RETOUR DE ROBERT WICKENS AU VOLANT A MID OHIO

 

 

 

 

Une nouvelle qui fait vraiment plaisir, comme tout récemment un autre retour au volant, celui de l’Équatorien Jean Manuel Correa, le ‘ miraculé lui, du drame de la F2 à Spa le 31 août 2019 !

Le Canadien Robert Wickens, est en effet à son tour de retour en piste et derrière un volant, plus de deux ans après le terrifiant accident survenu en Indycar lors de la course de Pocono, le 19 août 2018

Robert Wickens, le Canadien maintenant âgé de 32 ans – il est né le 13 mars 1989 à Toronto –  qui avait subi de graves conséquences physiques, dont une blessure à la colonne vertébrale sur la piste de Pennsylvanie, s’est depuis et avec une formidable et inouïe volonté féroce et un courage exceptionnel, qui n’était pas sans rappeler celui d’Alessandro Zanardi, aprés son crash épouvantable accident du Lausitzring le 15 septembre 2001 en Indycar, où il a perdu l’usage de ses deux jambes…

Wickens ces derniers mois s’était entièrement consacré à un programme de récupération continu qui l’a amené à récupérer une partie de la mobilité de ses membres.

Bien qu’il utilise toujours un fauteuil roulant pour se déplacer, ses progrès ont été impressionnants et il est capable de se soutenir et de se déplacer avec un déambulateur. Pendant tout ce temps, Wickens est resté dans l’équipe Indycar Schmidt-Peterson, en tant que super-consultant même depuis la fusion et l’arrivée de McLaren.

La chance de retourner dans le cockpit d’une voiture de course vient de se présenter, après un précédent retour-exposition au volant sur une route au volant d’une Acura NSX en 2019, Robert est effectivement venu sur le circuit de Mid-Ohio, avec le Bryan Herta Autosport, la structure qui gère l’équipe Hyundai TCR officiel dans la série IMSA Michelin Pilot Challenge

C »est lors de rencontres sur les pistes de l’Indycar que la rencontre s’est faite avec Bryan Herta. Robert explique:

« Bryan a réalisé que ça serait une belle opportunité. Lui et George Streibrenner IV m’ont demandé si j’aimerais qu’ils contactent Michael Johnson pour emprunter sa précieuse voiture spécialement préparée pour effectuer quelques tours. De fil en aiguille nous en sommes arrivés à organiser cet essai, mais le tout est possible grâce à la générosité de plusieurs personnes».

Pour Robert, il est clair qu’il veut retourner à la course et redevenir pilote à temps plein:

« Depuis le jour de mon accident, je travaille pour revenir en course et je pense que je le mérite.».

Wickens a conduit avec des commandes manuelles. Une voiture habituellement utilisée en course par Michael Johnson, un Texan de 28 ans devenu paraplégique dans un accident de moto à l’adolescence, et qui a atteint l’Indy Pro Mazda avant de passer aux voitures berlines.

Robert qui déclarait après cette reprise :

« De remettre mon équipement de course, d’être en piste, c’était comme être de retour à la maison ».

Et le courageux pilote Canadien concluait en apportant encore quelques précisions :

« Par contre, une fois en piste c’est une autre histoire, car j’ai dû m’habituer aux commandes d’accélérateur et de freinage au volant, et avec la pluie c’était un vrai défi d’apprendre à bien piloter cette nouvelle voiture».

Quoiqu’il en soit, on ne peut qu’être admiratif de sa volonté de tout mettre en oeuvre pour tenter l’impossible… Mais avec les exemples de Zanardi et de Correa, cela lui donne de formidables motifs et raisons de persévérer pour y parvenir !

 

Peter GRISWOLD

Photos : TEAM 

 

 

Evenements Personnalités Sport

About Author

gilles