MOTOGP 2021 AUX USA : LE VENDREDI POUR MARC MARQUEZ, QUARTARARO TROIS

LE SHÉRIF EST LA!

 

La nuit dernière, en rentrant d’un magnifique concert Beethoven, donc vers une heure du matin french time, je suis allé voir la météo à Austin, 32 degrés et température de piste 42 ! Ce qui est en effet ce qui était un peu craint par Michelin qui s’est fendu d’une deuxième version pour les pneus arrière.  Et ce qui eût pu donner de très belles courses sur ce très rapide circuit.

Pendant la journée de ce vendredi (french time toujours) j’ai regardé à nouveau ce qui se passe au COTA, on s’est réveillé le matin à Austin avec de la pluie, 20 degrés dans l’air et 23 sur la piste.  Ce qui est encore humain, mais désagréablement humide.

Et quelques heures plus tard, à 9h local time, le Moto3 attaque sa première séance de qualif dans les mêmes conditions !

Je me souviens, lorsque je commentais la F1 sur TF1 être arrivé sur un circuit très lointain et avoir dit à la sortie de l’avion que ça valait vraiment le coup de se taper treize heures de zinc  pour recevoir la pluie sur la g…

Antonelli s’est montré le meilleur devant Salac et un étonnant Surra (qui sera membre de VR46 en 2022, on a toujours du pif chez Rossi…).

Côté stars, Acosta s’est mis au tas et est onzième temps (à presque deux secondes d’Antonelli, sous la pluie les écarts sont énormes) Foggia est dix-huitième temps, à presque quatre secondes…

En MotoGP, la pluie et le circuit à gauche (et le talent !) ont mis Marc Marquez meilleur temps (toute la session a été roulée sur pneus pluie), devant Miller à un dixième et demi et Zarco à quatre dixièmes.

Bagnaia est à une seconde quatre, huitième, Quartararo est quinzième temps à deux secondes trois. C’est clair, les deux héros du MotoGP n’aiment pas la pluie matinale…

En Moto2, de grosses traces de séchage apparaissent sur la piste, on voit même un bout de ciel bleu et tout de suite tout remonte, 31 sur la piste !

Les duellistes du titre, Gardner et Raul Fernandez sont d’une discrétion absolue, ils commencent à bouger à douze minutes du bout de séance ! Raul termine meilleur temps, Gardner est à une seconde…

AFTERNOON BEAUTIFUL FOR MOTO3 ET SALAC (KTM)

 

L’après-midi commence bien, la piste est à 39 degrés, le ciel est blanc clair, la température extérieure est à 29 degrés ! Et ce sont les Moto3 qui vont attaquer les chronos qui comptent, ceux du matin seront ridicules.

Il est 13h15 à Austin, 20h15 à Paris. D’ailleurs, les prévisions météo sont plus généreuses pour le week end, samedi est passé de 80% à 50% de pluie, dimanche à 10% avec des températures qui vont monter de jour en jour.

La veille, Jack Miller a fait le circuit à pieds (ce qui e fait dans tous les sports mécaniques) il a découvert que les bosses ont peu diminué, mais pas en totalité, il y a des fissures partout !

En fait la raison est que les travaux ont été réalisés trop vite le sous-sol n’est pas stabilisé, même les parkings et les voies d’accès sont devenus gondolés …

Ce qui rappelle un peu, pour ceux d’entre vous qui connaissent le coin, les routes complètement déformées du nord de la France et en Belgique car construites sur d’anciennes galeries de mines !

Grâce au sol sec, on est pratiquement quasiment quinze secondes au-dessous des chronos du matin !

Quelque part tant mieux, si ce temps tient l’après-midi, tout le monde aura roulé en pneus pluie et maintenant les réalités reprennent le dessus. Foggia, Fenati, Acosta sont sur sept dixièmes…

Le retour des historiques en somme… On se retrouve vite avec un Acosta meilleur temps devant Foggia, les deux leaders au général, il y a dix-sept millièmes entre les deux pilotes !

