LE NOUVEAU FORMAT DES COURSES F2 ET F3 SUR LA SELLETTE ET REVU POUR 2022 ?

 

 

 

 

Ce n’est pas une surprise tant le format appliqué en 2021, en F2 et F3, fait des vagues

C’est probablement alors que nous atteignons la mi- saison, la raison pour laquelle Bruno Michel, le promoteur de ces deux séries, qui se déroulent désormais alternativement en lever de rideau des Grands Prix de F1, s’en est expliqué!

« On est en train de regarder ce que l’on souhaite faire en terme de format pour la saison prochaine. La décision devrait intervenir rapidement, afin de permettre aux équipes de savoir combien de manches et combien de courses il y aura pour établir leurs budgets »

Et il reconnait !

« Naturellement comme avant de prendre toute décision, on regarde toujours les points positifs et négatifs. D’abord, force est de constater que les coûts ont bien été réduits, avec moins de déplacement et donc moins de frais de logistique.»

Indiquant :  

« Le nouveau format nous a aussi permis d’augmenter le nombre de Grands Prix au cours desquels nous nous trouvions en support de la F1. La Formule 3 a gagné en visibilité en devenant la catégorie vedette des courses annexes,et la course principale de la Formule 2 est désormais le dimanche en lever de rideau de la F1, ce qui est un autre point positif en termes de rayonnement. »

 

F2-2021 – BAKU- LE DÉPART DE LA 1ére COURSE.

 

Oui bien sûr mais franchement pour la F2deux mois entre le premier et le deuxième rendez-vous de l’actuelle saison 2021 !

Puis, un mois et demi entre la troisième et la quatrième étape !

Ensuite, à nouveau deux mois entre le quatrième et le cinquième meeting

… Et encore deux mois entre les sixième et septième manches de cette campagne 2021 !!!

Personne n’aime ce découpage incompréhensible des épreuves du Championnat de la Formule 2, combiné à un format compliqué qui semble selon certains, être mis en place pour satisfaire surtout ceux qui s’avèrent ne pas être des pilotes de pointes en qualifications.

La réduction des déplacements, désormais huit seulement cette année et l’organisation de trois courses par week-end, pour un total de vingt-quatre manches, conjuguée à la séparation de la Formule 3 à partir de cette année, les épreuves des deux séries ne se déroulant pas les mêmes week-ends, commence à créer de nombreuses perplexités !

Pour expliquer ce changement, véritable bouleversement, il avait été dit que cela avait pour objectif de réduire considérablement les coûts, mais à l’épreuve des faits, d’après ce qu’en disent bon nombre d’équipes, les économies finales sont malheureusement loin d’être la réalité car… infinitésimales !

Et les très – trop – longues périodes d’inactivité font oublier à tout le monde ce qui s’était passé lors des courses précédentes et les fans se déconnectent de la série.

Sans dire que les Teams restent dans leurs ateliers de longues semaines avec un staff technique et les mécaniciens pour la grande majorité déjà intérimaires qui sont libérés en fin de saison l’hiver, puis repris au printemps et maintenant peu débordés en pleine saison mais qu’il faut malgré tout payer !

Et puis, il y a ce format ‘antisportif’, qui fait tout simplement que le dimanche  après les trois courses du week-end, on a franchement du mal à connaitre qui était le vrai protagoniste du meeting avec trois vainqueurs différents.

Ce n’est évidemment pas l’idéal d’un point de vue médiatique.

Ainsi à Monaco, pour nous Français, on a retenu essentiellement la victoire du grand espoir national, le jeune tricolore âgé … de 17 ans, l’Azuréen de Grasse, Théo Pourchaire victorieux le dimanche 22 mai de la troisième course.

Mais auparavant, le Britannique Dan Ticktum et le Chinois Guanyu Zhou, avaient également eux aussi triomphes, remportant les deux premières courses !  

Avouez que trois lauréats du GP de Monaco de F2, le plus prestigieux …est-ce bien sérieux ?

 



F2 2021 MONACO – THÉO POURCHAIRE DEVIENT LE PLUS JEUNE VAINQUEUR A 17 ANS LE 22 MAI

 

Auparavant et cela fonctionnait parfaitement, le format habituel de la F2 avant celui des GP2, proposait une 1ére course dont la grille de départ était basée sur le résultat de la séance des qualifications et une seconde course dite ‘sprint, avec les huit premières positions de cette première course inversées sur la grille.

Certes ce n’était pas l’idéal mais c’était tout de même mieux que ce format 2021 avec trois manches et tous les deux mois !

Question pourquoi ne pas offrir une deuxième qualification comme cela s’est toujours produit dans les séries monoplaces Renault et cette saison avec la Formule Régionale by Alpine ?

Naturellement cette année le même problème concerne aussi également la Formule 3, qui suit car avec le même promoteur, en tous points ce qui se passe en Formule 2.

 

F3 FIA 2021 – CATALUNYA MONTMELO – Le départ de la 3éme et dernière course

 

Mais au moins en F3, le calendrier est plus serré et la pause la plus longue jusqu’alors a été celle, entre le premier et le deuxième rendez-vous, d’une durée d’environ quarante jours.

Enfin, précisons à ce sujet que Bruno Michel a, ce que nous déplorons justement, encore reconnu et indiqué :

« Si on regarde la situation objectivement, il y a oui des désavantages. Trop de temps entre les manches. Les retours que nous avons des fans sont évidents  il est difficile d’être impliqué dans un championnat quand les meetings sont séparés de deux mois. Quand on est arrivés à Silverstone, ils avaient oublié Bakou. Ils ne savaient plus qui était leader, où était Piastri ! C’est quelque chose qu’on doit regarder et bien analyser. Il nous faut reconnaître aussi que le format est un peu plus compliqué à comprendre. Et on doit l’expliquer sans cesse. Clairement, le fait d’avoir des courses tous les mois et demi ne nous aide pas non plus dans notre pédagogie. Et enfin, les gens veulent avoir à nouveau la F2 et la F3 ensemble. J’ajouterais aussi que pour les équipes de F2, trois courses par week-end est quelque chose de très difficile à gérer. »

Restera à se mettre autour d’une table et de discuter avec Liberty Media qui gère la F1 et aussi le pouvoir sportif de la FIA qui établit conjointement les calendriers!

Comme on le constate, Bruno Michel s‘il abonde dans notre analyse, n’en conclut pas moins :

«  Il s’agit d’une décision difficile à prendre. Le format fonctionne en piste, mais est-ce-que cela a un sens en terme de calendrier ? Il faudra décider de poursuivre ou changer à nouveau»

Coté équipes, pilotes et sponsors, la majorité semble loin, d’être convaincue du format appliqué en 2021 !

Cela est une certitude…

 

François LEROUX

Photos : F2

 

F2 F3 Monoplaces

About Author

gilles