MOTOGP 2021 : SUR L’INCOMPÉTENCE DE SPENCER ET SES MARSHALLS, LE BOURRE PIF DE PONCHARAL ET PAOLO SIMONCELLI.

 

 

 

J’avais moi-même annoncé à sa nomination être heureux que le patron des marshalls qui surveillent l’application des règlements sur le MotoGP, soit un motard, Freddie Spencer, ancien Champion du monde en 500cc, j’ai pensé à l’époque qu’il serait capable de mettre un peu d’ordre dans le bazar qu’était devenue cette cellule.

Las !

J’ai donc fait une erreur puisque depuis deux ans je n’arrête pas de dénoncer leur incompétence. En faisant appel à mes réminiscences de Sciences Po, je me souviens d’un brillant exposé de mon professeur Vedel, l’homme qui a écrit la constitution de la Vème République.

Cette conférence démontrait qu’un médecin ferait toujours un mauvais ministre de la santé, un proviseur serait inutile à L’Éducation temps, etc…

Mais bon, l’erreur est là, Spencer a été un brillant champion, un mec adorable mais avec ses copains marshalls, il est nul. On est vite reparti depuis son arrivée dans un style non seulement d’une raideur insupportable mais en plus avec des décisions incompétentes…

Et des erreurs de poids ! Je les ai dénoncées à chaque fois, y compris ce week end à Portimao, où ils se sont déchaînés, faisant partir des stands et cinq secondes après le dernier passé des pilotes qui ne le méritaient pas.

 

PONCHARAL TIRE A VUE…

ACOSTA GAGNE LE GP DE DOHA … PARTI DES STANDS!

 

Aparté mais qui a toute sa place dans ce reportage, au Qatar, le très jeune Acosta, 16 ans, qui est en tête du mondial Moto3, a réussi, alors qu’il était puni et condamné à partir des stands …  à gagner la course !

Et paf dans la tronche des marshalls…

De mémoire, Dani Pedrosa a réussi la même chose en 2012, à Valence, mais il était volontairement parti des stands pour changer de pneus après le tour de chauffe. Idem pour Marc Marquez au Sachsenring en 2014.

C’est un truc très rare car quasiment impossible, en principe quand les marshalls punissent un pilote et le forcent à partir des stands, c’est pour lui infliger un résultat cuisant…

Mais il n’y a pas que moi et les fans que ça exaspère.

 

HERVÉ PONCHARAL EN ROGNE? RARISSIME

 

Le paddock en a marre de ces errements, déjà normalement un juge, dans nos sociétés, existe pour estimer la gravité de la faute, là on tombe dans une parodie de gendarmes genre « le règlement c’est le règlement »…

Voici donc deux déclarations émanant de deux ‘princes’ du paddock, dont les personnalités sont à l’opposé, l’une de l’autre.

Hervé Poncharal à propos des pénalités infligées dans tous les sens à Portimao.

« Il y a encore eu une décision très étrange prise par la direction de course. Je dois dire que c’est quelque peu honteux. Je suis vraiment déçu et très triste de la façon dont cette décision a été prise et surtout, je ne comprends pas pourquoi la pénalité imposée à beaucoup de pilotes a été différente de l’un à l’autre. Quelqu’un devait payer une amende et un autre devait partir de la voie des stands. »

Je ne reviens pas sur les faits, cela a été fait à l’occasion du GP mais il a fallu vraiment beaucoup d’incompétence pour qu’un Hervé Poncharal, patron de l’écurie Tech 3, homme en principe légaliste et qui ne monte jamais sur ses grands chevaux en public, se lâche, c’est tout à son honneur, dans un communiqué de presse et non sur un réseau machin ou truc…

Il n’est pas le seul.

 

PAOLO SIMONCELLI FAIT TONNER LA GROSSE ARTILLERIE.

