LE CIRCUIT DE SPA-FRANCORCHAMPS CENTENAIRE : UN SIÈCLE D’HISTOIRE.


CIRCUIT-SPA-WELCOME-©-Manfred-GIET

 Le mythique circuit Belge de Spa-Francorchamps devient centenaire !

 

Depuis le 12 août 1921 le vénérable toboggan Ardennais est intimement lié à l’histoire de la compétition automobile et motocycliste au point de s’être érigé entre-temps en authentique monument des sports mécanisés.

Implanté au cœur de l’Ardenne Belge, le circuit initialement  appelé ‘’Circuit de Francorchamps’’avant de devenir ‘’Circuit National ‘’et par la suite ‘’Circuit de Spa-Francorchamps’’en référence à la célèbre ville thermale, située à une dizaine de kilomètres de Francorchamps et qui dès 1896 organisait des épreuves automobile de régularité comme’’ Bruxelles-Spa’’,le ‘’Meeting de Spa’’ ou encore’’ la Coupe de la Meuse’’ dont les parcours transitaient déjà par le village de Francorchamps qui devint nommément célèbre par la suite.

A cette époque, Spa surnommée ‘La Perle des Ardennes’ et connue pour ses thermes et son Casino,le plus ancien du Monde, attirait régulièrement des personnalités de tout bord en mal de cure ou de sensations fortes, via les jeux de hasard, qui toutefois furent interdits à un moment, à la fin du 19ème siècle, ce qui incita les responsables de la ville, de trouver un dérivatif et ce afin de compenser l’interdiction des jeux en les remplaçant par des compétitions automobile et ainsi attirer des nouveaux visiteurs.

 


CIRCUIT-SPA-Jean-BEHRA-Maserati-250-F-S6-GP-de-Belgique-1955-à-Francorchamp-©-Manfred-GIET

 UN CIRCUIT INITIÉ PAR UN QUATUOR DE PASSIONNÉS.

 

Pour trouver trace d’une première ébauche d’un circuit dans la région Spadois,e il faut remonter au début du 20ème siècle, à une époque où la Belgique était la 3ème puissance industrielle mondiale avec des constructeurs automobile en plein essor.

Des marques comme IMPERIA, MINERVA ou FN faisaient partie des joyaux technologiques de l’époque, au point de concurrencer la marque anglaise ROLLS ROYCE.

En 1899, le rouquin bBelge Camille JENATZY, fut le tout premier à dépasser les 100 Km/h sur terre à bord d’une voiture électrique de sa propre création, en forme de torpille, nommée ‘’LA JAMAIS CONTENTE’’ alors que les premières courses automobiles commençaient à germer et que la France, l’Allemagne et la Belgique faisaient partie du gratin mondial, pour ce qui était la mise sur pied de compétitions mécaniques.

 


CIRCUIT-SPA-La-Jamais-Contente-sur-laquelle-Jenatzy-dépass-les-100-Kmh-en-1899-

 

Alors que dans la région Spadoise des compétitions automobiles voyaient le jour principalement sous forme de courses de côte ou en ligne, des membres de l’Automobile Club de Belgique, qui portera le titre de ‘’Royal’’à partir de 1912 et de l’Automobile Club de Spa, se penchèrent alors sur un projet de création d’un circuit de compétition dans les environs de la célèbre citée thermale.

Un premier projet de création d’un autodrome à hauteur de l’aérodrome de la Sauvenière, créé en 1908  et situé sur les hauteurs de Malchamps, séparant la ville de Spa, du village de Francorchamps, fut toutefois abandonné pour des raison budgétaires.

Début 1920, quatre personnalités : le Chevalier Jules de THIER, Directeur du quotidien La Meuse, Joseph CRAWHEZ, Bourgmestre de Spa, Raymond LANGLOIS van OPHEM, Président du RACB et le Baron Raymond de TORNACO, homme politique Luxembourgeois et accessoirement pilote talentueux, se retrouvèrent pour l’apéro à l’Hôtel des Bruyères à Francorchamps, où ils forgèrent ensemble un plan de circuit, sur un dessous de verre en carton, en réalisant un croquis, sur lequel le village de Francorchamps apparaissait comme le trait d’union,permettant de relier les villes voisines de Malmedy et de Stavelot, par des routes nationales ,formant un triangle d’une longueur totale de 14 Km.

Ainsi naissait le projet du Circuit de Francorchamps dans les profondeurs de ses forêts Ardennaises en 1920, pour devenir réalité dès 1921, avec l’organisation d’une course de motos comme première suite à l’annulation du GP pour voitures qui n’avait attiré qu’un seul concurrent !

A partir de 1923, ce tracé ultra rapide selon le souhait de ses concepteurs, sera doté d’une cabine de chronométrage, d’un tableau d’affichage et d’une tribune de presse, dotée de matériel téléphonique.

Un an plus tard, verra se dresser une première tribune pour les spectateurs, un parc pour les compétiteurs ainsi qu’une zone de ravitaillement pour faire du circuit de Francorchamps, un outil comme il n’en existait que très rarement à l’époque.

A ce jour d’ailleurs, Spa-Francorchamps dorénavant centenaire, est le plus ancien de tous les circuits routiers, faisant partie du calendrier du Championnat du Monde de la F1.

Seul l’ovale d’Indianapolis datant de 1909, est plus ancien tandis que l’AVUS de Berlin, datant lui aussi de 1921, dont la caractéristique consistait à relier deux lignes droites de 4 Km chacune par deux virages à 180°, ne fut utilisé qu’une seule fois en 1959.

Si au cours des décennies, Spa-Francorchamps a connu de nombreuses modifications, la rivière dénommée ‘’ l’Eau Rouge’’ a toujours fait partie intégrante du mythique tracé depuis ses tout débuts, alors que la piste empruntait encore le virage de ‘’L’ancienne Douane’’ jusqu’à ce jour, où elle coule toujours paisiblement au pied du célèbre ‘’RAIDILLON’’qui tout comme les secteurs KEMMEL, LES COMBES, STAVELOT (dénommé virage Paul FRÈRE entre temps) BLANCHIMONT et LA SOURCE? sont devenus des hauts lieux de la piste emblématique Ardennaise.


CIRCUIT-SPA-La-ligne-droite-avant-le-virage-des-Carrières-sur-lancien-tracé-de-14-Km100-©-Manfred-GIET-

 LES ÉTAPES IMPORTANTES DANS L’HISTOIRE DU CIRCUIT DE SPA-FRANCORCHAMPS

 

 1920 : Conception du Circuit de Francorchamps sous forme de triangle formé par les routes nationales N° 32,23 et 440 reliant le village de Francorchamps aux villes voisines de Malmedy et Stavelot.

1921 : Une première épreuve voit le jour avec une course pour motos en remplacement de l’épreuve initialement prévue pour voitures et qui faute de concurrents(1 seul engagé)a été annulée. Le premier vainqueur s’appelait HASSAL qui au guidon d’une NORTON 500cc a remporté l’épreuve réunissant 23 engagés sur le tracé long de 15,820 Km à la moyenne de 90 Km/h.

1922 : Organisation du premier GP du RACB,une course d’endurance pour voitures de sport et qui vit la victoire de l’IMPERIA ABADAL pilotée par de TORNACO-BRUYÈRE à la vitesse moyenne de 88,900 Km/h de moyenne.

1924 : Trois ans après sa création le circuit est doté d’une cabine de chronométrage,d’une tribune de presse et d’un tableau d’affichage et le RACB(Royal Automobile Club de Belgique) inscrit la première édition des 24 HEURES DE FRANCORCHAMPS à son programme,une épreuve qui par la suite deviendra une référence dans le calendrier mondial du sport automobile.

1928 : Alors que les routes utilisées dans le cadre du circuit étaient en terre et pour éviter d’inévitables projections de gravillons il fut décidé d’asphalter l’entièreté du tracé le rendant du coup encore plus rapide

1939 : la section ‘’ancienne douane’’ est abandonnée au profit d’une toute nouvelle bretelle dénommée ‘’Le Raidillon’’ ou ‘’Eau Rouge’’ pour les profanes ce qui bonifiera le côté spectaculaire de la piste avec une rampe à 17° et qui actuellement encore reste un des virages les plus excitants parmi tous les circuits mondiaux.

1947 : Après 7 années d’interruption de toute épreuve liée à la seconde guerre mondiale,la compétition reprend avec le GP de Formule International remporté par le français Jean-Pierre WIMILLE sur une ALFA ROMEO.

1948 : Changement au niveau de la gestion du circuit où dorénavant une Intercommunale se charge de tous les montages et démontages du matériel ainsi que de l’entretien et la mise en œuvre des nouvelles installations. Réapparition des 24 HEURES DE FRANCORCHAMPS avec le GP de Belgique les deux grands classiques de la saison à Francorchamps.

1950 : La largeur de la piste est portée à 11 mètres et création d’un virage à grand rayon au point le plus bas du circuit et qui portera le nom de ‘’Stavelot’’ en remplacement du virage en épingle de Chefosse.

Ces aménagements font grimper les vitesses au détriment de la sécurité avec des maxima dépassant largement les 300 Km/h en pointe avec FAGIOLI chronométré dans la descente de Masta à 323,272 Km/h. Juan-Manuel FANGIO remportera le tout premier GP de Belgique sur une ALFA ROMEO 158 à la vitesse moyenne de 177,097 Km/h.

1963 : Installation des premières glissières à certains endroits réputés dangereux.

1964 : Renaissance des 24 HEURES DE FRANCORCHAMPS nouvelle formule pour voitures de série améliorées dont la première épreuve est remportée par la paire CREVITS-GOSSELIN sur MERCEDES

1966 : Spa-Francorchamps sert de coulisse au cinéaste John FRANKENHEIMER pour tourner une séquence durant le GP de Belgique de F-1 pour son film ‘’Grand Prix’’ et il sera servi puisque dès le 1er tour la moitié des concurrents dont Jackie STEWART qui se blessera seront éliminé par une grosse averse de pluie sur une partie du circuit alors qu’une autre partie était sèche. La Mc Laren de Phil HILL équipée d’une caméra pour tourner des scènes en direct en partant dernière à la fin du peloton a pu ainsi capter plein de scènes en direct et non-doublées.

1967 : Nouveau revêtement ,nouveaux stands aménagés avec balcons et remplacement des glissières de sécurité.

1970 : Le circuit est pourvu de doubles glissières partout et doté d’une nouvelle chicane au virage de Malmedy afin d’atténuer les vitesses moyennes.

1971 : Sur insistance de Jacky STEWART la F-1 déserte le circuit de Spa-Francorchamps pour des problèmes liés à la sécurité.

1973 : Organisation des premières   24 HEURES pour motos et record mondial de vitesse lors de l’épreuve des 1000 KM DE SPA pour Henri PESCAROLO sur MATRA MS 670B en course à la vitesse moyenne de 262,461 alors que Jacky ICKX avait réussi la pole à 263,415 Km/h le samedi sur une FERRARI 312 PB.

1979 : Inauguration du nouveau circuit réduit à 6,949 Km et des boxes et une ligne de départ situés dorénavant avant le virage de La Source.

1981 : Construction  d’une nouvelle chicane entre les virages de Blanchimont et La Source afin de diminuer les vitesses.Cette chicane modifiée à diverses reprises porte le nom de ‘’Bus Stop’’ parce que à l’époque où le circuit était encore ouvert au trafic routier à cet endroit se trouvait un arrêt de bus !

1983 : Retour de la F1 à Spa-Francorchamps après 12 années d’absence. Le Grad Prixe Belgique étant organisé à Zolder!

1985 : Annulation du GP de Belgique de F1 prévu le 2 juin et reporté au 15 septembre suite à des problèmes de revêtement qui se désagrégeait lors des premiers essais du vendredi 31 mai.

1991 : Jugé insuffisamment sécurisé pour les motos,la FIM décide de ne plus organiser de Moto GP à Francorchamps.

1994 : Suite aux accidents mortels de RATZENBERGER et SENNA à Imola,lors du GP de Belgique de F-1 le pied du Raidillon est doté d’une chicane qui ne sera utilisée qu’à cette seule occasion.

 2003 : Interdit à la circulation routière de mars à octobre le Circuit de Spa-Francorchamps devient d’abord semi-permanent puis dans la foulée permanent avec 220 jours d’exploitation annuelle.En raison de l’interdiction de la publicité pour le tabac décrété par le gouvernement belge,le GP de 2003 est annulé.

2006 : En raison des travaux d’aménagement des infrastructures demandés par la FIA(nouveaux boxes et retouches au niveau de la piste),le GP n’aura pas lieu en 2006.

2007 : Inauguration des nouvelles installations et de la nouvelle chicane en remplacement de l’ancienne du Bus Stop portant la longueur totale du tracé à 7,004 Km.2007 verra aussi le retour de la F-1 au calendrier de la FIA.

2010 : Juste avant le début de saison,un important éboulement dû aux rudesses de l’hiver bloque le tunnel d’accès au circuit pour les semi-remorques des teams durant quelques semaines.

2019 : Construction  d’un circuit de Rallye-Cross dans l’enceinte même du circuit et qui accueillera la même année une manche du Championnat du Monde W-RX et des pourparlers sont entamés et en bonne voie pour un retour des 24 HEURES MOTO et du Moto GP à court terme. Actuellement tout est dans les clous.

2020 : Si l’épingle de la Source reste le virage le plus lent avec une vitesse de passage située entre 70-75 Km/h les deux virages les plus rapides restent celui de L’Eau Rouge et Blanchimont où les 300 Km/h sont atteints tandisque que la vitesse la plus élevée a été réalisée en 2019 par la Toro Rosso de Kviyat qui au freinage du virage des Combes  atteignait les 356,2 Km/h !

Le long historique de ce magnifique outil niché dans son écrin naturel dont les gestionnaires à raison sont très fiers et que beaucoup leur envient le classe désormais parmi les  plus importants hauts-lieux sur l’échiquier mondial des circuits permanents au point d’être souvent étiqueté comme le plus beau Circuit du Monde.

 

Manfred GIET-

Photos : Publiracing Agency

 

CIRCUIT-SPA-La-ferme-de-Masta-où-Stewart-fut-victime-dun-accident-grave-en-1966-©-Manfred-GIET


CIRCUIT-SPA-ackie-STEWART-March-Tyrell-GP-de-Belgique-1970-©-Manfred-GIET.


CIRCUIT-SPA-1000-KM-de-SPA-1973-Matra-MS-670-de-Pescarolo-Beltoise-©-Manfred-GIET-


CIRCUIT-SPA-AGOSTINI-Spa-1976-Suzuki- Photo : Manfred-GIET-

Circuits Evenements

About Author

gilles