ANDALUCÍA RALLY 2021 : UN FINAL QUI S’ANNONCE PALPITANT

RALLYE-ANDALUCIA-2021-MINI-X-RAID DE CARLOS SAINZ

 

 

L’avant dernière étape revient chez les motos à Joan Barreda du Monster Energy Honda, devant Joaquim Rodrigues d’Hero Motorsports, second à 2’56 et Lorenzo Santolino du Sherco Factory, 3éme à 4’35. Au classement provisoire, Barreda prend l’avantage sur Santolino avec 2’52 d’avance, et Pablo Quintanilla du Monster Energy Honda est troisième à 10’40.

En auto, Nasser Al-Attiyah au volant de son Toyota Hilux, s’adjuge une nouvelle victoire d’étape devant Yazeed Al-Rajhi avec lui aussi unToy de chez Overdrive SA, à 1’48. Carlos Sainz et sa Mini John Cooper Works, complètant le podium du jour à 3’17 du leader. Au général, Al-Attiyah réalise une bonne opération en reléguant Sainz, son rival direct, à 4’43 et Al-Rajhi à 9’37.

En T3, Guillaume de Mévius du Red Bull Off Road Junior Team, a une nouvelle fois remporté l’étape devant ses coéquipiers Mitchell Guthrie et Cristina Gutiérrez, portant son avance au général à 11’02 sur l’Espagnole et à 18’08 sur l’Américain.

En T4, Austin Jones du Monster Energy Can Am, s’impose devant son coéquipier Aron Domzala et Khalifa Al-Attiyah du South Racing. Il en profite pour s’emparer du provisoire mais pour seulement 1’31 sur Khalifa Al-Attiyah et Kees Koolen, un autre pilote South Racing qui accuse plus de 16 minutes de retard.

 

ANDALUCIA RALLY 2021 – JOAN BARREDA

MOTOS

 

La bagarre finale pour la seconde édition de l’Andalucía Rally risque de se jouer sur le fil dans la dernière spéciale. En remportant la journée, Joan Barreda, le pilote Monster Energy Honda, prend la tête du général. Il ouvrira la spéciale de l’ultime journée. Trois minutes derrière lui, Joaquim Rodrigues s’élancera à son tour. Pour Santolino en troisième position, il s’agira de partir à la chasse de Barreda pour tenter de remporter la course. La troisième place du podium sera elle aussi disputée puisque le Chilien Pablo Quintanilla, autre pilote Monster Energy Honda, ne dispose pas d’une avance suffisante pour être en sécurité face aux éventuelles remontées de Rodrigues et de son nouveau coéquipier Franco Caimi.

Ce qui est sûr, c’est que Joan Barreda est en forme, il l’a encore prouvé aujourd’hui. Sans une pénalité de 4 minutes pour excès de vitesse hier, il serait installé au provisoire confortablement et serait moins menacé par celui qui peut demain lui ravir la victoire :

« J’ai réalisé une belle étape aujourd’hui. J’étais plus à mon aise sur ces pistes rapides, moins typées enduro qu’hier dans les montagnes. Mais je vais devoir me battre jusqu’au dernier kilomètre de ce rallye. Il y a encore beaucoup à faire demain. »

De son propre aveu hier, Pablo Quintanilla, n’est pas dans son élément sur les pistes d’Andalousie, bien différentes des grands espaces ouverts de son Chili natal. Mais force est de constater qu’il s’est assez rapidement fait au terrain, comme à sa nouvelle machine :

« J’ai mieux pris le rythme aujourd’hui sur une spéciale plus rapide et j’ai vraiment apprécié l’étape. Je me sens vraiment bien sur la Honda, elle correspond plus à mon style de pilotage. »

« Quinty » peut espérer un podium demain pour sa première sortie officielle sous ses nouvelles couleurs, un nouveau départ toujours appréciable.

Un peu plus loin au classement du jour, on retrouve à nouveau Mathieu Doveze du Nomade Racing. Le premier privé derrière les pros termine 9éme à 14’55 et occupe également cette place au provisoire à 32’22. Une performance de bonne augure pour celui qui s’est lancé dans la discipline ici même en octobre dernier :

« Pour la première fois, j’ai pu rouler au contact d’un pilote comme Rodrigues. Mais l’expérience a été écourtée malheureusement. J’ai dû m’arrêter pour resserrer une protection de fourche. J’ai chuté dans la seconde partie de la spéciale, sans conséquence, même si l’air bag s’est déclenché. J’ai baissé un peu le rythme ensuite, mais je suis content de ma journée malgré tout. »

Pas loin derrière Doveze, à la 11éme position du général et leader du Challenge Road to Dakar, Julien Jagu du LG Rally, poursuit son apprentissage en douceur mais à vitesse grand V :

« J’ai beaucoup roulé seul aujourd’hui, sans personne en vue devant ni derrière. Je me suis bien appliqué sur ma navigation et j’ai commencé à augmenter ma vitesse de pointe dans le rapide, mais toujours en gardant de la marge ».

Chez les quads, la victoire du jour revient à nouveau à Sébastien Souday d’All Tracks, pourtant désavantagé sur les pistes rapides par son Yamaha 450 YFZR face aux Yamaha 700 Raptor de ses adversaires directs. Toni Vingut du Visit St Antoni Ibiza, en profite pour terminer à seulement 0’14 tandis que Vincent Padrona de l’équipe Drag’on, franchi la ligne d’arrivée avec 2’20 de retard sur le gagnant. Au provisoire, Souday conserve la tête avec 25’02 sur Padrona et 38’37 sur Vingut.

