TRIAL MONDIAL : MANUEL SOLER ADIÓS !

 

 


Manuel , mon copain , ami , camarade de Team , bon vivant et pilote d’exception , tu pars trop vite , on avait encore plein de bons moments à passer ensemble , tu nous laisses seul avec notre grand panier de souvenirs ! Je suis très triste, je pense à toi et à toute ta famille .Bon voyage Manuel !

Charles Coutard  

J’ai laissé l’intro de ce reportage à Charles Coutard, héros du trial français et mondial de la grande époque, probablement un des meilleurs amis et même des meilleurs complices de Manuel, il a laissé ces quelques lignes et la photo d’ouverture sur son réseau et j’ai fondu en larmes.

Tout le trial fond en larmes.

Manuel, en Espagne, c’était un héros.

 

Dans le monde du trial, c’était aussi un héros mais un mec géant au sourire craquant à l’humour fin.

Un vrai catalan dans le meilleur sens du terme, catalan héritier de la haute, mais la haute s’arrachant les paumes des mains avant de réussir…

La famille Bulto, qui a créé Bultaco.

 

L’ACROBATE DES ZONES

Cela dit, tout en souffrant dans les zones, car le trial est aussi souffrance, Manuel restait un seigneur.

Champion d’Espagne quatre fois d’affilée de 1974 à 1977, sa première victoire mondiale est en Finlande en 1979 et elle est restée dans toutes les mémoires.

Car la nuit précédent la course, Manuel a fait la fête, il ne faut pas oublier qu’à cette période, le sud de l’Europe est congelé sur les mœurs et que le nord est au contraire superbement sauvage, ce sont les filles qui vont chercher les garçons pour danser ou plus si affinités.

 

BELLE PHOTO DE MIGUEL MENDES (EN TRIAL CLASSIC EN ESPAGNE )

 

Le lendemain, il gagne et croyez moi, ces épreuves j’y suis allé, je n’en  ai pas manqué une, ce trial là était un truc énorme, avec des pyramides de Gizeh de granit à passer…

D’ailleurs, la fête avec lui c’était tout le temps, les conneries aussi !

Toujours en Scandinavie, ils montent avec Schreiber, le futur champion du monde US, autre géant du trial d’ailleurs, dans un Transit Ford rouge, une voiture de journalistes les suit en bagnole.

Le Transit s’arrête dans un village, Schreiber va faire une course et l’auto s’arrête pour les attendre.

 

BERNIE SCHREIBER, CHAMPION DU MPONDE EN 1979

 

Manuel leur fait signe de venir vite, il y a une petite Fiat 500 garée juste derrière le Transit.

Avec des gueules de conspirateurs, ils attrapent la Fiat et la mettent de biais, deux roues contre le Transit et deux roues sur la chaussée…

Et Manuel dit à ses complices de se barrer vite fait…

Et ça foire ! Le mec qui possède la Fiat voit sa bagnole sur deux roues et insulte Schreiber qui sort de la boutique.

Là il y a dix mecs qui viennent les aider et la Fiat se retrouve en position normale.

Ils font le constat, Soler est mort de rire et marche vers le Transit.

Schreiber est dans une colère noire, il redémarre et laisse  Soler planté là.

Il rigole moins, il n’a rien sur le dos et on est dans le nord de l’Europe…

Manuel a du faire du stop pour arriver au trial où Schreiber avait averti tout le monde qu’il allait y avoir une énorme surprise, un Catalan de la haute qui arrive dans un bled scandinave en stop !

Voilà, Manuel gagnera encore trois fois en mondial.

 

A MALAUCÈNE, SOLER, VESTERINEN ET CHARLES COUTARD (Photo Jean Caillou)

En 1981, en Allemagne, en Autriche et en Espagne où là, évidemment, pour les dizaines de milliers de spectateurs, car le trial de l’époque c’était ça, on a vécu un énorme délire de bonheur.

J’ai revu Manuel lorsqu’au trial Classic du Ventoux à Malaucène, on a fêté le trentième anniversaire du titre mondial de Gilles Burgat, il y avait pléthore de champions du monde et de France (plus quatre cent concurrents !) ambiance sublime.

Sur la photo ci-dessous, de g. à d., Manuel Soler, Jaime Subira,  le père de Charles Coutard, Yrjö Vesterinen (CM), Bernie Schreiber (CM), Gilles Burgat (CM), Charles Coutard, Philippe Berlatier (CM),  Thierry Michaud(CM) …

(CM signifie champion du monde)

 

LA FÊTE DE BURGAT AU VENTOUX, ILS SONT TOUS LA, MANUEL EST A GAUCHE

Bien entendu il y en a un seul qui s’est fait mal et c’est Manuel…

Il a quand même eu le temps de sortir une de ses trouvailles géniales, comme à la grande époque j’étais journaliste et que j’étais encore là 30 ans après, il m’a dit  » Loulou, tu es le notaire du trial »… 

C’est le compliment le plus inattendu que quelqu’un ait pu me faire, j’ai évidemment adoré!

Il a continué bien sûr, en Espagne, les trials Classics sont nombreux, et puis il y a quelques jours il a passé la dernière zone.

La mort d’un pilote me dévaste à chaque fois,  encore plus quand c’est un ami.

 

Là c’est un bout de mon cœur qui est arraché, j’arrête ce papier car je suis en larmes et c’est très mauvais pour le clavier.

Salut amigo, le destin a été cruel une nouvelle fois mais là c’est totalement insupportable…

Merci d’éviter de répondre RIP sur le forum, c’est une formule religieuse sans intérêt, ce que disent les gens qui ne savent pas quoi dire, qui plus est Manuel est comme moi, totalement incroyant.

Viva la vida !

Je remercie ceux qui font vivre ce trial d’antan, en particulier Claudio et la revue Trial Classic…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Trial Classic, Jean Caillou,  Jean Claude Comméat dit Claudio.

 

 

 

Moto Sport Tout terrain

About Author

jeanlouis