OUVERTURE DE LA SAISON DES MONOPLACES ÉLECTRIQUES DE LA FORMULE e A AD DIRIYAH EN ARABIE

 

 

 

La septième saison du Championnat des monoplaces électriques de la Formule E, désormais cette année avec le label et le titre de Championnat du monde, accordé par la FIA, redémarre ce vendredi 26 février en Arabie Saoudite.

Les concurrents entameront leur calendrier avec deux courses en nocturne, sur le circuit urbain d’Ad Diriyah prés de Riyad.

La situation sanitaire avec l’épidémie du Coronavirus COVID-19 qui n’en finit pas et avait sérieusement perturbé la saison 2030 de cette discipline dont les six dernières courses s’étaient d’ailleurs toute déroulées sur la piste de l’aéroport désaffecté de Tempelhof à Berlin, n’a pas disparu…

Loin de là et pire même car l’apparition d’une nouvelle souche en Angleterre qui avait limité l’an dernier, les déplacements des équipes, lesquelles sont toutes basées en Grande Bretagne, avait déjà et hiver entraîné l’annulation et report de la première manche prévue initialement courant janvier à Santiago du Chili.

 

FORMULE E 22 novembre 2019 – Victoire à Ad Diriyah, de SAM BIRD, dans la 1ére des deux courses

FORMULE E 23 novembre 2019  – Victoire à Ad Diriyah dans la seconde course , le 23 novembre 2019 d’Alexander SIMS

 

Rappelons que les deux courses de Ad Diriyah du calendrier 2019-2020, les 22 et 23 novembre 2019 avaient été remportées par les deux Britanniques Sam Bird et Alexander Sims.

Enfin, ajoutons que le tenant du titre, est le Portugais de l’équipe DS Techeetah, Antonio Félix de Costa, son équipier sacré les deux années précédentes, le Français Jean-Eric Vergne, se classant vice-champion !

 


FORMULE-E 2020- Les deux DS TECHEETAH de VERGNE et DA-COSTA

Et concluons en précisant également qu’après les deux épreuves de l’Arabie Saoudite, les pilotes de la Formule se rendront en Italie à Rome, le 10 avril, avant d’aller ensuite à Valence en Espagne, le 24 avril.

A propos de cette discipline un lecteur confiait tout récemment :

Très étrange sport « mécanique » où l’on entend que des feulements désagréables et non les vrombissements qui vous serrent la poitrine à chaque passage et vous plonge physiquement dans la compétition. Sans nier les prouesses technologiques, ce sport édulcoré est un peu comme un repas de chasse sans faisans ni civet de chevreuil!

 

François LEROUX

Photos : FORMULE e et MICHELIN

 

 

 

Formule E Monoplaces Sport

About Author

gilles