MOTOGP 2021 APRÈS LE GP AU QATAR 1 : CEUX DES PILOTES QUI SONT PAS CONTENTS DE LEURS COURSES!

 

LES TROIS LES PLUS CONTENTS DU PREMIER GP AU QATAR

 

Alors oui on a eu le cœur frisant l’infarctus en voyant Johann Zarco partir devant avec les Ducati de Bagnaia et Miller, encore plus quand Miller a commencé à lâcher le rythme, terriblement quand un Maverik Vinales magistral, a passé tout le monde et on a eu envie de se faire Hara Kiri quand Joan Mir est venu se placer en position de podium.

 

L’ERREUR DE MIR AU DERNIER VIRAGE (MONTAGE CORSE DI MOTO)

 

Mais Zarco et Bagnaia, nous l’avons démontré hier à bases d’images fixes capturées sur le GP, les deux Ducati ont gardé une trajo superbe au dernier virage où Mir fait un large à l’extérieur, les Ducati sont sur leur lancée à la corde, Mir a perdu le podium.

Mais là, on est du côté des gens contents, en tous cas ceux qui sont sur le podium.

Mais la loi mathématique est toujours cruelle, quand tu restes au pied de la stèle, tu fais la gueule alors les autres ! Revue des regrets…

 

LES DÉÇUS DU QATAR

BAGNAIA PART EN TËTE, MES AMIS DE GP ONE LE VOYAIENT GAGNER!

 

Il y a d’abord, certains lecteurs me l’ont signalé, le site italien GP One, des mecs que je connais et que j’aime bien d’ailleurs, qui ont un problème car ils écoutent religieusement Carlo Pernat, un mec qui fait un peu de tout, il même des pilotes sous contrat (mauvaise pioche avec Iannone…) qui sait toujours tout et se plante sévère dans ses annonces…

Dimanche, le site a carrément ignoré la course pourtant sublime de Johann Zarco…

Bon c’est normal finalement, ils espéraient un succès Italien, tandis que nous on espérait Zarco sur le podium, qui a terminé d’ailleurs meilleur pilote de l’écurie Italienne Ducati, eux, mes amis ritals, ont vu pendant longtemps, jusqu’au réveil de Maverik Vinales, la course gagnée par … leur compatriote Bagnaia, un italien sur une moto italienne.

Il y a en effet de quoi être déconfit…

Ensuite on passe aux pilotes et aux managers…

 

MIR DÉPITÉ SUZUKI N’A JAMAIS FAIT UN PODIUM AU QATAR!

 

A commencer par l’équipe Suzuki et Mir car la marque n’a jamais décroché un podium au Qatar, cette fois elle est encore quatre avec Mir.

Le pilote a prétendu avoir été battu par la puissance des Ducati (qui n’avaient plus de pneus, contrairement à lui) alors que nous avons montré hier qu’il a fait une faute dans le dernier virage dont Zarco et Bagnaia qui étaient eux sur une trajo parfaite, ont profités et surtout avec le régime moteur Ducatti qui va bien.

On passe à Fabio Quartararo, que l’on a espéré sur le podium avec Zarco mais qui a eu un coup de mou dans la deuxième partie de la course, pneu arrière dégradé.

 

QUARTARARO N’AVAIT PLUS DE PNEUS A MI COURSE

 

Fabio Quartararo qui confiait: « Au début, je me sentais très bien mais dès que j’ai doublé Jack Miller, j’ai pu rattraper Johann très vite, mais j’ai senti une grosse dégradation du pneu arrière à laquelle nous ne nous attendions pas puisque je n’en avais jamais eu lors du test et des essais. Aujourd’hui, c’est un désastre total donc j’ai décidé de gérer un peu. Mais quand Maverick m’a doublé, il était simplement dans une autre ligue et il avait beaucoup plus d’adhérence que nous. Sur la fin, j’ai pu doubler Rins et Miller car je pilotais d’une manière différente. Dans une journée difficile, faire ce genre de résultats nous aidera en fin d’année. »

 

RINS A TOUT RATÉ

 

Rins, sixième au guidon de la seconde Suzuki, reconnaît avoir d’abord oublié de mettre en marche au départ son « holeshot device » qui permet de prendre un départ sans crainte que la roue avant s’envole, puis d’avoir brûlé ses pneus pour remonter vers l’avant et d’être arrivé avec une gomme dévastée, comme les Ducati d’ailleurs!

