ENTRE LARMES DE JOIES ET… LARMES DE DÉSESPOIR CHEZ WRT AUX 24 HEURES DU MANS!

 

 

Stand de l’équipe Belge WRT de Vincent Vosse, à quelques minutes de l’arrivée, de la fin de ses toutes premières 24 Heures du Mans.

Ambiance de folie  avec des larmes de joies!

Pensez donc, alors que l’on s’achemine vers le dernier tour de la plus grande course d’endurance au monde, de la plus célèbre, de la plus prestigieuse… les qualificatifs ne manquent pas, les deux prototypes de l’écurie Belge caracolent en tête et vont alors que le Team découvre et débute en Sarthe, gagner et réaliser un sensationnel doublé dans cette épreuve magique, mythique !

Après s’être auparavant imposé et connu bien des succès dans les autres épreuves de 24 heures disputées en GT3, dont les redoutables 24 Heures du Nürburgring sur l’impitoyable Nordschleife des monts de l’Eifel, ou à domicile aux non moins redoutées 24 Heures de Spa, l’équipe WRT s’est lancé cette saison dans le monde de l’endurance au plus haut niveau, inscrit à la fois au niveau Européen en ELMS avec l’équipage formé du Polonais Robert Kubica, du Suisse Louis Deletraz et du Chinois Yifei Yé– victorieux au printemps à Catalunya puis au Red Bull Ring – mais également engagé aussi en mondial en WEC, avec le trio Robin Frijns, Ferdinand Habsburg et Charles Milesi.

Et si dès sa première participation, WRT s’est offert ce dimanche 22 août 2021 la victoire en prototype LMP2 aux 24 Heures du Mans, les hommes de Vincent Vosse étaient tous partagés entre les larmes de joies de ce formidable succès mais aussi malheureusement en ces ultimes minutes de cette fin de course par d’autres larmes de tristesse !

 

24-H-Du-Mans-2021-ORECA-07-N°41-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Car, hélas à l’intense émotion de la victoire à 16 heures, deux minutes plus tôt et après 23h58, alors que la première voiture la N°41 semblait sur les rails de la victoire et entamait son dernier tour, cette Oreca 07 41 de Kubica, Deletraz et Yé, filant tout droit vers le triomphe avec à ses trousses la voiture sœur, la N°31 qui allait offrir un exceptionnel doublé au WRT, en LMP2, soudainement   l’une des deux Oreca, la N°41 s’arrêtait et s’immobilisait, après le franchissement de la Dunlop, sur la piste, ne parvenant pas à repartir…

Stupeur et immense déception dans le stand WRT et pour l’équipage de cette 41, Robert Kubica, Louis Delétraz et Yifei Ye !

Malheureusement pour eux, le destin a frappé et le dénouement de cette 89éme édition des  24 Heures du Mans, a une fois encore rappelé que tout peut toujours arriver et survenir jusqu’au franchissement à l’ultime seconde du drapeau à damier…

 

24 HEURES DU MANS-2016- La TOYOTA TS050 abandonne à l’amorce de son dernier tour alors qu’elle avait course gagnée….

 

Faisant lors ressortir des mémoires le drame du 11 juin 2016, lorsque la Toyota qui filait vers la victoire – la 1ére de la marque Japonaise au Mans – s’était elle aussi immobilisée dans la ligne droite des stands et également à l’amorce de son dernier tour… abandonnant le succès à l’équipe Porsche !

Cette année et alors qu’il ne restait plus que deux minutes à Yifei Ye avant de franchir victorieusement le drapeau à damier, son Oreca N°41 s’est donc subitement arrétée dans la descente du virage de la Chapelle et en en raison d’un capteur d’accélérateur cassé !

Du coup, son partenaire, le Néerlandais Robin Frijns a incroyablement récupéré la tête de la course.

Mais rien n’était figé et joué car derrière lui, le fils de l’ancien brillant rallyman Suédois, Stig Blomqvist, Tom se rapprocher dangereusement…

 

24 HEURES DU MANS 2021- L’ORECA 07 N°31- Photo : Thierry COULIBALY

 

Et alors que quelques minutes auparavant on s’acheminait et vers la victoire et vers le doublé des WRT, soudainement  cet ultime tour risquait de faire capoter ce double succès amplement mérité, l’équipe de Vincent Vosse perdant  tout sur le fil!

