ANDALUCÍA RALLY 2021. PREMIÈRE POUR SAINZ, DEUXIÈME SPÉCIALE POUR SANTOLINO

 

 

En moto, Lorenzo Santolino de l’équipe Sherco Factory Rally, gagne à nouveau, mais cette fois-ci devant un tir groupé des deux pilotes Monster Energy Honda. Pablo Quintanilla termine deuxième à 1’51 avec Joan Barreda, juste derrière lui, à 2’05 du lauréat du jour. Au classement général, Santolino mène devant Joan Barreda du Monster Energy Honda, second à 1’43 et Franco Caimi le pilote Hero Motorsports, à 4’24.

Chez les quads, c’est encore une fois Sébastien Souday qui a été le plus rapide.

En auto, l’Espagnol Carlos Sainz au volant de l’une des Mini John Cooper Works Rally, a pris ses marques sur cette quatre roues motrices pour remporter l’étape devant le Saoudien Yazeed Al-Rajhi qui pilote un Toyota Hilux Overdrive qui termine à 1’08, suivi de près par un autre Toyota Hilux, celui du leader le Qatari Nasser Al-Attiyah, troisième à 0’15 d’écart. Au général, Al-Attiyah conserve le commandement, 1’26 devant Sainz et Vaidotas Zala également ave une Mini John Cooper Works Rally X-Raid, qui complète le podium, à 4’48.

 

ANDALUCIA-RALLY-2021-LORENZO-SANTOLINO.

MOTOS

 

Tous les concurrents vous diront que cette seconde étape de l’Andalucía Rally 2021, concoctée par David Castera, était longue et exigeante. Sinueuse au départ, puis technique dans un environnement montagneux, la première partie de la spéciale tranchait nettement avec la seconde, plus rapide et glissante.

Une journée qui s’est révélée particulièrement abrasive pour les pneus comparée à la veille. Une succession de terrains variés qui a parfaitement convenu à l’Espagnol Lorenzo Santolino qui remporte la victoire, confiant et satisfait comme depuis le début de la course, jeudi :

« C’est une très bonne journée pour moi. J’ai ouvert la spéciale tout le long. J’ai confiance dans ma navigation et j’ai de bonnes sensations sur la moto. Vers la fin, le pneu arrière a commencé à perdre de l’adhérence, mais je suppose que c’était la même chose pour tous, donc j’ai ralenti le rythme pour ne prendre aucun risque. »

Comme depuis le début de cet Andalucia rally, Joan Barreda reste encore une fois au contact de son compatriote, ce malgré une chute sans conséquence en fin de spéciale. Mais son nouveau coéquipier Pablo Quintanilla au sein du Monster Energy Honda, s’intercale et ne peut que s’en étonner :

 « Je ne roule pas souvent sur ce genre de terrain que je n’affectionne pas particulièrement. Je préfère le désert ouvert. Mais je commence à être plus à l’aise sur la moto au fil des kilomètres. Je dois encore trouver ses limites, mais je pense que l’on est dans la bonne direction et je prends vraiment du plaisir. »

Le leader du classement général chez les quads, Sébastien Souday d’All Tracks s’adjuge l’étape du jour en se régalant sur les pistes sinueuses :

« Tout le début de la première spéciale était sympa pour nous, mais la fin était trop rapide à mon goût. Sur la seconde partie de la spéciale, il fallait être attentif pour éviter quelques pièges. Au final, c’est une très bonne journée pour moi. Je crois savoir que je ne suis pas trop mal placé au classement, mais vraiment le plus important pour moi était de me faire plaisir. Je ferai les comptes à la fin, je n’ai pas pour habitude de les faire à mi-course ! »

Pour son premier rallye, le spécialiste des courses de sable et ex pilote d’Enduro Julien Jagu du LG Rally Team, s’adjuge avec fermeté la tête du Challenge Road to Dakar :

« J’ai toujours aimé piloter dans le sable et en enduro. J’ai toujours pensé que le rallye-raid serait la suite logique. Bien qu’il n’y ait pas de sable ici,  j’apprécie vraiment l’expérience. Il y a beaucoup à apprendre et je me concentre en priorité sur la navigation. Je pense pouvoir aller plus vite, mais dans le futur. Pour le moment, dans les parties rapides comme on en a rencontré aujourd’hui,  je garde une marge de sécurité. »

 

ANDALUCIA RALLY 2021 BUGGY MINI DE CARLOS SAINZ

 AUTOS

 

Chez les autos, les changements que l’équipe X-Raid a apportés à la Mini 4×4 de Carlos Sainz, l’une des Mini John Cooper Works Rally, ont permis à la légende Espagnole – ancien double Champion du monde des rallyes, multiple vainqueur du Dakar- de retrouver sa superbe. ‘El Matador, renoue avec la victoire en quatre roues motrices après une décennie passée en buggy et seulement une spéciale de test !

Il lui reste à présent à battre Nasser Al-Attiyah…

« Hier soir nous avons fait quelques changements et aujourd’hui j’étais plus en confiance avec la voiture. J’ai pu appuyer plus sur les appuis et être plus serein face aux réactions de la voiture. J’ai simplement mieux adapté la voiture à mon style de conduite. Nous savons qu’ouvrir (demain) est plus difficile, mais je suis content de la marche que nous avons franchie aujourd’hui. Nasser connait sa voiture par cœur, il la pilote en course depuis trois ou quatre ans en baja comme en rallye… pour moi, c’est ma première course avec cette voiture et je suis vraiment heureux de ma journée. »

Si Carlos était souriant à l’arrivée, Nasser l’était tout autant, même s’il finit  seulement troisième de l’étape du jour :

« C’était un bonne journée pour nous. On a ouvert toute la journée. On s’est perdus seulement à un point qui nous coûte peut-être 50 secondes ou une minute, puis on a pu hausser le rythme un peu plus sans faire d’erreur. Je suis ravi d’avoir ouvert la journée sans subir aucune crevaison. A l’arrivée, nous n’avons perdu seulement que 7 secondes sur Yazeed (Al-Rajhi) et 1 minute environ sur Carlos (Sainz). Demain, la troisième place au départ va nous permettre de bénéficier d’une piste un peu balayée et des informations laissées pas les traces de nos adversaires. »

Comme Sainz, Yazeed Al-Rajhi avec l’autre Toyota Hilux Overdrive, a aussi passé une meilleure journée malgré une crevaison lente dans la seconde partie de la spéciale. On ne peut pas en dire autant de Vaidotas Zala lui aussi au volant d’une Mini John Cooper Works Rally X-Raid, à la peine pour trouver son rythme sur cette étape :

« On a fait quelques erreurs, probablement d’inattention, et j’ai été trop prudent sur certaines parties. Mon co-pilote m’a demandé d’augmenter le rythme pour rattraper un peu de temps à la fin, mais nous aurons besoin d’appuyer encore plus demain. Par chance, partir quatrième derrière Nasser sera une bonne place pour nous. »

La victoire en T3 revient à Guillaume de Mévius du Red Bull Off Road Junior Team, devant ses coéquipiers Mitchell Gutherie et Cristina Guttierrez. De Mévius ravit la tête du général à Seth Quintero, immobilisé au départ de la spéciale après avoir cassé sa boite de vitesse en liaison. Pas de quoi mettre à mal les espoirs de succès du team Red Bull Off Road Junior qui truste le podium du provisoire en plaçant Guttierrez seconde devant son coéquipier Gutherie. Guillaume de Mévius, décontracté, avoue se plaire dans sa nouvelle discipline :

« Il y a des choses que j’aurais pu mieux faire aujourd’hui, mais je sais que je dois apprendre. On a encore de la marge de progression. J’essaye de ne pas me mettre trop de pression parce que je pense que c’est de cette façon qu’il faut aborder la discipline. C’est d’ailleurs pour trouver une atmosphère moins stressante dans le baquet que je me suis tourné vers le rallye-raid. »

En T4, Nasser peut encore être fier de son frère Khalifa Al-Attiyah qui remporte à nouveau l’étape du jour et consolide sa position de leader au général. De retour après son tonneau d’hier, Aron Domzala du Monster Energy Can-Am, termine deuxième devant son coéquipier Austin Jones. Au général, l’américain se place devant un autre pilote South Racing, le hollandais Kees Koolen.

 

Le TOYOTA HILUX de Nasser AL ATTYAH et de Mathieu BAUMEL toujours leader 

DEMAIN DIMANCHE

ÉTAPE 3 : La « Marathon »

Liaison : 132 km / SS : 315 km / Total : 447 km / Chrono : 70 %

David Castera nous détaille cette avant-dernière journée:

« C’est la spéciale la plus longue et la plus rapide du rallye. On l’appelle la Marathon dans l’organisation car elle fait près de 300 km d’une seule traite, juste  entrecoupés juste par un ravitaillement. Comme les concurrents peuvent en trouver sur un Dakar. C’est une spéciale très rallye-raid, très rapide, avec beaucoup de rythme entre les champs de blé. Comme lors de l’étape 1, on sera dans une zone que l’on avait déjà explorée l’an passé. »

 

Alfredo SORIA

Photos : Charly LOPEZ 

 

Rallye-Raid

About Author

gilles