Evidemment comme on ne sait pas vraiment le temps qu’il fera samedi matin, on cherche surtout à finir dans le quatorze premiers, qui iront direct en pole.

Foggia pète trois fois de suite la pole provisoire, Acosta répond, quatre dixièmes derrière son challenger italien. Truc incroyable, Antonelli qui a fait le meilleur temps sur piste mouillée le fait aussi sur piste sèche, sérieux client à venir le garçon…

Au final, meilleur temps pour Salac, Antonelli et Foggia. Acosta est à cinq dixièmes de Salac, quatre de Foggia…

C’est donc une KTM qui termine cette journée devant, la marque cache déjà d’autres motos, qui sont des KTM, Gas Gas et Husqvarna, l’an prochain, j’en reparlerai la semaine prochaine, il y aura aussi deux KTM engagées sous les couleurs chinoises…

Pas grave il n’y a pas de loi « anti trust » en MotoGP…

MOTOGP DRY (SEC) POUR MARC MARQUEZ

 

Là, je l’ai dit quelques lignes plus haut, il faut absolument assurer dans les dix premiers de la séance, pour éviter le samedi matin potentiellement humide.

C’est Fabio Quartararo qui est content de voir arriver une piste sèche à un moment crucial du GP ! Dans les tribunes, les rares spectateurs, hommes et femmes, sont en short et en tee shirt, la tenue « young » officielle dans le sud du Texas urbain (à la cambrousse, on pratique un une langue américaine incompréhensible et on porte le Stetson…).

C’est Martin qui ouvre le feu (en Soft/Medium !). Et voilà Fabio, dans son premier tour rapide !

Les motos sont quasiment toutes en Hard devant, à l’arrière on est majoritairement en Medium. Et Zarco prend le meilleur temps !

Bon, on se calme, on est début de session. D’ailleurs voilà Marquez qui est le shérif quasiment imbattable ici !

Miller descend le tour de trois dixièmes mais Marquez, enfin le vrai Marquez, redescend son chrono de huit dixièmes !

Effrayant on voit au ralenti la moto de Quartararo faire du motocross dans les bosses et le dénivelé énorme de cette piste. Il est 35 millièmes derrière Bagnaia, ils sont cinq et six, si l’on finissait la GP comme ça Fabio réaliserait un truc sublime en perdant un seul point !

 

FABIO HEUREUX… AVANT DE DÉCOUVRIR LA PISTE

 

Ce qu’il dira à la fin de la session est de l’humour à froid, glaçant:

« C’est plus ou moins le genre de circuit où j’ai l’habitude de m’entraîner en motocross, mais on passe beaucoup plus vite avec MotoGP, donc c’est très mauvais ! Je ne peux pas imaginer… nous avons dit il y a trois ans que la piste devait être resurfacée et cela n’a pas été fait correctement. Je ne sais pas quoi dire, mais c’est une mauvaise blague ! Selon moi la piste n’est pas une piste de MotoGP. Pour un tour, c’est OK, mais 20 tours, selon moi vous verrez qu’il y aura… de mauvais moments. Ils ont dit que les motos secouaient seulement beaucoup au virage 10, mais les bosses sont aux pires endroits possibles. Nous verrons bien !  Là j’ai pu choisir mes trajectoires mais quand on sera plusieurs ça va être une autre histoire ! Nous verrons bien. Il n’y a qu’une chose que je peux dire : selon moi, c’est dangereux ! C’est vraiment dangereux ! Pendant la course, je pense que les deux premiers tours seront le bazar, donc nous verrons bien ! « 

Bon on se calme, il reste une éternité de session, plus de 20 minutes… Je reste halluciné de voir les motos se faire secouer comme ça, elles roulent par endroits à 335 km/h !