PAOLO SIMONCELLI ET SON PILOTE SUZUKI

 

Paolo Simoncelli, le père du regretté Marco Simoncelli, dont le team porte le surnom de son fils, SIC, s’est déchaîné…

Il est  vrai qu’en Moto3 (dans les autres cylindrées aussi mais ça se voit moins…) durant les essais et surtout les qualifs on déploie des tactiques souvent énormes. On ralentit à mort hors des limites de piste pour ne pas être pénalisés, rouler au ralenti sur la trajo est logiquement puni, on attend le mec dont on veut suivre l’aspi et il y en a parfois dix à la queue leu-leu derrière la star du moment.

Paolo Simoncelli :

« Je voudrais attirer l’attention sur ce que la direction de la course et mon « ami » Freddie Spencer ont fait. Ils ont décidé de m’infliger une amende de 1000 euros à moi et aux autres équipes. Selon eux, nous avons envoyé nos pilotes sur la piste – délibérément tous ensemble – trois minutes avant la fin des qualifications, ce qui a provoqué du trafic.

Tout le monde veut réussir son dernier tour rapide et sort en même temps mais parfois, cela sécurise une pole ou une bonne position sur la grille en empêchant toute amélioration dans les derniers tours.  

Le trafic qui est également là au début quand tout le monde commence à rouler en même temps. Même si je ne suis pas d’accord avec le spectacle que nous offrons aux spectateurs, lorsque les pilotes attendent les plus forts pour décrocher un chrono dans leur sillage, il n’y a actuellement aucun ensemble de règles qui interdirait d’être sur la piste pour rouler quand on veut. Les marshalls ? Dans leurs bureaux, ils sont courtois, écoutent vos conseils et semblent être d’accord avec vous. Mais au final, ils le font comme les enfants, dès qu’on leur tourne le dos, ils font ce qu’ils veulent ! »

 

SIMONCELLI EST UNE GRANDE FIGURE DU MOTOGP

 

Les marshalls de Portimao étaient Freddie Spencer, Bill Cumbow et Raffaele De Fabritiis, encore un petit coup de bourre-pif…

« Ils sont maintenant le trio qui fait le plus de bruit dans le paddock en raison de ses décisions erronées. A chaque fois ils confirment nos thèses sur leurs décisions absurdes. Même si parfois, ils comprennent qu’ils ont commis une erreur, ils ne se remettent jamais en cause,  bien au contraire. Ils s’obstinent dans l’erreur avec constance. Fantastique! »

Voilà, Paolo Simoncelli, au contraire d’Hervé Poncharal, est plutôt du genre ‘grande gueule’! La Dorna ne peut pas faire grand-chose, c’est du domaine sportif et donc de la FIM. Mais ces messieurs de la Fédération Internationale Motocycliste ont laissé les séances de qualifications partir en vrille, c’en est parfois grotesque.

Bref peu de solutions, car en effet comment empêcher un pilote de rouler à tel ou tel moment d’une qualif ? On pourrait évidemment les lâcher toutes les dix secondes, idem quand ils repassent au stand mais du coup les derniers à prendre la piste n’auront pas le temps de faire leur tour de lancement puis leur tour rapide.

 

DES JUGES SEREINS SERONT D’AUTANT MIEUX RESPECTÉS

 

Et il y aurait de gros encombrements dans les stands pour attendre d’avoir le droit de rouler. Or dans tous les sports mécaniques, souvent, la pole se décroche au dernier tour.

Donc pas de solutions côté règlement.

Et du coup il serait essentiel que les marshalls, au lieu de jouer les justiciers, fassent la part des choses.

Or ils jouent les Inquisiteurs, cette histoire est une honte qui casse le jeu dangereux du MotoGP, toute société a besoin d’un règlement mais pour l’appliquer, il y a soit la schlague, ce qui est le cas, soit l’analyse des faits.

Jean Louis BERNARDELLI

Photo : MotoGP et DR

 

 

 

Moto Moto2 Moto3 MotoGP Sport

About Author

jeanlouis