PLEIN FEUX SUR LA FERRARI 250 GTO DE LA COLLECTION BARDINON…

 

 

 

Notre amie Anne Bardinon, nous informe en cette fin d’été 2021, que la justice a enfin mit un point final à cette affaire de famille qui se déchirait pour la… Ferrari GTO de la Collection familiale Bardinon, celle que l’on nomme ‘LA JOCONDE’ de l’automobile !

La Cour de cassation vient en effet au milieu de l’été, de mettre un terme à un sacré litige concernant la succession de Pierre Bardinon, un riche collectionneur Français, décédé le 17 août 2012 à 81 ans (voir lien) et concernant l’une des sublimes Ferrari de sa riche collection, établi dans la Creuse, au musée du circuit du Mas du Clos, situé au Puids, prés d’Aubusson.

 

CIRCUIT DU MAS DU CLOS DE PIERRE  BARDINON – DES FERRARI GTO EN PISTE

 

Il s’agit d’une Ferrari GTO, le ‘Must’ des créations du regretté Enzo Ferrari, décédé lui le 16 août 1988, une voiture exceptionnelle – la plus chère du monde – à l’occasion de sa vente en 2014

Julien Dami Le Coz, l’avocat de l’héritière, Anne la fille de feu Pierre Bardinon, nous explique :

« C’est pour son père et dans le dessein de faire triompher la rectitude et la justice que Mme Anne Bardinon a mené ce combat judiciaire de sept années.

 

UN PEU D’HISTOIRE…

 

En 2014, Patrick Bardinon, l’un des trois héritiers de Pierre Bardinon, ce riche industriel dans le secteur de la mégisserie et  du cuir, propriétaire en Creuse d’une des plus grandes collections de Ferrari au monde – aprés avoir débuté avec des Jaguar à la fin de années 60 – avait vendu le 11 avril 2014, à un collectionneur Taïwanais, Monsieur John HSU, (au préjudice de l’indivision successorale Bardinon) l’une des multiples Ferrari, la plus cotée, une 250 GTO datant de 1964, et que le monde automobile a toujours ces dernières décennies baptisée  » La Joconde des Ferrari »

Une vente affichant un prix astronomique, atteignant la somme folle s’il en est … de 48 millions de dollars..

Une fois connue cette transaction, avait alors déclenché une querelle de fratrie entre Patrick le vendeur, sa sœur Anne et l’autre frère Jean François!

Lequel Patrick était ensuite poursuivi pour abus de confiance par Anne et Jean-François Bardinon, les co-héritiers, qui réclamaient la réintégration du montant  de la vente dans la succession de leur père, accusant leur frère d’avoir frauduleusement récupéré cette Ferrari 250 GTO, au décès de leur père le 17 août 2012 .

Rappelons que cette sublime Ferrari GTO 250, a été produite à seulement trois exemplaires en 1964 sur 39 fabriquées au total dans l’usine de Modéne.

 

RAPPEL DES FAITS

 

Dans un premier temps, le 7 mars 2019, le tribunal correctionnel de Guéret avait relaxé Patrick Bardinon.

Mais ensuite, la cour d’appel de Limoges, l’avait, elle condamné le 8 janvier 2020 à reverser 52 millions d’€ dans la succession !

Une décision confirmée ensuite par la cour de cassation. Effectivement, le 28 juillet 2021, la Chambre criminelle de la Cour de cassation, a rejeté le pourvoi en cassation formé par Monsieur Patrick Bardinon, mettant ainsi  définitivement un terme à ce litige!

« Par une décision du 28 juillet 2021, la Chambre criminelle de la Cour de cassation vient de ponctuer le contentieux qui opposait Madame Anne Bardinon (aux côtés de son frère Jean-François) à Monsieur Patrick Bardinon.

Elle a rejeté le pourvoi en cassation formé par Monsieur Patrick Bardinon, si bien qu’il est judiciairement et définitivement établi que celui-ci n’a jamais été le propriétaire du véhicule FERRARI 250 GTO 64 et que c’est, de manière fautive, qu’il l’a vendu, sans droit et à l’insu de ses sœur et frère, à Monsieur John HSU, en avril 2014, pour un prix de 48 millions de dollars.

Ce véhicule prestigieux composait l’extraordinaire collection de véhicules FERRARI que leur père, Pierre Bardinon, avait su façonner durant toute sa vie.».

 

LA PASSION DE PIERRE BARDINON

 

Au début, l’homme d’affaires jeta son dévolu bien sur vers Bugatti avant de s’intéresser à Jaguar puis de devenir à la fin des années soixante, un inconditionnel de Ferrari.

Non sans être resté aussi un amoureux de Bugatti !

C’est cette passion folle pour les belles bagnoles qui l’a poussé en 1963, à créer au cœur des contreforts du Massif Central, le circuit du Mas du Clos, lequel se situe sur la commune des Puids, à proximité d’Aubusson.

Puis d’y installer ce sublime Musée. Lequel  abrite très probablement la plus belle collection des bolides de Maranello, ayant triomphé dans les très prestigieuses 24 Heures du Mans.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : AutoNewsInfo – DR 

 

LE CIRCUIT DU MAS DU CLOS


MAS-DU-CLOS

 

NOTRE ARTICLE PRÉCÉDENT SUR LE RIFIFI AUTOUR DE LA VENTE DE CETTE FERRARI 250 GTO

http://www.autonewsinfo.com/2020/01/12/nouveau-remue-menage-dans-la-succession-de-la-collection-bardinon-du-mas-du-clos-317007.html

 

Evenements Flash Info Musée Personnalités

About Author

gilles