Alors qu’Aleix Espargaro a affirmé qu’il avait eu un mal fou à piloter rapidement à cause d’un vent très puissant, son frère, Pol, arrivé derrière lui (8) dit que le team Honda a vraiment besoin de Marc  Marquez, dont on ne sait toujours rien, sauf qu’il était huit jours avant le GP,  parti au Qatar pour se faire vacciner au cas ou il puisse rouler… Ce qui n’a pas été le cas mais depuis la date de son retour, imaginée pour Portimao, n’a pas été confirmée…

 

MILLER GÉNIAL DANS L’ADVERSITÉ

 

Miller a eu un commentaire lapidaire : « Il me reste une semaine pour trouver sept secondes »… C’est avec  Valentino Rossi probablement le pilote le plus malheureux de ce premier Grand Prix 2021…

Mais je décerne à Jack Miller la palme de l’humour noir, presque « British Humour », il est vrai que les Australiens membres du Commonwealth, sont encore un peu angliches…

 

MORBIDELLI SE SENT ABANDONNÉ PAR YAMAHA

 

J’oublie Morbidelli, qui a fini à … 24 secondes du vainqueur Maverick Vinales avec la dix-huitième place sur dix-neuf pilotes en piste qui ont vu le drapeau à damiers. Lui a eu un problème avec le système qui permet d’abaisser la moto au départ ou en ligne droite pour gagner de la vitesse, il s’est déclenché quand il ne fallait pas et il s’est retrouvé quasiment sans suspension arrière, on ne peut même pas incriminer cette connerie d’électronique puisque car tout est manuel.

Il est tellement déçu qu’il pense être un peu abandonné de Yamaha « Je sais que je ne suis pas en tête de liste de Yamaha à l’heure actuelle. Je ne sais pas à quelle vitesse ils régleront le problème, mais j’espère que ce sera pris très au sérieux ».

Ce qui est sûr en tous cas c’est qu‘il craint vraiment le même problème durant le deuxième GP du Qatar à la fin de la semaine.

Et puis on passe aux teams managers…

 

LES CHEFS ONT LA TÊTE BASE OU ORGUEILLEUSE

PAUVRE CECCHINELLO, LUI QUI A LE SOURIRE RAVAGEUR

 

On imagine la déception de Lucio Cecchinello, le boss de l’équipe Honda LCR, dont les deux pilotes, Alex Marquez et le Japonais  Nakagami sont allés au gravier ! Nakagami qui était au départ sur le papier plus rapide que Fabio Quartararo!

 

LEITNER N’A PAS DU TOUT L’HUMOUR DE MILLER…

 

Le boss de KTM, Mike Leitner, est certes très content de ses deux premières places en Moto3, donc celle du rookie Acosta, mais sur le MotoGP…

« Nous savions que ce serait un début de saison difficile. On a déjà vu lors des essais et en qualifications qu’on avait des problèmes sur cette piste. Pendant les deux premiers tiers de la course nous n’étions pas mal placés  mais dans le dernier tiers de la course, nos temps au tour se sont considérablement dégradés. Nous devons y travailler, mais ce n’est pas un désastre car nous ne sommes qu’à onze secondes du vainqueur »

Bon, on sait que dans la maison la langue de bois est une obligation professionnelle mais son meilleur pilote, Oliveira, est treize, si ce n’est pas un désastre, ça commence à y ressembler un tout petit peu…

« Ce n’est pas un désastre » c’est ce qu’avait dit le général en chef autrichien Weyrother à son empereur sur le champ de bataille d’Austerlitz, quand le piège de Napoléon a commencé à fonctionner….

Il me restait encore la colère de mon ami Hervé Poncharal, mais c’est du Moto3, son premier pilote est allé au tas dans le premier tour et son deuxième était podium quand il a chuté dans le dernier tour.

Cela dit sur ses quatre pilotes, il en a deux en MotoGP, zéro point sur la journée, il ya en effet de quoi se mettre en rogne!

 

PONCHARAL EN COLÈRE

 

Des fois, comme me disait un de mes meilleurs amis (de Carcassonne, avec  l’accent du sud en roulant les « R »  qui donne du piquant au moment) « des fois tu trouves la vie dégueulasse ».

Deuxième tour à partir de vendredi, ceux qui ont été bons auront un peu le ventre noué de perdre leur prestige et les autres auront soit la bave aux lèvres de rage, soit le visage fermé de ceux qui souffrent en silence …

Jean Louis BERNARDELLI 

Photos :  MotoGP et Red Bull

 

Moto MotoGP

About Author

jeanlouis