Le freinage de la courbe 12, c’est là où Marquez est tombé pour laisser la victoire à Rins en 2019, embarque les motos comme un coup de vent sur un avion qui atterrit. Simon Crafar, le commentateur stands de MotoGP TV, ex pilote de GP, part en live sur un circuit aussi bosselé et encore plus en mauvais état qu’il y a deux ans !

Pendant que Marquez est au stand, Miller est remonté à un gros dixième du shérif !

A dix minutes du bout, là où tout le monde va commencer à envoyer du bois en oubliant les réglages sur moto, Quartararo est cinq, Bagnaia huit à plus de deux dixièmes du Français…

Quand je dis que ça devient n’importe quoi, on voit sortir pas mal de pneus Soft… Lecuona a fini par se jeter dans cette merde de courbe 12… Miller est en double soft sur le circuit le plus abrasif de l’année, on appelle ça des essais libres dont acte mais ça quand même un côté absurde… Nakagami est aussi en double soft, Bagnaia en soft arrière, les deux motos en double soft sont évidemment devant !

Oliveira et Aleix Espargaro se mettent au tas, drapeaux jaunes, tours annulés, dommage pour Fabio qui était en tour rapide. Quartararo a fait comme tout le monde, Soft à l’arrière, il est meilleur temps.

Dovizioso passe sixième temps à deux minutes du bout, bravo le vieux ! Marquez reprend le meilleur temps deux dixièmes devant Quartararo.

Dernier tour, Miller passe deuxième temps, Fabio est trois, Pol Espargaro quatre, Nakagami cinq, voilà un jour qui plait à Honda… et à Fabio Quartararo, Bagnaia est cinquième chrono, trois dixièmes derrière Fabio.

Marc Marquez meilleur temps sur le mouillé, sur le sec en pneus normaux et en pneus chewing gum, la légende est en marche, on l’espère en tous cas, en MotoGP on aime les héros…

Les spectateurs d’ailleurs font beaucoup de bruit ! Zarco est huit à une demie seconde de Marquez, la situation n’est pas encore parfaite mais s’améliore !

MOTO2 POUR RAUL FERNANDEZ

 

La piste est toujours à 40 degrés mais le ciel est plus dense. Il est très possible qu’avant la quasi canicule de dimanche, on roule samedi sous la pluie…

Dans cette cylindrée c’est juste une course comme les autres, on n’est pas en attente du retour du shérif… Donc on s’accroche moins aux chronos, encore que la lutte Gardner/Raul Fernandez pour le titre soit passionnante…

Les secousses, le dénivelé, les fissures de la piste sont moins sensibles, les Moto2 sont beaucoup moins puissantes que les MotoGP. On commence avec un trio Raul Fernandez/Lowes/Bezzecchi qui est assez « exciting ! ». Caméra arrière sur Fernandez, ça bosse fort (ouaf !) quand même…

Il y a un peu de public resté parce qu’en Moto2 il y a un pilote US, un ex héros du Superbike, Cameron Beaubier mais ça marche moyen, là il est 24ème temps. Il finira quatorzième et dernier qualifié pour Q2 !

Raul Fernandez colle sept dixièmes au reste du monde, en l’occurrence Lowes à 18 minutes du bout, Gardner est à une seconde cinq, attention garçon, certes il y a 34 points entre l’Ozzie et l’Espagnol mais ça peut aller très vite… ce Moto2 est le championnat le plus ouvert en cette fin de saison.

Peu à peu l’écart se réduit mais Raul Fernandez est toujours le patron. Gardner va devoir se cracher dans les mains, il est encore à plus d’une seconde de son challenger. Il reste quatre minutes. Il a dû m’entendre il remonte deux à deux dixièmes ! Sam Lowes est trois, beau trio…

Demain, on espère que la météo se trompe, encore que cela pourrait plaire à Zarco donc on n’espère rien, juste une belle journée de course !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP et DR

 

TOUS LES RÉSULTATS SUR

https://www.motogp.com/fr/Results+Statistics

 

 

Moto Moto2 Moto3 MotoGP Sport

About Author

jeanlouis