C’est donc à un dernier tour de folie en LMP2 – le 379éme – qu’on a finalement assisté entre la  WRT 31 et l’Oreca N°28 du JOTA… Robin Frinjs franchissant la ligne d’arrivée en tête avec 0.727 seconde d’avance sur Tom Blomqvist !

Ayant failli écraser l’un des directeurs de course, Patrick Morisseau qui agitait en pleine piste le damier… Au vu des images TV, on peut parler de miracle…

Et surement imaginer qu’à l’avenir et comme dans toutes les compétitions, l’ACO décidera que le drapeau à damier sera désormais agité de la passerelle  comme c’est d’ailleurs le cas pour le départ !

 

VINCENT-VOSSE-WRT

 

Naturellement, c’est un Vincent Vosse particulièrement ému qui s’exprimait :

« C’est une journée fantastique, venir au Mans pour la première fois et gagner, c’est incroyable. Toute l’équipe a fait un travail remarquable. Bien sûr, il y a de la joie et de la tristesse, car ce fut une grande déception de voir la 41 s’arrêter à un tour de l’arrivée alors qu’elle avait la victoire en poche. C’est tout simplement cruel, et heureusement notre autre voiture était deuxième, mais c’est difficile de profiter pleinement d’un tel succès quand on est dans une situation comme celle-là. Pourtant, c’est une journée extraordinaire pour l’équipe, qui a fait un travail formidable, depuis la préparation de cette course et tout au long de la semaine. Si je dois en juger par le nombre de messages que nous recevons, on a vraiment accompli quelque chose ! »

A ses côtés, Robin Frijns, confiait, lui :

« Cela avait pourtant plutôt mal commencé pour nous, j’ai perdu du temps et des places dans les deux premiers tours sous une pluie battante, j’avais du mal avec la voiture, puis les choses sont allées dans notre sens et tout allait bien pendant la nuit et la matinée, jusqu’à ce problème avec les vérins de la voiture. Comme nous ne pouvions pas changer tous les pneus, l’équilibre de la voiture était affreux, puis nous nous sommes fait toucher par une Porsche et c’était encore pire. Pendant ce temps, la 41 volait vers la victoire et le dernier tour dramatique pour eux nous a remis en tête. Il y a des sentiments mitigés dans l’équipe, mais c’est la course. En ce moment, je suis juste épuisé… »

Ferdinand Habsburg, enchaînait :

« Vainqueur au Mans, ça ne me parait pas être une mauvaise ligne dans mon CV… Je pense que cela mérite quelques bières, une bonne Schnitzel et un gros câlin avec ma famille… Nous avons vecu une super semaine, la course était très longue et nous avons tout donné à chaque instant. Quand vous voyez que l’écart final était de sept dixièmes, vous vous rendez compte que chaque battement de cœur comptait. C’est tout simplement génial et je suis très heureux de faire partie de l’équipe WRT. J’attends avec impatience de nombreux autres grands moments comme celui-ci. »

Louis Delétraz, l’un des pilotes de la 41, indiquait lui :

« Je suis dévasté par le résultat, mais avant tout, je tiens à remercier chaleureusement Robert et Yifei pour leur travail fantastique, et féliciter notre voiture sœur et l’équipe. Nous avons raté le doublé, mais c’est un début fantastique au Mans pour le Team WRT. De notre côté, on a tout bien fait, on menait avec un gros écart et malgré ce qui s’est passé à la fin, tout le monde a bien vu notre compétitivité. Il n’y a aucun regret. Nous reviendrons plus forts et concentrons-nous maintenant sur la victoire en ELMS. »

En conclusion, on ajoutera que pour ses grands débuts en endurance, déjà victorieux à deux reprises cette année en ELMS et brillant aussi en WEC, son triomphe au Mans, complète la réussite incroyable de cette belle équipe WRT.

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Thierry COULIBALY

24-Heures du Mans 2021-L’ORECA-07 N°41 Photo-Thierry-COULIBALY

24 Heures du Mans Endurance Sport

About Author

gilles