NEUVLLE SACRÉMENT CHANCEUX VIRE EN TÈTE AU SAFARI KENYA…

 

 

 

 

Le Safari Rally Kenya était connu pour être l’épreuve la plus difficile du calendrier de tous temps à toute époque difficile…

Et pour son grand retour au calendrier du mondial WRC, dès le premier jour, il a confirmé les mauvaises surprises et commencé à faire des ravages… d’énormes dégâts avec déjà des abandons parmi les vedettes du WRC !

Ainsi ont disparu, l’Espagnol Dani Sordo pour Hyundai et le Gallois Elftyn Evans pour Toyota…

A l’issue de la deuxième journée, de cette manche Africaine du WRC, on retrouve au commandement Thierry Neuville, mais le Belge a dû sérieusement s’employer pour assurer sa première place.

En effet, dans les spéciales de ce vendredi après-midi et dans l’ES5, la répétition de l’ES matinale, les 13,34 km de Chui Lodge, c’est Kalle Rovanpera qui lui a pris La tête. Le pilote Toyota a poussé comme un fou en se détachant devant Neuville, qui se plaignait de la faible garde au sol de sa Hyundai i20 en raison des innombrables ornières faites au passage précédent.

Puis le Belge a ensuite récupéré la première position lors de l’ES6, la spéciale de Kedong 2 et ses 32, 68 km, où il s’est littéralement envolé, malgré une crevaison à l’arrière droit.

Mais c’est la spéciale de fin de journée, les 18,87km, l’ES7, second passage dans Oserian, qui marque finalement le tournant pour la suite du rallye et s’est révélé particulièrement destructrice… Neuville a eu un pneu éclaté et subi aussi un délaminage avec un détachement de la carcasse d’un autre pneu mais il a réussi à terminer la spéciale.

 

 

 

Il indiquait :

« Pendant toute la journée, j’ai eu plus ou moins des problèmes avec les pneumatiques, spécialement avec les crevaisons. On a pu gérer ces problèmes et rejoindre l’assistance. C’était une journée compliquée, mais ce sera également le cas demain. Nous avons appris beaucoup de choses aujourd’hui et on va utiliser cette expérience demain pour éviter ce genre d’erreurs avec les crevaisons, mais également d’autres petits problèmes sur la voiture. Nous avons été capables de les réparer et de continuer ensuite mais il faut que l’on comprenne d’où ça vient. Certaines parties étaient vraiment rugueuses avec de grosses pierres, vous ne pouviez pas tout éviter, il fallait juste croiser les doigts pour ne pas avoir de dégâts. Les spéciales de samedi ont des caractéristiques différentes, et je suis sûr que nous verrons plus de choses se produire, nous devons donc éviter les ennuis. »

 

KALLE ROVENPERA

 

Rovanpera n’a pas su saisir, avec les pépins du ilote Hyundai, cette belle opportunité qui se présentait car il a planté et bloqué sa Yaris à moins d’un kilomètre après le départ.

L’équipage Finlandais a été victime du ‘fesh-fesh’ ce sable fin soulevé par les voitures, bien connu des concurrents des Paris-Dakar Africains d’antan !

Rovanpera a donc conduit à l’aveuglette et s’est soudainement retrouvé coincé dans une ornière trop profonde… Kalle a alors tenté de libérer sa Toyota mais a il a eu besoin de l’aide des commissaires pour tenter de libérer et déplacer l’auto. Mais après l’opération qui a pris beaucoup de temps, Rovanpera n’a jamais repris la course.

De son côté Ott Tanak, troisième ce vendredi soir, va être contraint d’augmenter le rythme car l’Estonien au cours de l’ES7 a subi une crevaison à l’avant droit, la carcasse du pneu a glissé entre la suspension et le passage de roue, rendant la Hyundai incontrôlable…

Profitant de cela, Takamoto Katstuta, le Japonais de Toyota et profitant des ennuis des autres, s’est incroyablement  hissé à la deuxième place du classement général provisoire.

 

SEB OGIER

 

Car retardé auparavant et après avoir réglé la suspension arrière gauche dans le parc d’assistance, Sébastien Ogier a alors entamé sa remontée en remontant à la quatrième place en fin de journée. Le septuple Champion du monde a imposé un rythme soutenu en grignotant de précieuses secondes sur les deux Ford M-Sports de Gus Greensmith et d’Adrien Fourmaux, finissant cette seconde étape avec le scratch dans l’ES7.

 

 

Il lâchait :

« Frustrant est le bon mot pour résumer la journée je pense. On s’attendait à des conditions compliquées mais peut-être pas autant dès la première journée. Bien sûr, nous avons été un peu malchanceux avec notre problème d’amortisseur ce matin et ce n’était pas le bon moment pour avoir un souci à ce niveau -là sur un rallye aussi cassant ! Dans des conditions encore plus extrêmes cet après-midi, nous sommes parvenus à éviter les gros problèmes et les plus gros pièges. Cela a été plutôt une bonne après-midi. Nous sommes quatre ce soir et il peut se passer encore beaucoup de choses. »

Et le Français ajoutait :

« Cela va être compliqué jusqu’à la fin je pense, pas seulement demain. Il n’y a aucune spéciale facile ici. C’était une journée grosse journée mais le rallye reste encore très long. Nous pouvons nous attendre à d’autres rebondissements. »

Oliver Solberg avait continué à rouler après l’accident de la première spéciale du matin, mais lorsqu’il est arrivé au parc d’assistance, il a constaté que le châssis de sa Hyundai i20 était tordu. Le jeune Suédois tentera de repartir demain samedi.

Abandon enfin aussi de Martin Prokop, le seul pilote au départ en WRC2 et qui est sorti violemment de la route dans l’ES6. Aucun problème pour le pilote Tchèque mais son navigateur Zdenek Jurka a été transporté à l’hôpital pour contrôle.

 

François LEROUX

Photos : WRC – TEAMS

 

WRC 2021 – SAFARI KENYA – La HYUNDAI de Thierry NEUVILLE

LE CLASSEMENT PROVISOIRE DU SAFARI KENYA 2021

 

1 – Neuville-Wydaeghe (Hyundai i20) en 1h23’19″1

2 – Katsuta-Barritt (Toyota Yaris) à 18″8

3 – Tanak-Jarveoja (Hyundai i20) à 55″8

4 – Ogier-Ingrassia (Toyota Yaris) à 1’49″4

5 – Greensmith-Patterson (Ford Fiesta) à 1’56″1

6 – Fourmaux-Jamoul (Ford Fiesta) à 2’19″1

Rallye WRC

About Author

gilles