MICHELE ALBORETO : IL Y A 20 ANS LE MILANAIS, IL TROUVAIT LA MORT, LORS D’UN TEST AVEC AUDI SPORT.

 


2011-LE-MANS- Equipe AUDI-SOUVENIR-ALBORETO-10 ANS.

 

 

En ce 25 avril, cela fait 20 ans que disparaissait tragiquement le pilote italien Michele ALBORTO, âgé de 44 ans.

Vingt ans déjà !

Michele ALBORETO faisait partie de cette race de pilote éclectiques tantôt sprinter tantôt marathonien et qui se défendait avec un égal bonheur aussi bien au volant d’une monoplace que d’un proto en endurance.

Et en ce mercredi 25 avril 2001 le sport automobile perdait une de ses figures marquantes au cours d’une séance d’essais préparatifs pour AUDI SPORT, engagé avec le Team JOEST en vue du  double tour d’horloge au Mans qui avait lieu à peine deux mois plus tard les 16 et 17 juin 2001.

Alors qu’il effectuait un test en fin d’après-midi lors d’une séance destinée à peaufiner l’aérodynamisme et le comportement des pneumatiques du proto AUDI R8R sur l’anneau Eurospeedway du Lausitzring près de Cottbus en ex Allemagne de l’Est et que la session touchait à sa fin, le bruit typique du V8 Turbo qui enveloppait la lugubre plaine de la Lausitz, sombra soudainement dans un silence complet, alors que le box AUDI pointait l’arrivée de la voiture au bout du dernier ‘’banking’’ de l’Eurospeedway.

Un petit nuage de fumée au loin donna une première indication aux ingénieurs de la marque aux anneaux, qu’ALBORETO avait connu un problème qui à première vue paraissait d’ordre technique et pour être fixé rapidement chez AUDI-JOEST, on y délégua rapidement une équipe de techniciens vers l’endroit en question.

Et arrivé sur place pour les mécanos et ingénieurs, ce fut l’horreur complète lorsqu’ils découvrirent la R8R à l’envers et complètement aplatie derrières les barrières de sécurité et le pilote Milanais inanimé, au milieu des débris fumants…

Le médecin de l’équipe AUDI SPORT-JOEST, le Dr JOHN directement diligenté sur le lieu d’accident, ne put hélas que constater le décès instantané du malheureux Michele ALBORETO et prévenir ensuite le Dr Wolfgang ULLRICH, le Directeur d’AUDI SPORT du drame qui venait de se produire et qui plongea tout le staff ainsi que sa compagne Nadia dans un profond désarroi.

 

 

ENDURANCE 1999 – Mchele Alboreto-Audi R8 24 Heures du Mans 1999-© Manfred GIET

ALBORETO VICTIME UN PEU PAR HASARD.

 

Le pire dans cette tragédie c’est que Michele ALBORETO participait à cet essai grandeur nature non pas par son expérience au niveau des voitures de sport type Le Mans mais par pure coïncidence.

Afin de donner un temps de conduite similaire à chacun des pilotes de ses deux équipages officiels engagés aux 24 HEURES DU MANS 2001,vl’équipe AUDI-JOEST conviait chacun d’entre eux, à un test et dans cette séquence, c’était tout simplement et par pur hasard au tour de Michele ALBORETO, qui aurait dû en principe faire équipe avec Tom KRISTENSEN et  Dindo CAPELLO, comme le déclara l’ingénieur HAUSNER à l’époque.

Les responsables d’équipe se mirent à investiguer rapidement sur l’origine de ce qui avait pu conduire à cette tragédie qui venait de s’abattre sur eux en excluant rapidement toute erreur de pilotage de l’infortuné ALBORETO.

Après avoir analysé l’épave de fond en comble, les experts aboutirent à la conclusion unanime que la sortie de route, avait été provoquée par une crevaison lente du pneu arrière gauche, qui avait soudainement complètement déséquilibré l’AUDI R8, poussée à plus de 300 Km/h par le puissant moteur 3,6 Litres Turbo V8, qui l’équipait.

Par la suite il s’avéra aprés une analyse approfondie de ce qui restait de l’enveloppe du pneu MICHELIN, qu’une petite pièce métallique avait provoqué une petite entaille qui au fil des tours parcourus à pleine charge, avait occasionné cette crevaison lente.

Depuis cet incident et même si ce drame ne ramènera pas Michele ALBORETO, le Team officiel AUDI travailla d’arrache-pied pour développer des capteurs de pression des pneus reliés à la télémétrie qui équipaient leurs voitures afin d’éviter que de telles situations ne se reproduisent plus.

F1 1982 Michele ALBORETO-1ère victoire avec la TYRRELL 011 1982-© Manfred GIET

MICHELE ALBORETO UN GENTLEMAN DRIVER DANS TOUTE SA SPLENDEUR .

 

La disparition dramatique d’ALBORETO plongea le sport automobile entier dans le chagrin car Michele était un vrai gentleman et unanimement apprécié par tous ses confrères et ses fans tout au long de sa carrière brutalement interrompue après trois décennies au plus haut niveau.

Une carrière qu’il avait débuté en 1970 en monoplace dans la Coupe italienne FIAT ABARTH, avant de poursuivre en F3, où il remporta le titre Européen en 1980, ainsi qu’une victoire en F2 en 1981.

En parallèle, il pilotait aussi en sport-protos pour l’usine LANCIA avec une victoire aux 6 HEURES DE WATKINS GLEN, avec son compatriote Ricardo PATRESE, avant de trouver un volant chez TYRRELL en F1, Team pour lequel il pilotera durant quatre saisons(1981-1982-1983 et 1989) et remportera deux victoires dont une en 1982 et l’autre en 1983, à Detroit et qui restera gravée comme le dernier succès du Team TYRRELL.

 

F1 1983 – Michele ALBORETO-TYRRELL 011 1983-2ème victoire mais la dernière pour le Team mythique Anglais-© Manfred GIET

Enzo FERRARI persuadé de son talent, l’engagera de 1984 à 1988, durant cinq saisons couronnées de trois victoires et d’un titre de vice-champion du Monde en 1985 derriére Alain PROST, saison au cours de laquelle il avait les cartes en main pour remporter le titre sans quatre abandons pour raisons techniques et lors des quatre derniers GP !

PROST étant comme me le souffle Gilles GAIGNAULT, rappelons-le, couronné deux GP avant la fin, le dimanche 6 octobre 1985, sur le circuit du sud de LONDRES, BRANDS-HATCH, alors qu’il restait encore ceux, d’AFRIQUE DU SUD à KYALAMI et le premier Grand Prix d’AUSTRALIE, à l’époque à ADELAIDE.

 


PROST-CHAMPION-DU-MONDE-1985-ALBORETO-a-la-FIA – Photo :Bernard BAKALIAN

 

Ses cinq dernières années en F1 ? furent des saisons de galères, d’abord chez FOOTWORK de 1990 à 1992, puis chez LOLA BMS en 1993, avant de terminer enfin par une dernière et ultime chevauchée, chez MINARDI en 1994.

Suite à cette série de revers et comme d’autres compagnons d’infortune, il décide de changer son fusil d’épaule, en se réorientant vers les voitures de sport, à partir de 1995 et jusqu’à cette sinistre année 2001, en représentant les écuries SCANDIA TEAM (FERRARI 333), JOEST (TWR ASTEC), COURAGE (COURAGE C41) et AUDI-JOEST (Audi R8 R et R8) en Championnat du Monde des Voitures de Sport (WSC).

 

24 HEURES DU MANS 1983 – Michele ALBORETO-LANCIA© Manfred GIET

 

Il y obtiendra d’ailleurs quelques belles performances, comme des 2èmes et 3èmes places aux 12 Heures de Sebring et au Petit Le Mans aux USA, aux 500 Km de Silverstone ou encore aux 24 Heures du Mans.

Son point d’orgue en endurance, restera bien évidemment sa victoire aux 24 Heures du Mans en 1997, au volant d’une PORSCHE TWR du Team JOEST, avec l’ancien pilote de F1 FERRARI et McLAREN notamment, le Suédois Stefan JOHANSSON et le Danois Tom KRISTENSEN, qui à l’occasion entamait dans la Sarthe la première victoire de sa longue série de neuf au total !

 

24-HEURES-DU-MANS-1997-VICTOIRE-de-la-PORSCHE-JOEST-de-JOHANSSON-ALBORETO-KRISTENSEN

 

Alors qu’il était devenu pilote d’usine pour le Team AUDI-JOEST avec encore quelques belles cartes à jouer, le sort en a décidé autrement, en cette bien pénible et triste satanée journée du 25 avril 2001, sur l’anneau de vitesse du LAUSITZRING, au milieu de nulle part.

Chez AUDI SPORT,  il n’a laissé que de bons souvenirs comme l’a relevé le Dr ULLRICH dans son éloge funèbre à l’époque lorsqu’il déclara :

« Michele, tu nous as tellement donné et non seulement tu nous manqueras beaucoup mais tu resteras pour toujours dans nos cœurs. »

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency et Bernard BAKALIAN

 

F1-Grand-Prix-de-Monaco-1985-Podium-pour-de-ANGELIS-PROST-et-ALBORETO-avec-Jean-Marie-DUBOIS-de-MOËT-CHANDON

F1 Michele Alboreto-chez Ferrari de 1984 à 1988-© Manfred GIET-

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles