MOTOGP : IANNONE NE LÂCHE RIEN

LE JUGEMENT DE IANNONE A ÉTÉ UN COUP TERRIBLE POUR APRILIA

 

 

Vite rappel des tristes faits, suite à un acte de dopage jamais prouvé et même déclaré inexistant par des labos spécialisés, ce Tribunal d’Inquisition du Sport qu’est le TAS, confortablement installé à Lausanne, a jugé sans appel Iannone coupable et l’a interdit de compète durant quatre ans, il pourra recommencer à courir en décembre 2023, autrement dit dans une éternité et c’est ce qu’a voulu ce tribunal, le mettre au cachot de l’oubli. On se croirait en plein Comte de Monte Cristo !

 

IANNONE ROULE A MISANO

 

Iannone n’est pas rital et mondain pour rien, on ne sort pas sans habit de soirée et on ne roule pas sans habits de lumière.

C’est ce que l’on a pu constater à Misano, ce circuit qui va recevoir deux Grands Prx d’ici peu (le 19 septembre et le 24 octobre) un endroit qui n’est pas aussi mythique que le Mugello qui se trouve près de Florence mais beaucoup de grands pilotes italiens sont nés ou habitent le coin, c’est un peu leur circuit favori.

Chez eux en somme. Iannone, lui est de Vasto, toujours côté Adriatique mais plus loin au sud. Le signal de Iannone est clair, qui aurait pu aller rouler partout où c’est permis moyennant licence et paiement au tour et en Italie les circuits ne manquent pas, mais il a choisi Misano qui sera le centre du MotoGP à deux reprises cette année dans cette région de l’Adriatique (à l’est du pays, à l’ouest la mer s’appelle Tyrrhénienne). C’est un morceau de Méditerranée quand l’Adriatique fait face à la Croatie, à la Slovénie, endroits superbes.

Iannone a roulé sur un Aprilia RSV4, le symbole de l’hyper sportive italienne et bien entendu pas un proto de course, mais du bas du carénage au sommet du casque, c’est à ses couleurs…

Naturellement cette moto porte son numéro fétiche, le 29. Il semble que l’on n’ait pas pris de chronos et c’est normal, rien à voir entre la plus performante des RSV4 grand public (un mot qui me fait marrer quand la moto vaut 22 000 balles en magasin) et les motos de course de la firme vénitienne (on la dit de Noale mais le bled est moche et tout proche de Venise, je trouve ça plus classieux…).

 

ET MAINTENANT…

LE PRÉSIDENT DE LA FIM EXERCERA T’IL SON DROIT DE GRÂCE?

 

Les musiciens savent que cette mélopée de Bécaud est une des plus difficiles à interpréter tout en ayant une apparence de simplicité terrifiante, ceci m’amène donc vraiment sur les circuits où tous les pilotes sans exception assurent que ce qu’il faut attraper c’est le rythme.

Voilà, Iannione est content, ses amis le sont et dans la moto on pourrait l’être car Iannione a certes 32 ans mais il est clair que cette année, le recrutement bordélique de la grille du MotoGP 2022, aurait été plus facile…

Par ailleurs, Iannone espère toujours une grâce présidentielle de la part de Jorge Viega qui hésite parce qu’aller contre le tribunal des sports est un coup à se retrouver brûler vif comme Giordano Bruno sur le Campo dei Fiori à Rome, où trône maintenant sa statue. Bruno était considéré comme hérétique par l’Inquisition, on est pleinement au cœur de l’histoire Iannone!

Et donc le président hésite. Il est à parier que la solution sera trouvée dans le secret des bureaux de la FIM mais si Iannone est enfin gracié, il y a peut-être de la place pour lui. Parce que rappelons-le, le MotoGP, depuis Stoner, a perdu un paquet incroyable de géants et il y a un peu pénurie de héros même si celui qui est tête de liste est français.

Cela dit, sur la marque Ducati pour laquelle courir a été une vraie joie, c’est foutu car on sait que la maison rouge est tombée dans un accès de jeunisme. Qui marche tellement bien que pour l’instant, le plus capé des pilotes rouges est…. le Français Johann Zarco, es plus vieux! Pas de beaucoup certes  mais il a un vrai challenge à relever lui aussi…

Benvenuto Andrea…

 

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : DR

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis