JACQUES CHEINISSE REND HOMMAGE À CLAUDE FURIET

 

 

Jacques Cheinisse qui fut le grand directeur sportif de l’inoubliable équipe Alpine, celle qui brilla autrefois, avec ses multiples victoires dans tous les plus grands rallyes internationaux et ses superbes victoires décrochées un peu partout, et notamment a plusieurs reprises au Monte Carlo sans oublier le premier titre mondial par équipes, obtenu avec son clan des mousquetaires, les Andruet, Therier, Nicolas, Piot, Vinatier et autres Darniche, nous adresse son hommage, à l’ami Claude Furiet.

 

Fufu,

Alors, Claude Furiet, aussi, est parti, ce samedi 8 mai 2021…que de tristesse s’acharne sur le clan Alpine !

Pour tous, c’était « Fufu », un surnom gentil, sympathique qui lui allait si bien. Mais dans l’intimité, il aimait bien aussi que certains proches de la première heure l’appellent « Commandatore » par admiration pour Ferrari et pour le Sport Automobile dans toute sa grandeur et sa magnificence …passées.

Fufu a été un des premiers à rejoindre la start-up Rédélé/Alpine en 1961, dans le site improbable du 13 rue Forest, Paris 18°, où au début, tout se passait, on pourrait même écrire, bouillonnait !

Il est tombé dedans un peu par hasard, s’étant lié d’amitié avec un certain Claude Rédélé pendant cet interminable et douloureux service militaire en Algérie imposé à tous les jeunes garçons de l’époque.

De retour à Paris, déjà contaminé par le virus automobile, il ne tarda pas longtemps à faire jouer sa relation privilégiée avec Claude pour séduire le frère, Jean, et rentrer dans la nouvelle Société des Automobiles Alpine…à ses risques et périls car, à l’époque (et même beaucoup plus tard…) Monsieur Jean n’était pas homme à s’encombrer d’un organigramme ni de définitions de fonctions.

On entre chez Alpine pour foncer, sans se poser de questions sur le cadre exact de son job, sa rémunération et son avenir dans la boite !

Comme les autres, Fufu fera tout : vendeur, coursier, convoyeur, laveur, technicien de surfaces, mais aussi secrétaire, comptable, interprète, confident, négociateur, consolateur, et même, écrivain.

On lui doit le premier livre écrit sur Alpine, édité chez Solar : « Alpine dans la course ».

 


Il touche à tout avec humour, drôlerie, empathie, gentillesse, mais aussi avec un certain détachement altier, presque aristocratique, qui fait son charme et dont il use sans vergogne auprès de la gent féminine car Fufu, c’est un grand séducteur gentil et attentionné.

Dans le fatras des tâches quotidiennes, on retiendra surtout de lui sa capacité à lier des relations amicales et solides dans les milieux les plus divers : la presse, les autorités sportives, les rares sponsors, les concurrents et les autres milieux sportifs, par exemple, la valeureuse équipe de France de Ski, en particulier Jean Claude Killy, Champion Olympique, qui deviendra son ami mais aussi les Mauduit, Wollek, Annie Famose qu’il convertira à la Berlinette Alpine.

Il a largement contribué à établir cette tonalité sympathique qui dès le début, a investi l’image de la marque Alpine.

Aussi ne faut-il pas s’étonner si, Renault prenant le contrôle d’Alpine en 1973, le climat relationnel s’est brutalement assombri et que notre Fufu n’a pas pu le supporter bien longtemps…

En effet, dès l’année suivante, en 1974, il a été développer ses talents ailleurs, chez BMW France pour commencer

Puis, il a continué tranquillement une belle carrière diversifiée dans les relations publiques, la presse, la promotion sportive car au final, il n’est resté que 13 ans chez Alpine, mais suffisamment longtemps pour se forger l’image d’un personnage historiquement lié à la marque…

Merci,  Claude Furiet !

 

Jacques CHEINISSE

 

 

Nécrologie Personnalités Sport

About Author

gilles