MOTOGP 2021 : YAMAHA ET VINALES C’EST FINI

UNE FOIS DE PLUS VINALES A PÉTÉ LES PLOMBS

 

Le pilote avait encore une année de contrat avec la marque bleue, on avait remarqué d’importantes discussions dans le paddock avec le staff de Yamaha, suite entre autres à ses déclarations incendiaires après le GP d’Allemagne qu’il avait terminé dernier…

La presse espagnole, forcément mieux informée que nous, avec bien entendu beaucoup plus d’informateurs privilégiés auprès du pilote, avait émis l’hypothèse de façon sérieuse durant le week end d’Assen.

Puis Maverick Vinales gagnant tout durant le week end hollandais, y compris la pole mais pas le GP, on avait un peu pensé que les mises au point étaient faites avec Yamaha, dont le siège Europe se trouve aux Pays-Bas mais pour le MotoGP, il se situe en Italie et que Vinales libéré s’était lâché…

l’Espagnol était arrivé chez Yamaha en 2017, en remplacement de Jorge Lorenzo

UN GP DERJO LE SUIVANT EN POLE, VINALES A UN CARACTÈRE ERRATIQUE

 

Qui plus est, on l’annonçait déjà en contact serré avec Aprilia, durant le week end dernier et du coup la question a été posée à Rivola d’Aprilia et à Maverick Vinales lui-même, la réponse unanime était négative…

Ce lundi on apprend par un communiqué qui lui est bien officiel qu’en 2022, Vinales ne courra plus avec Yamaha, et ce à sa demande…

Le communiqué officiel le précise…

« À la demande de Maverick Viñales, Yamaha a accepté de mettre fin de manière anticipée à leur contrat actuel de deux ans (2021-2022). Actuellement dans leur cinquième saison ensemble, ils ont mutuellement décidé de prendre des chemins séparés à la fin de l’année ».

Je l’ai écrit cent fois, Maverick Vinales possède un talent énorme mais totalement ingérable y compris par lui-même, quand il courait en Moto3, il y est resté pas mal de temps d’ailleurs, après avoir commencé en 125 en 2011, avant de décrocher le titre en Moto3 en 2013, en pleine manche lointaine en extrême orient, il avait laissé son team pour rentrer chez lui en Espagne avant le GP…

Bon il est soupe au lait, j’ai connu plein de pilotes champions du monde capables de grandes colères mais revenant très vite à la concentration à 100% nécessaire dans leur métier.

Mais Vinales est incapable de ce genre de remise en cause ou de trier ses sentiments par ordre de priorité, il agit de façon impulsive et le voit sur ses résultats, totalement erratiques, il est capable de terminer dernier un GP et de prendre la pole le suivant…

Alors évidemment tout le monde se demande où il ira l’an prochain, s’il est déjà certain d’un guidon, il aura dû payer environ 500 000 euro de dédit à son employeur mais il n’est pas impossible qu’il ait juste mal réagi quand il s’est fait engueuler car c’est sûr les Japonais détestent totalement que l’on perde ses nerfs en public devant une meute de journalistes.

Cela a déjà coûté cher à Hervé Poncharal, lors de son association avec Yamaha, pourtant fructueuse mais il est vrai que la marque bleue a des relations difficiles avec ses teams satellites, on le voit encore ces deux années avec Petronas…

 

LIN JARVIS

Lin Jarvis résume de façon très diplomatique le divorce :

« C’est avec tristesse que nous ferons nos adieux à Maverick à la fin de l’année. Nous sommes au milieu de notre cinquième saison ensemble et au fil des ans, nous avons atteint de nombreux sommets, mais nous avons également dû gérer de nombreux bas. Après le GP d’Allemagne, qui a été le week-end le plus difficile de notre partenariat, nous avons eu d’importantes discussions à Assen et nous sommes arrivés à la conclusion qu’il serait dans l’intérêt des deux parties de prendre des chemins séparés à l’avenir. Yamaha fera le maximum d’efforts, comme nous l’avons toujours fait, pour apporter tout son soutien à Maverick et terminer cette saison de la meilleure façon possible. »

C’est sûr qu’avec un Fabio Quartararo flamboyant et un Maverick Vinales dépressif, l’ambiance du stand va être ´meumeu’ jusqu’à la fin de la saison.

Et maintenant la chasse journalistique est ouverte : « Where lies the ultimate harbour ? » a écrit Melville dans son célèbre bouquin Moby Dick, soit « Où se trouve le dernier port ? »

Comme il est hautement probable que si Valentino Rossi court encore en 2022, ce ne sera pas avec Yamaha, la marque bleue va devoir trouver deux très bons en quelques mois, la chasse est ouverte.

Le mois qui vient ne sera pas une trêve chez les trappeurs de scoops…

Concluons En rappelant qu’en cinq saisons chez Yamaha, Maverick Vinales a remporté huit Grand Prix, dont le premier du calendrier cette année à Losail au Qatar qui lançait le Championnat du monde 2021.

Il pointe au sixième rang du classement provisoire mais loin derrière son coéquipier le Français Fabio Quartararo, actuel  leader du Championnat et victorieux dimanche dernier de son quatrième GP cette année !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP

Moto MotoGP

About Author

jeanlouis