MOTOGP 2021 BARCELONE : OLIVEIRA VAINQUEUR, ZARCO BATTU D’UN CHEVEU, QUARTARARO BATTU D’UN PNEU

 

LE BON CHOIX D’OLIVEIRA A ÉTÉ ESSENTIEL

Sur un circuit avec peu de grip comme Barcelone et avec une température de piste ne dépassant pas 40 degrés, on savait depuis vendredi que le choix des pneus serait primordial pour le GP.

Un choix de pneus c’est une équation à deux lettres.

Celui qui a la bonne équation a un gros avantage et le lettrage gagnant ici était le H/H, double Hard.

C’est ce qu’a choisi Oliveira quand la première ligne, Quartararo, Miller, Zarco part en M/H, medium hard…

Et ce sera décisif…

 

MILLER PART EN TÊTE MAIS SERA VITE LÂCHÉ

 

Au départ on voit un truc improbable, Miller devant ça ce n’est pas inattendu mais Aleix Espargaro et son Aprilia deux là on est étonnés et heureux pour Aprilia.

Malheureusement, Aleix sera passé par les calibres derrière lui et finira au gravier, vraiment dommage.

Quartararo rate un peu son départ, il est quatre, Zarco le rate complètement il est sept…

Puis Quartararo, ça devient un classique chez lui, remonte tout le monde sans engager le duel façon missile, il faut gérer les pneus…

Il est donc en tête et va y rester un moment…

 

ZARCO REMONTE COMME UN MISSILE APRÈS UN DÉPART RATÉ

 

Derrière Miller va céder du terrain, Mir aussi, Zarco remonte lentement mais sûrement mais il est à une seconde du leader…

Et huit tours avant la fin, un truc incroyable, Quartararo se retrouve combinaison ouverte, il jette sa protection de poitrine qui le gêne, on a pensé que son airbag a pu se gonfler par erreur et pour que ce ne soit pas irrespirable, Fabio a ouvert la combarde.

La réponse à l’arrivée, la fermeture éclair s’est défaite:

 

QUARTARARO BATTU PAR UN PNEU ET UNE FERMETURE ÉCLAIR

 

« Je ne sais pas ce qui s’est passé. Avec cinq tours à faire, la combinaison était complètement ouverte et la fermeture éclair ne pouvait plus être remontée. Ce n’était pas facile de conduire comme ça. Mais cela arrive. Je ne peux pas entrer dans les détails car je ne sais plus. »

Ensuite, c’est son pneu avant qui part en lambeaux, il est filmé en gros plan par la TV et au ralenti, c’est un chiffon.

Quartararo doit laisser passer Oliveira qui sur ses pneus durs n’a aucun souci, qui plus est, on le sait talentueux et on le verra dans le stand, sa moto marche superbement car son géniteur,

Pedrosa, est aux anges au fond du stand…

Puis Quartararo laisse passer Zarco revenu du fond de l’enfer, Johann est deux, Quartararo est alors en bagarre avec Miller pour le podium mais dans le dernier tour il part carrément à dache dans le vert, Miller passe.

Quant à Zarco il est un peu le héros du jour car dans les derniers tours, il attaque franchement Oliveira dont l’avance fond comme la banquise du pôle nord. (J’en profite pour donner un élément d’écriture important, le pôle sud ou nord s’écrit avec un accent circonflexe, la pole position, pas d’accent…)

Incroyable, il termine à un dixième d’Oliveira, autrement dit même si je le dis et le pense tout le temps, on ne refait pas l’histoire avec des Si et des Mais, Zarco a clairement perdu sa première victoire à cause d’un départ raté…

Pourtant il la méritait tellement, gérant en plus ses pneus malgré une remontée de forcené, gros coup Zarco !

Et meilleur pilote Ducati encore une fois !

Ce qu’il dit à sa descente de selle…

 

 

« Je suis très content, cela a été une bonne course et c’était bon d’avoir le contrôle durant toute la course. Je pense tout de même que j’ai perdu un peu de temps lorsque j’ai dépassé Jack Miller. Il a la même moto que moi, alors je n’ai pas pu utiliser le point fort de ma machine sur lui. C’était bien de pouvoir correctement contrôler la moto quand j’étais derrière quelqu’un, mais quand je devais dépasser j’avais énormément de patinage et c’était vraiment difficile. Dans les deux derniers tours j’ai eu de la chance car Fabio a eu un problème, je ne sais pas ce qui lui est arrivé, mais ça m’a permis de pointer en deuxième position. Après, j’ai voulu rattraper Miguel, mais il contrôlait sa course. J’étais très bon dans le premier secteur, mais pas assez sur le reste du tracé pour essayer de l’attaquer.

Cela dit, si la Marseillaise n’a pas retenti pas grave, Oliveira n’est pas (pas encore) en position pour se battre au championnat, certes Quartararo perd des points, Zarco n’en a plus que dix-sept de retard mais nos deux garçons gardent la tête au général, Zarco a même maintenant une vraie avance sur Miller, onze points.

On passe chez les pas contents.

 

MIR RÂLE SUR SA MOTO

Mir qui geint sur sa moto depuis le début du week end est cinq, certes c’est le Top Five mais pour retrouver son titre, ce sera coton, il est cinquième au général à quarante-deux points de Quartararo.

Honda est vraiment en mode drame, Marquez, Nakagami et Pol Espargaro au gravier, même si Naka réussit à repartir, on évoque franchement la possibilité qu’en fin de saison, Honda se retrouve sans un seul podium et passe dans la catégorie des teams bénéficiant de concessions !

La honte, carrément, on évoque l’arrivée de Raoul Fernandez en 2022, mais clairement il n’y a pas de solutions, le boss japonais est venu à Barcelone pour faire un rapport au board de direction et il y a des têtes qui vont tomber…

Chez Ducati merci Zarco et un peu Miller, podium parce que Quartararo n’a plus de pneu avant.

 

UN PUBLIC MAGNIFIQUE ET UNE AMBIANCE DE FEU

 

En revanche, Bagnaia sept, et Martin qui fait un énorme high side dans le tour de mise en place part des stands avec sa deuxième moto et termine avant dernier…

Chez Yamaha, Quartararo quatre, Vinales six, Morbidelli neuf, Rossi au gravier, pas vraiment un GP dont on se souviendra avec des larmes dans la voix…

Voilà, les choses commencent à se décanter, elles vont dans la bonne direction pour les deux Français, prochain GP dans quinze jours en Allemagne.

 

REMY GARDNER

 

En Moto2, on a seulement vu une baston tout au long du GP entre les deux coéquipiers du team KTM Ajo, Gardner et Fernandez.

Qui en effet se sont doublés plusieurs fois mais Gardner garde le lead à la fin, Fernandez a dû rendre la main, les pneus peut être…

 

SERGIO GARCIA

 

En Moto3 une bataille de rue gigantesque, une baston à quinze pilotes de bout en bout, au virage no1 en bout de ligne droite il y a eu jusqu’à sept pilotes de face au freinage.

Dans ces conditions démentielles, victoire de Sergio Garcia sur une Gas Gas (donc une KTM) et la marque autrichienne a gagné 100% des courses de ce week end.

Pour les interviews il va falloir commencer à apprendre à jodler !

Résultats de touts les séances sur https://www.motogp.com/fr/Results+Statistics/2021/CAT/MotoGP/RAC/World+Standing

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MotoGP

 

 

About Author

Jean Louis Bernardelli