MOTOGP : BINDER SIGNE KTM, ZARCO LAISSE POUR 35 MILLIÈMES LE PODIUM A MIR AU MUGELLO, C’EST LE 500 ÈME PODIUM ESPAGNOL !

 

BRAD BINDER PEINARD AVEC TROIS ANS DE CONTRAT

 

Pas facile pour un journaliste de donner trois infos sur un seul papier, c’est d’ailleurs une des règles de notre métier, un reportage-une idée.

Mais là ça tombe en rafales sans mériter un papier entier à chaque fois donc je brûle les codes, ce n’est pas la première fois, je ne veux pas non plus pourrir le site de mini news MotoGP, donc voilà je vous lâche tout en même temps, en espérant que vous me pardonnerez cette entorse aux us du métier…

 

BINDER RECONDUIT POUR TROIS ANS

LE SUD AFRICAIN A SUIVI LA FILIÈRE KTM DE BOUT EN BOUT

 

Et bien ça n’a pas traîné, enfin si justement en début de saison KTM s’est traîné puis le miracle technique, enfin : un nouveau cadre.

On sait que chez les Autrichiens, il y a eu le même problème entre Rossi et Ducati, on est carrément raide du dos sur le cadre, Zarco s’y est cassé les dents.

Pedrosa le sauveur est arrivé ensuite et les ingés de KTM sont moins cons que leurs idéologues, et « Troulala iti Troulala itou » au Mugello les deux pilotes factory, Oliveira et Binder ont fait une course superbe, finissant deux et cinq…

Juste avant le taulier de KTM avait dit avec sa délicatesse coutumière que personne n’était assuré de continuer chez lui en 2022, bon il gouverne par la pression, ça existe un peu partout en politique, dans les boîtes et dans le sport.

Cela dit il a accepté que l’on touche au Graal, le type de cadre d’origine des motos vendues dans le commerce, il aura fallu un bout de temps pour qu’il écoute ses ingés mais on sait que la marque est souveraine en TT, du Motocross au Dakar en passant par le Supercross et l’enduro, en Moto3 aussi et même (un peu) en MotoGP, les techniciens ont quand même un beau palmarès…

 

 

Bon Binder est le premier à sortir de la glaise, c’est logique, il est de la filière maison depuis la Rookies Cup et quand il fait marcher sa moto, on lui resigne la confiance…

On lui a même signé pour trois ans, preuve que ce dimanche du Mugello a été une vraie libération à tous les étages de la boîte.

Un détail qui n’en est pas un, Binder a aussi égalé le record de vitesse absolue de Zarco en MotoGP, 362,4 km/h, on sait que question moteur KTM envoie du lourd mais avant on ne pouvait pas passer la puissance à la roue arrière, c’est fait.

Il reste trois pilotes à nommer pour 2022, il semble évident qu’ Oliveira va décrocher un nouveau pompon, j’ai dit hier en revanche que chez Tech3 on va très probablement recruter Gardner et Fernandez qui se tirent une bourre magnifique en Moto2, alors qu’en MotoGP Petrucci et Lecuona sont transparents, quasi inexistants.

 

ZARCO PERD LE PODIUM DU MUGELLO POUR… 35 MILLIÈMES!

AU MUGELLO MIR VA PASSER ZARCO MAIS VA MORDRE LE VERT DU HORS PISTE

 

Bon, à la sortie de la dernière courbe avant la ligne d’arrivée du Mugello, Oliveira et Mir sont tous deux passés sur le vert du hors-piste, ce qui vaut déclassement d’une place, on a d’abord inversé l’arrivée de Mir et Oliveira, puis remis en place en visionnant les images montrant que les deux pilotes étaient sortis au même endroit et en même temps.

Mais alors, j’ai posé la question, Mir aurait dû perdre son podium ? Un lecteur m’a répondu, puis on a eu confirmation que nous avons des lecteurs très pointus car comme je le pensais  l’équipe Ducati Pramac a porté réclamation et la réponse officielle st tombée.

On estime que le déclassement d’une place intervient quand le pilote fautif gagne plus d’une demie seconde, or Johann Zarco, derrière Mir, est arrivé à une demie seconde… plus 35 millièmes !

Donc Mir garde son podium. Cela dit, je suis persuadé que Zarco a envie de gagner sur la piste, pas sur le tapis vert. Quand même il a perdu trois points, son avance sur Bagnaia eût été un poil plus confortable…

MIR, LE 500 ÈME PODIUM ESPAGNOL EN 500/MOTOGP 

LE 500 ÈME PODIUM ESPAGNOL DEPUIS CRIVILLÉ EN 1992

 

Alors du coup, ce podium de Mir est quasiment historique, c’est le cinq-centième espagnol en 500/MotoGP !

