YVON LÉON 31 ANS A LA FISA-FIA NOUS DÉVOILE LA FACE CACHÉE DE MAX MOSLEY

 

Max-Mosley lui aussi en son temps en colère- Congres de la FIA-Photo : Bernard-BAKALIAN

 

Yvon LEON, qui fut 31ans en poste à la Fédération Internationale Automobile, d’abord Secrétaire Général de la FISA/FIA, auprès de Jean-Marie Balestre, puis Président de la Commission des Constructeurs de la FIA (fonction dans laquelle il a succédé à Max Mosley), ensuite conseiller du Président de la FIA – ce même Max Mosley – avant enfin d’occuper le titre de Président de la Fédération Mondiale de Karting, et que nous avons joint dans sa chère Bretagne, pour évoquer Max Moskley, nous a confié :

« La disparition d’une personnalité éminente ayant marqué son époque comme l’a fait Max Mosley n’est jamais une bonne nouvelle, et s’accompagne invariablement d’éloges les plus dithyrambiques. Le monde de l’automobile ne va pas déroger à cette règle. Et pourtant…

Max Mosley aura indiscutablement été l’un des acteurs incontournables ayant marqué le Sport Automobile, depuis sa rencontre avec Bernie Ecclestone, et, avant de mentionner son rôle dans l’élaboration des « Accords de la Concorde » qui ont permis à la Formule 1, d’être ce qu’elle est aujourd’hui, il convient de rappeler qu’il n’avait pas hésité à déclarer la guerre à la FIA, en fondant une fédération sportive mondiale dissidente et ce pendant le conflit FISA/FOCA.»

Et Yvon Léon d’indiquer :

«  Max savait mieux que quiconque faire passer ses projets auprès des membres de la FIA, mais souvent au prix de positions musclées, voire brutales, qui lui ont valu de solides inimitiés, et si on se penche sur son bilan à la tête de la FIA, il faut bien convenir qu’il est pour le moins en demi-teinte, pour employer un euphémisme « typically British ». Comme disait le président d’un grand club d’outre atlantique, Max avait le talent rare de s’entourer des mauvaises personnes, ce qui vaut pour son « staff » dont on n’a pas toujours compris l’utilité pour la fédération.»

Avant de préciser :

« Par exemple, son grand projet de fusion avec l’AIT, Alliance Internationale du Tourisme, organisme mondial regroupant tous les grands Automobile Clubs du monde dédiés à la mobilité et concurrent de la FIA, s’est avéré être une catastrophe, faisant perdre à la FIA, 50 millions de membres d’un seul coup. En effet, le plus grand club automobile au monde, l’ AAA (American Automobile Association), également principal membre de l’AIT, a claqué la porte de la FIA suite aux attaques « ad hominem » de Max contre son président, également président de l’AIT, qu’il n’a eu de cesse de vouloir déstabiliser pour son plus grand profit personnel. Exit ce « grand projet » qui s’est ainsi vu vidé de toute sa substance. »

 


F1- Bernie ECCLESTONEet son complice Max-MOSLEY, son pote et ancien avocat qui a remplacé Jean-Marie Balestre comme Président de la FIA en 1993 , installé par ce tout puissant Bernie ©-Manfred-GIET

 

Et Yvon Léon poursuit :

« Que dire de la cession des droits de télévision à Bernie Ecclestone sans appel d’offre et pour une infime partie de leur véritable valeur selon les spécialistes? Certainement pas une bonne affaire pour la FIA, à l’évidence…mais un renvoi d’ascenseur et naturellement une excellente pour ‘son ami’ Bernie ! »

Yvon enchaîne :

« Que dire également de ces photos publiées par les tabloïds anglais et reprises dans toute la presse mondiale, et son incompréhensible refus de démissionner qui a tant fait pour salir l’image de la FIA? Le pire de cette affaire est probablement la manière dont il s’est servi de l’Assemblée Générale de la fédération pour obtenir un vote de confiance toute honte bue. Imaginons les plus hauts responsables sportifs du monde entier transformés contre leur volonté en juges des bonnes mœurs, après avoir entendu le réquisitoire d’un juge cacochyme anglais appelé à la rescousse certifiant qu’après avoir examiné les vidéos, il n’avait vu aucun propos nazi dans les ébats du président! Comment peut-on avoir assez de mépris pour la vénérable institution que l’on préside pour la traiter ainsi?  »

Et Yvon Léon , de conclure :

« Last but not least, cet incroyable sentiment de propriété sur l’institution, quand, ne supportant pas l’évolution de la FIA due au travail acharné de son successeur Jean Todt, il lancera la candidature d’un de ses hommes à tout faire contre ce dernier, candidature qui ne passera même pas le stade des pré-qualifications, selon le terme sportif qui convient, tellement elle sentait la marque d’un monarque déchu à qui tout le monde avait enfin finalement tourné le dos.»

Voilà sans langue de bois, un peu plus de détails sur la face cachée mais vraie personnalité de Max Mosley…

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : Bernard BAKALIAN et Manfred GIET

MAX-MOSLEY s’était installé comme la grande majorité du paddock de la F1  à MONACO

 

 

F1 FIA Monoplaces Nécrologie Personnalités

About Author

gilles