MOTOGP 2021 AU MANS : MILLER, ZARCO, QUARTARARO, TROIS VRAIS HÉROS

ZARCO ET SA REMONTÉE DIABOLIQUE

 

QUARTARARO EST LEADER AU MONDIAL

 

Bon… Un doublé Ducati devant avec Miller et Zarco, un doublé français sur le podium avec Zarco et Quartararo, il n’y a pas à se plaindre, malgré une météo immonde durant tout le week end, cette course restera mémorable.

Pourquoi ?

Parce qu’elle a été à rebondissements multiples, ce qui est rarement le cas en MotoGP.

Pour une raison simple mais réservée aux héros de la piste, on est parti sur le sec, on a changé de moto au deuxième tour car la pluie est arrivée,  gros cafouillage de Miller et Quartararo d’ailleurs sur ce flag to flag, qui leur vaudra des tours Long Lap de pénalité en repartant des stands.

A mi course, le soleil est revenu, la piste a séché, tout le monde est resté en pneus pluie or il est connu que sur le sec les « rain » partent en quenouille à toute vitesse.

Donc on reprend au début.

 

MILLER S’EST BATTU DE BOUT EN BOUT

 

Holeshot de Jack Miller, Fabio Quartararo est trois, avant la rentrée au stand à cause de la pluie il passe tout le monde avec maestria et est donc en tête.

On sait qu’en sports mécaniques, il n’y a jamais de course gagnée mais enfin ça y ressemblait furieusement.

En revanche, pour Johann Zarco, cinq sur la grille mais qui rate son départ, là  ça sent la course perdue, il est dix puis même douze…

Et puis arrive la pluie, tout le monde rentre au stand, on change de moto et donc de pneus, en principe on saute d’une moto à l’autre (Marquez est aussi champion du monde de cet exercice) Miller et Fabio ratent complètement le truc, cafouillage dans la recherche de la deuxième moto (plus excès de vitesse en entrée de stand pour Miller).

 

MARQUEZ RETROUVE SON NOMBRE DE CHUTES PAR WEEK END!

 

Marc Marquez ressort en tête sous une pluie épaisse et il tient le rythme, là on se met à rêver, entre les Français et le renouveau de Marquez, le cœur balance, enfin au moins un peu.

Il manque du monde, les deux Suzuki sont tombées, Franco Morbidelli est parti dans le gravier, bref devant, un moment, Marc Marquez et Fabio Quartararo se retrouvent seuls au monde dans une brouillasse genre les Bancs de Terre Neuve.

Mais sur une piste comme celle-là, Jack Miller est une sorte de kangourou qui saute par-dessus les difficultés, il remonte très vite, alors que Marquez se met au tas…

Il remontera en selle, repartira et s’en mettra une deuxième, on sait que le cheval, ça s’apprend ou ça se réapprend à coups de chutes…

Du coup, Fabio Quartararo se retrouve donc leader mais la Ducati de l’Australien Jack Miller lui fond littéralement dessus.

 

QUARTARARO A DÉTRUIT SON PNEU AVANT

 

Il passe Fabio, malgré deux long laps il a vite quatre puis cinq secondes d’avance sur Quartararo, indestructible l’Ozzie…

C’est alors ce qui se passe derrière qui devient fascinant.

Parce que Johann Zarco adore aussi les pistes compliquées, il remonte, cinq, quatre, trois, et il fond et passe son compatriote Fabio Quartararo, et le voilà deux et il remonte sur Miller mais on est au bout de la course, et la Ducati de Jack Miller reste en tête.

Entretemps, phénomène merdique, le soleil est revenu, la piste sèche, les pilotes sont en pneus pluie, Fabio est même en soft à l’avant, un gros plan de la TV au ralenti sur sa roue avant montre que ce pneu est en mode dévastation…

 

 

Zarco à l’arrivée:  « Je me sens vraiment bien ! Je suis très heureux ! La course a été super. Quand la pluie est arrivée, on a fait un tour de plus car c’était encore sec, mais peut-être qu’en changeant de moto un tour avant les autres on aurait pu gagner la course. Mais même dans ces conditions, c’était peut-être possible de gagner la course, mais je pense qu’avec l’arrière médium il aurait fallu que ce soit mouillé pendant beaucoup plus longtemps, car Jack avait un arrière tendre et cela l’a peut-être aidé à être plus rapide au début. Moi au début, je pilotais seulement en 1’50 ou 1’49 (signe ” à la gorge “) puis ça à séché et c’était des conditions parfaites pour moi. 20 points aujourd’hui, je pense que c’est très bien ! »

Ce qui explique qu’en fin de course il est moins rapide, Zarco et Miller sont en medium à l’avant et donc plus à l’aise.

Et encore un revenant du bout du monde, Pecco Bagnaia, qui est parti de loin, quinzième, remonté comme un coucou suisse il revient vers la tête de course…

Quand il passe quatre, il est encore dix secondes derrière Quartararo.

Sur la ligne d’arrivée, il est à deux secondes, pour Fabio il était temps que ça s’arrête alors que Zarco aurait voulu deux tours de plus comme quoi le destin…

 

 

Fabio:  « Je ne sais pas quels pneus ont les autres pilotes mais honnêtement mon pneu avant semblait très mou. Honnêtement, nous étions P19 en FP3 et les conditions étaient très délicates, j’ai vu que Rins a chuté immédiatement. J’ai fait du bon boulot et je suis vraiment heureux ! Vous pouvez imaginer que c’est comme une victoire pour moi. Donc oui, je suis vraiment heureux ! »

Mais enfin, alors qu’il y a eu un paquet de chutes, Savadori, Mir, Rins, Oliveira, Aleix Espargaro, Marc Marquez, ce duel en tête est devenu quasiment une saga…

On savait Jack Miller quasiment intouchable sur une piste pourave, dommage, vraiment dommage que Zarco ait raté son départ, mais on ne fait pas l’histoire avec des mais…

Johann Zarco a fait un boulot de folie, apportant un magnifique doublé à Ducati, Quartararo a déclaré à sa descente de moto que pour lui, avec un pneu avant dégradé comme une godasse de clodo, c’était une victoire personnelle de monter quand même sur le podium, on se souvient aussi qu’il y a moins de quinze jours, il était sur le billard.

Enfin Miller, qui n’avait gagné qu’un seul GP depuis sa montée en MotoGP, en a enfilé deux d’un coup, pour l’Australien, l’Ozzie, c’est un bonheur aux larmes.

 

 

Miller:  « Course trépidante !  Très trépidante ! Maintenant, c’est très calme, comme au début, mais à la mi-course quand la pluie est arrivée, quand le vent est arrivé, c’était… honnêtement, les barrières tombaient dans la pitlane, les drapeaux et tout ça. Mais ça s’est calmé rapidement. Les premiers tours, c’était vraiment limite avec les pneus pluie, puis j’ai eu les Long Laps, je ne savais pas très bien pourquoi, mais apparemment j’allais trop vite en entrant au stand: je prends généralement des contraventions ici en France pour excès de vitesse (rires). J’ai ensuite attaqué et je me suis rapproché de Fabio, puis je l’ai passé et je me sentais confortable. Je pilotais simplement en fonction des conditions. J’ai vu que Johann se rapprochait dans les cinq derniers tours mais la piste était à nouveau quasiment sèche. Je me suis demandé si je rentrais au stand, mais la pitlane est très longue ici, et vous perdez beaucoup de temps, donc j’ai continué.
C’est absolument incroyable ! Deux victoires consécutives, je ne peux pas y croire ! C’est fantastique ! « 

Bon, on fait les comptes, Fabio Quartararo reprend la tête au général, un point devant Bagnaia et treize devant Zarco, deux Français dans les trois premiers, au milieu d’une tripotée d’Espagnols et d’Italiens, c’est quand même un gros frisson.

Même si la légende du GP de France gagnée par un Français a été ratée à cause d’un départ foiré et d’un pneu avant Soft Rain dévasté sur sol sec…

 

FERNANDEZ A ÉCRASÉ LE MOTO2

 

En Moto2, qui a été la seule course sur le sec de bout en bout, il y avait trois mousquetaires devant au général et sur un mouchoir (en dentelle bien sûr) de Milady, Gardner, Fernandez et Lowes.

Mais Lowes a raté son départ et est tombé en voulant revenir.

Les Anglais ont un rêve, aucun titre British dans cette cylindrée depuis celui de Read en 1971 en 250…

Le rêve est un peu parti dans le sable..

A l’inverse, et il y a eu une vraie baston, rare dans cette cylindrée, Fernandez et Gardner sont arrivés un et deux.

Du coup, au général, Gardner reste leader un point devant Fernandez, c’est comme en MotoGP en fait, le troisième est Bezzecchi et Lowes est quatre à 23 points de Gardner, presque un GP de retard…

Alors qu’à chaque fois les calibres de la cylindrée finissent devant ce sera très dur de récupérer ces malheureux 23 points…

 

GARCIA, LARGE VAINQUEUR EN MOTO3

 

En Moto3, huit crash, les statisticiens nous diront si le Bugatti a battu son propre record de cent chutes en un week end…

Acosta aussi s’est mis au tas, il est reparti tout de suite et termine cinq, ce mec est vrai diable !

Il conserve donc largement la tête au mondial.

Pour la course, avec des écarts énormes dus à la pluie de bout en bout, victoire de Garcia devant Salac, Ricardo Rossi est trois, c’est son premier podium.

A l’inverse du MotoGP, cette course là, qui a été un monologue de bout en bout mené par Garcia, et une avance considérable sur les deux suivants, ne restera pas dans les mémoires !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos MotoGP

 

Les résultats de toutes les séances du GP de France

https://www.motogp.com/fr/Results+Statistics/2021/FRA/Moto2/RAC/World+Standing

 

 

 

About Author

Jean Louis Bernardelli