Le premier a été celui d’Alex Crivillé en Malaisie en 1992, derrière  Mike Doohan et Wayne Rainey.

Le garçon était surnommé Seva Noi, il est en effet né à Seva en Catalogne, il est aussi le premier espagnol, la même année, à remporter une victoire en 500vv sur le circuit d’Assen en plus !

 

CRIVILLÉ EN MALAISIE EN 1992

 

Il a même été Champion du monde en 1999, après le retrait de lAustralien Mike Doohan.

Notre confrère espagnol « As » est complètement en émoi sur ce chiffre magique…

Ils ont même publié une liste pour donner la totalité des 18 pilotes espagnols à avoir touché un podium.

Et on constate avec surprise que celui qui est monté le plus de fois sur les marches est Lorenzo, 115 fois, devant Pedrosa, et oui, Pedro qui a été entre autres un équipier exemplaire pour Marquez grande époque, 111 podiums au compteur. Marc Marquez est seulement troisième de cette remise des prix avec 95 podiums.

C’est dur le chemin de la gloire, avant Marc enfilait les podiums comme des perles sur un collier de perles de bourgeoise de luxe, là c’est au point mort depuis son accident à Jerez en 2020 et son retour en 2021.

 

AU TEMPS OU MARC MARQUEZ ÉTAIT IMBATTABLE

 

Un point important d’ailleurs, Marc Marquez a lâché dans une interview qu’il était toujours sous antibiotiques, ce qui peut être une très mauvaise nouvelle, antibiotiques = infection c’est assez simple.

Osseuse ?

Ou ce sont les points de fixation de sa plaque qui s’infectent ?

Il a dit aussi qu’il revoyait ses médecins vendredi, le verdict peut aller de la fausse mauvaise nouvelle au désespérant, j’écris depuis son retour que j’ai une trouille bleue de perdre Valentino Rossi et Marc Marquez en 2022.

Je sais, personne n’est irremplaçable mais si on a des bébés héros qui naissent, les vrais sont absents des podiums et peut-être à brève échéance absents des grilles de départ.

 

LE VERDICT DES MÉDECINS: FAUSSE ALERTE OU DÉSESPOIR?

 

En attendant, bravo aux Espagnols, 500 podiums on en rêverait même si depuis quelques années, il y a du Français sur le podium MotoGP (il y en a eu une poignée en 500) parfois même retentit la Marseillaise.

On en est loin des 500 podiums espagnols mais ce qui est rare est cher et bon comme du caviar (Celui d’avant, aujourd’hui c’est de l’élevage, je ne mange pas de ce pain-là… Alors c’est bon comme une petite brise fraîche quand il fait quarante à l’ombre…).

 

LA LISTE DES PODIUMS ESPAGNOLS SELON « AS »

LES DERNIERS PODIUMS DE LORENZO AVEC DUCATI

 

Jorge Lorenzo 115 : 47 victoires, 45 fois deuxième et 23 fois troisième

Dani Pedrosa 111 : 31 victoires, 39 fois deuxième et 41 fois troisième

Marc Márquez 95 : 56 victoires, 29 fois deuxième, 10 fois troisième

Álex Crivillé 51 : 15 victoires, 16 fois deuxième et 20 fois troisième

Maverick Viñales 27 : 9 victoires, 6 fois deuxième et 12 fois troisième

Sete Gibernau 30:  9 victoires, 14 fois deuxième et 7 fois troisième

Carlos Checa 24 : 2 victoires, 14 fois deuxième et huit fois troisième

Álex Rins 12 : 3 victoires, 6 fois deuxième et 3 fois troisième

Joan Mir 9 : 1 victoire, 3 fois deuxième et 5 fois troisième

Toni Elías 6 : 1 victoire, 2 fois deuxième et 3 fois troisième

Pol Espargaró 6 : 6  fois troisième

Alberto Puig 5 : 1 victoire et 4 fois troisième

Álvaro Bautista 3 : 3 fois troisième

Álex Márquez 2 : 2 fois deuxième

Aleix Espargaró 1 : 1 fois deuxième

Joan Garriga 1 : 1 fois troisième

Rubén Xaus 1 : 1 fois troisième

Jorge Martín 1 : 1 fois troisième

 

Et oui il y a des trucs étonnants dans cette liste, à priori j’ai checké ce qui me laissait perplexe.

JEAN Louis BERNARDELLI

Photos ; MOTOGP

 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis