Romain Grosjean : « Les émotions des ovales pour moi sont très nouvelles même si j’ai fait une course (débuts août au World Wide Technology Raceway de GATEWAY). J’ai juste l’impression que ce n’est pas quelque chose de particulièrement confortable. Ce n’est pas comme des courses sur circuits ou une course en ville, type Long Beach, où je sais quoi faire et je sais comment progresser. Or ici je dois tout apprendre. C’est marrant. Je n’étais pas rapide, mais le tour était toujours à 200 m/ph, ce qui est rapide, mais je n’en ai pas l’impression. On n’a pas l’impression que c’est si rapide. C’est fluide et ça coule. Vous pouvez imaginer pendant la course comment puis-je planifier le mouvement, comment puis-je donner de l’élan. Pour se qualifier, oui, c’est sûr que ça doit être… joli quelque chose. »

Ces premiers tours se sont déroulés à une vitesse assez basse. Qu’est-ce que ça faisait?

Romain Grosjean : « Honnêtement, je ne me sentais pas trop mal dans le premier tour avec l’expérience de ma course au World Wide Technology Raceway de GATEWAY, où la voiture est vive à cause du rayon du virage et vous freinez dans le virage 1. »

Pensez-vous à vos compatriotes, Jules Goux, le vainqueur de l’INDY 500 en 1913 ou à Gaston Chevrolet, le champion de 1920, lorsque vous êtes ici à INDIANAPOLIS ?

Romain Grosjean : « Je pense plus à Simon Pagenaud, pour être juste. Les gars que vous avez mentionnés, je sais qu’ils ont gagné, mais c’était il y a 100 ans. »

Avez-vous discuté avec Fernando Alonso de la possibilité de courir sur l’ovale d’INDY ?

Romain Grosjean : « On a parlé d’INDYCAR quand je suis allé à Spa-Francorchamps. Nous n’avons pas parlé d’ovales mais nous avons parlé des parcours routiers, du comportement de la voiture et du physique. Il a testé à Barber, ce que je ne connaissais pas. Il me disait que dans les virages 12 et 13, il ne pouvait pas tourner le volant. Je suis content de savoir que je ne suis pas le seul. Nous n’avons pas trop parlé du ‘500’. Nous avons tous suivi depuis l’Europe quand il est venu ici. J’espère que je pourrai faire aussi bien que lui et aller un peu plus loin dans la course, tourner longtemps. »

 

 

Michael Andretti a travaillé avec Kurt Busch et Fernando Alonso, et son conseil aux nouveaux pilotes sur ovales, a toujours été de faire confiance à votre feeling. Considérez-vous ce bon conseil?

Romain Grosjean : « En tant que pilote de course, nous avons toujours décidé du niveau de risque que nous voulions prendre, et c’est à nous de tracer la ligne. Mais oui, je pense que vous ne pouvez pas essayer de faire quelque chose qui n’est pas possible. Sur un parcours routier, j’ai l’impression que parfois vous pouvez essayer de faire de la magie. Sur un ovale, je ne pense pas que ce soit quelque chose que vous vouliez essayer. »

Qu’est-ce que ça fait d’entrer dans la maison Andretti Autosport ?

Romain Grosjean : « Toute l’année 2021 a été incroyable, et c’est ce que je me dis tous les jours. D’où vous venez, où vous êtes aujourd’hui, soyez simplement reconnaissant. Depuis le crash en F1 à BAHREIN, j’ai vu la vie différemment. Pouvoir courir pour Andretti, pouvoir représenter DHL, qui est une énorme marque à travers le monde. Je vois leurs couleurs sur les voitures depuis toujours, de Penske au WTCC en passant par la F1. Ce sont des couleurs que je connais depuis longtemps. Pouvoir les porter signifie beaucoup. Je suis fier de mon travail pour y être parvenu. »

 

 

Voilà le premier bilan dressé par Romain GROSJEAN qui participera donc en 2021, à toutes les manches de l’INDYCAR Séries 2022, dont celles sur les ovales, comme le plus prestigieux mais aussi le plus redouté, celui d’INDY, que le Français a donc enfin découvert en ce mercredi 6 octobre 2021 !

Romain qui conclut : « Pour courir ici à INDIANAPOLIS, je dois tout apprendre….»

 

Peter GRISWOLD

Photos : INDYVAR – TEAMS

 

About Author

gilles