MOTOGP 2021 : ALBERTO PUIG ABSENT DEPUIS DEUX GP, OPÉRATION DES JAMBES COMPLIQUÉE

 

 

 

Le team manager de Honda HRC a été absent des GP de Portimao et de Jerez, ainsi que des essais officiels le lendemain du GP andalou.

Il a été opéré des jambes, et ce n’est pas la première fois,  suite à un vieil accident en 1995 !

Cette année là, il avait gagné un GP 500 sur une Honda NSR 500 à Jerez, ce sera d’ailleurs sa seule victoire dans cette cylindrée.

Peu de temps après, aux essais du GP de France, il chute à très haute vitesse, estimée à plus de 250 km/h.

 

LA CHUTE DE 1995

 

C’est à la courbe Dunlop, la chute qui s’est terminée dans les Air Fence accrochés aux rails de protection.

Il a littéralement découpé ces Air Fence pour se fracasser contre le rail.

Jambe gauche salement brisée, il est passé, comme Doohan finalement, tout près de l’amputation.

Mais à la différence de Doohan, Puig a dû arrêter sa carrière en 1997.

Et depuis, il passe régulièrement sur le billard pour essayer de garder cette jambe.

La courbe Dunlop a toujours été un haut lieu du circuit Bugatti (comme du grand tracé des 24 Heures Auto) mais son dessin a été modifié plusieurs fois pour des raisons de sécurité. (On voit tous les changements du tracé sur le document ci-dessous).

 

La chute de Puig a eu une conséquence désastreuse pour le Bugatti, qui a perdu le GP de France Moto à cause de cet accident !

Le circuit manceau récupérera les GP Moto en 2000, qui ont été courus de 1996 à 1999 au Paul Ricard.

Donc Puig perd pratiquement sa jambe gauche dans cet accident, on ne l’a finalement pas amputé mais elle n’a plus que la peau sur les os !

Puig a même dit plus tard qu’il avait été soigné grâce à une greffe  osseuse incluant de l’os de vache !

Bien entendu, il est victime de complications assez fréquentes et à chaque fois, on réussit à sauver sa jambe.

Cette année, après le deuxième GP du Qatar il est repassé sur le billard, avec une transplantation de vaisseaux sanguins de la jambe droite à la gauche.

Il a donc été absent au Portugal et en Andalousie, ses médecins annoncent son retour pour le GP du Mans.

On a d’ailleurs d’abord pensé à un retrait à la façon des Plébéiens sur l’Aventin de Rome (499 avant JC) parce qu’il était totalement en désaccord avec Alzamora, le très puissant agent des frères Marquez, mais clairement il n’y avait pas que ça dans sa disparition.

 

PUIG ET ALZAMORA

On sait que cette année, Honda est dans des difficultés extrêmes, que ce soit en team factory où Marc Marquez se remet lentement de trois opérations de l’humérus et d’une saison sans monter sur la moto, Pol Espargaro ne trouve aucune solution et geint de ne pas recevoir de conseils de Marc Marquez.

C’est vrai que chez KTM, Pedrosa a fait une autre superbe moto qui est arrivée toute faite dans les mains de Pol, mais le cas n’est pas comparable avec Honda.

 

POL ESPARGARAO A DU MAL A ENTRER DANS LE FILM!

 

Parce qu’à son époque KTM, la moto, avant Pedrosa, était une brêle, Honda est une moto potentiellement gagnante mais littéralement couverte de nouveautés à chaque essai, au point d’ailleurs que pas un seul des quatre pilotes Honda n’est équipé d’une moto identique !

Alex Marquez n’arrive pas à retrouver ses bonnes sensations de 2020, trois chutes en quatre GP et  une malheureuse 18ème place au général avec 8 points.

Le seul à voir le jour de temps en temps est Nakagami mais ses datas ne sont pas compatibles avec les autres motos de la marque.

 

NAKAGAMI MEILLEUR PILOTE HONDA MAIS A DACHE!

Il est le meilleur de la bande avec une onzième place au général et dix neuf points au compteur…

Pas terrible…

Alors on ne va pas dire que l’absence de Puig soit la raison de ce mauvais début d’année, on affirme assez souvent qu’il sert surtout de fusible entre les Japonais et le paddock !

Il a quand même été le roi du casting raté pendant des années, après avoir fait virer Pedrosa dès son arrivée, un vieux règlement de comptes.

 

MARQUEZ DOIT EN PRINCIPE RETROUVER SA VITESSE PERDUE

Cela dit, sur un vaisseau en déroute, même un mauvais capitaine peut faire établir la voilure qui correspond au temps, donc si on souhaite un team manager beaucoup plus pointu (mais les Japonais pas forcément…) on fera avec.

Et bon retour dans le paddock parce que vivre avec une perspective permanente d’amputation c’est au-delà du cauchemar…

Jean Louis BERNARDELLI 

Photos MotoGP et DR

 

 

 

 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

Jean Louis Bernardelli