TROPHÉE DES ALPES 2021 : GUERRE CIVILE BELGE DANS LES ALPES

LA FAMILLE ZANIROLI A ENCORE FAIT FORT

 

Bon d’abord, c’est un principe chez moi, quand je me trompe j’écris que je me trompe. J’ai écrit hier que la dernière étape du Trophée des Alpes s’arrêtait ce soir en fait l’arrivée est bien demain soir au point de départ, le Grand Bornand.

Voilà on peut revenir à cette très belle course, signal de retrouvaille d’’amis et de funs du même sport dans un cadre grandiose, qui allait donc aujourd’hui de l’Alpe d’Huez à Brides-les-Bains, avec des conditions de route parfois difficiles et une météo peu généreuse. On sait que quand la montagne se fâche c’est comme le désert, il faut pas faire face, faut se faire discret et efficace. Je ne ferai aucun commentaire (quoique) sur le fait que dans des conditions peu estivales, les Belges se soient sentis à la maison et se soient livrés une lutte fratricide, astuce que je dois mettre de côté car se sentir à la maison quand on vient du « Plat pays qui est le mien », dans des endroits qui dépassent les 2500 mètres d’altitude, il faut vraiment avoir beaucoup d’imagination… ou beaucoup de talent, cette deuxième option est évidemment la bonne.

 

LES ARDENNES S’EST AU S.E., EN ROUGE AU SUD DE LIÈGE

 

Il faut ajouter pour être honnête qu’au sud de Liège il y a une région montagneuse peu haute mais terrifiante à passer, j’y ai vu de la grêle au petit matin d’un GP de F1 en Belgique au mois d’août, un endroit évidemment idéal pour aller s’entraîner aux mauvaises conditions météo. Ce qui ne veut pas dire qu’il y fasse tout le temps mauvais temps mais quand il fait mauvais temps c’est un coin qui ne s’oublie pas… Magnifique évidemment…

Le récit de mon ami Philippe Janssens.

« La tête dans les nuages, le Galibier s’est montré plus nébuleux que la veille. Pas question pourtant d’afficher grise-mine ! En basculant au sommet pour son retour en Savoie à l’occasion de cette 3ème étape, le Trophée des Alpes a retrouvé un ciel plus clément en glissant sur le versant nord, direction Brides-les-Bains. Mais entre sonorités d’échappement grande époque et coups de chevrotine, il y avait concurrence dans l’écho résonnant dans la vallée. Tant sur les lacets routiers qu’au plus profond des bois, la chasse était ouverte en Savoie ! On aurait pu espérer voir les fins limiers français recadrer les échappés belges. Il n’en fut rien. Tout au contraire, ce furent même nos cousins du Nord qui se livrèrent bataille. Tout au long de la journée, le trio de tête s’est rendu coup pour coup. André Lamotte et Joseph Pollet (Lancia Fulvia n°8) signent la victoire d’étape, pour se rapprocher à deux points seulement de la 2ème marche du podium, toujours occupée ce soir à Brides-les-Bains, par le duo Decremer-Lienne (Opel Ascona 2000 n°17). Quant à Yves Deflandre et Jean-Marc Piret (Porsche 944 n°1) les tenants du titre et leaders de cette édition depuis hier, ils conservent la tête. Avec dix points seulement séparant ces trois-là, le final jusqu’au Grand-Bornand promet une suspense total »

Et oui dix points en régularité c’est peanuts mais je connais l’équipage leader, ce sont des bijoutiers du truc…  et oui on sait que les Belges sont les rois de la BD, du diamant (à Anvers), du cyclisme, du motocross mondial et des courses de régularité, d’ailleurs ce qu’ils font ce n’est pas de la régularité c’est de la dentelle de navigation et de pilotage (la dentelle est d’ailleurs aussi un artisanat traditionnel en Flandre)…

Allez-on termine par un peu de culture général automobile : Il est évident que ce Trophée des Alpes est la reprise de cette fameuse Coupe des Alpes qui a longtemps été considérée comme la revanche du Monte Carlo.

 

 

Un peu d’histoire je cède à nouveau la plume à Philippe

« Le Trophée des Alpes est aujourd’hui la seule épreuve pouvant se montrer digne du grand héritage d’une épreuve légendaire comme la Coupe des Alpes. Créé en 1932 l’épreuve devra attendre l’immédiat après-guerre pour démarrer vraiment. Dès la libération, la passion de la compétition automobile revient et l’idée d’organiser une Coupe des Alpes nait. A cette époque, il n’y a plus rien: ni essence, ni pneus et que des autos anciennes qui ont échappées à la destruction ! Pas simple, d’autant plus qu’il faut des autorisations et des bons d’achats pour tout… Mais la Coupe des Alpes a inauguré en 1946, sans moyens mais en fanfare, la grande aventure des rallyes modernes d’après-guerre, et ceci plusieurs années avant toutes les autres épreuves internationales. L’aventure Coupe des Alpes a duré 24 éditions, jusqu’en 1971, organisée avec courage et ténacité par l’Automobile Club Marseille Provence. Cinquante ans plus tard, le Trophée des Alpes perpétue la tradition… »

Classements :http//.zaniroli.com/trophee-des-alpes/

Jean Louis BERNARDELLI et Philippe JANSSENS

Photos DR

Rallye Rallyes Historiques Sport

About Author

jeanlouis