En Enduro Cup moto, Mitchel Van Den Brink du Bas Dakar Team, est en tête à un jour de l’arrivée devant son ami et coéquipier Wiljan Van Wilselaar et Tiziano Inerno.

 

NASSER AL ATTYAH et MATHIEU BAUMEL

AUTOS

 

En auto ce dimanche, la lutte pour la victoire ne devrait pas être moins disputée que chez les motos. Bien que Nasser Al-Attiyah  possède plus d’avance sur Carlos Sainz que les trois minutes fatidiques qui séparent les pilotes sur la ligne de départ de la spéciale, cela ne signifie pas que la journée sera sans enjeu :

« J’ai roulé en attaquant aujourd’hui, mais sans prendre de risques. Nous remportons l’étape en accentuant notre avance sur lui, c’est ce qui était important de réaliser juste avant la dernière étape. Demain, nous n’allons pas chercher à assurer, nous allons repartir sur le même rythme en espérant remporter à nouveau l’Andalucía Rally et bien débuter le championnat. »

Même s’il affiche moins d’ambition, Sainz n’en reste pas moins un compétiteur redoutable :

« C’est sûr que si j’avais roulé le premier jour comme aujourd’hui, l’écart ne serait pas le même. Mais nous allons essayer de rattraper Nasser, nous n’allons pas baisser les bras. »

 

YAZEED AL-RAJHI

 

Si la lutte pour la première place s’annonce palpitante, le Saoudien Yazeed Al-Rajhi avec son Toyota Hilux Overdrive, deuxième du jour, peut raisonnablement espérer conserver sa troisième place au général, son coéquipier le Néerlandais Erik Van Loon accusant plus de dix minutes de retard à 21’30 du leader :

« Monter sur le podium n’est pas une mauvaise place au regard des problèmes qui nous ont retardés le premier jour. On espère la conserver demain et à nouveau profiter de ce superbe terrain. Nous nous élancerons en deuxième position et nous verrons bien ce que nous pourrons faire. Mais notre objectif est le podium ».

La troisième place aurait pu être autrement disputée si Vaidotas Zala avec sa Mini John Cooper Works n’avait pas été contraint de remplacer sa courroie d’alternateur. Un arrêt forcé qui lui coûte vingt minutes et le laisse perplexe à l’arrivée :

« Mon coéquipier Paulo Fiuza a fait un super boulot en changeant rapidement la pièce, mais nous sommes désormais hors-jeu. Nous avons notre place dans la discipline, on l’a encore prouvé, mais en tant que privés on se doit d’avoir du résultat. Cela fait deux courses d’affilée que l’on a des problèmes techniques que l’on ne peut pas se permettre d’essuyer si l’on veut continuer dans ce sport ».

En T3, Guillaume de Mévius continue d’impressionner pour ses débuts en rallye-raid. Il ne se contente pas de dominer sa catégorie, il occupe aussi la sixième place scratch du jour et la cinquième du provisoire parmi les T1 !

Malgré une étape rapide, avec des pointes jusqu’à 160-170 km/h pour les T1, le Belge analyse avec finesse la façon dont son OT3 sort son épingle du jeu :

« Je dois avouer que je suis un peu surpris de la place que je réalise aujourd’hui sur une étape aussi rapide alors que nous sommes limités à 130 km/h en T3. Je pense qu’il y a plusieurs explications à cela. D’abord, nous avons une meilleure visibilité et moins de poids qui nous permettent de freiner plus tard et plus fort que les T1 dans les virages fermés. Ensuite, dans les portions cassantes ou les saignées, nous pouvons passer plus fort qu’eux. Je suis satisfait d’avoir réussi à appliquer mon plan qui était de débuter prudemment avant d’augmenter mon rythme. Apparemment, cela a payé aujourd’hui. »

 

KHALIFA AL ATTYAH

 

En T4, Austin Jones du Monster Energy Can Am, a tout donné pour remporter la spéciale de la journée :

« Il fallait tout faire aujourd’hui pour tenter de revenir au contact ».

L’Américain fait mieux puisqu’il s’empare du même coup du provisoire devant Khalifa Al-Attiyah. Mais le frère de Nasser aurait pu perdre plus gros encore. En se posant sur le flan dans un virage, il ne laisse échapper que 50 secondes grâce à l’aide efficace et immédiate de spectateurs avant d’être victime d’une crevaison. La lutte s’annonce serrée demain puisque moins de deux minutes séparent les deux rivaux.

L’arrivée de la seconde édition de l’Andalucía Rally risque d’être palpitante puisque les deux frères Al-Attiyah pourraient bien remporter chacun leur catégorie et savourer la victoire ensemble.

 

H

YAZED AL RAJHI

DEMAIN DIMANCHE

 

ÉTAPE 4 : Des collines aux plaines de Villamartín

Liaison : 49 km / SS : 247 km / Total : 296 km / Chrono : 83 %

 

Patron du rallye, David Castera, indique : « C’est une étape un peu particulière. Comme lors de l’étape 2, elle est découpée en deux secteurs, dans une nouvelle zone, et les concurrents vont être confrontés à un début de premier secteur très technique, plus encore qu’à l’étape 2, avec beaucoup de montées et de descentes dans les collines. La seconde partie est un peu plus plate, moyennement rapide, mais très jolie aussi pour finir en beauté à Villamartín. »

 

Alfredo SORIA

Photos : Charly LOPEZ – DPPI

 

Rallye-Raid

About Author

gilles