JOHNNY CECOTTO FÊTE SES 65 PRINTEMPS

 

Le VÉNÉZUÉLIEN  Johnny-CECOTTO-  Double CHAMPION du MONDE MOTO en 1975 et 1978 ©-Manfred-GIET

 

 

JOHNNY CECOTTO PASSE EN CLASSE SENIOR…

 

Né le 25 janvier 1956 à Caracas, la capitale Vénézuélienne, l’ancien brillant pilote auto-moto, retraité depuis 2002, souffle aujourd’hui… 65 bougies.

Fils d’un garagiste immigré italien, propriétaire d’un magasin de motos et passionné de compétitions deux roues, Johnny dès son adolescence fut attiré par le côté spectaculaire de ce sport, au point d’enfourcher une bécane de compétition dès ses 17 ans…

Et les succès ne tardèrent pas, puisque en 1973 et 1974, il remporte les titres nationaux de sa catégorie au Vénézuela, ainsi qu’un titre latino-américain.

Auréolé de ces titres, le tout jeune CECOTTO se révéla alors au monde de la moto par son style de pilotage spectaculaire et efficace.

Rapidement incorporé chez VENEMOTOS, par Andréa IPPOLITO, l’importateur officiel YAMAHA au Venezuela, Gilles GAIGNAULT qui couvrait les GP Motos à l’époque se souvient que Johnny se dévoila rapidement comme super-talent dans le monde du 2 roues grâce à une étonnante prestation aux prestigieuses 200 MILES DE DAYTONA en 1975, épreuve qu’il remportera d’ailleurs un an plus tard en 1976.

Après cette démonstration de haut vol, il s’exila en Europe pour participer au Championnat du Monde Motos dans les catégories 250cc, 350cc, 500cc et 750cc et il décrocha la même année le titre mondial en 350cc, faisant de lui le plus jeune Champion du Monde Moto de tous les temps.

Malgré des chutes, blessures et pannes mécaniques, son ascension était fulgurante avec de nombreuses victoires et un second titre mondial en 1978 en 750cc, à peine un an après s’être remis de graves blessures encourues sur le Salzburgring au Grand Prix d’Autriche 1977, lors d’une chute impliquant cinq motos et où le pilote Suisse Hans STADELMANN, trouva la mort…

En 1980, le Vénézuélien considéré comme le roi de la Pole, vit l’usine YAMAHA se tourner vers son rival, l’Américain Kenny ROBERTS, ce qui l’obligea à participer aux huit épreuves de son programme mais sur une YAMAHA privée.

Se sentant lâché par le team officiel, déçu il décida de mettre un terme à sa carrière moto, alors âgé d’à peine 24 ans et ce pour se consacrer à la compétition automobile, à l’instar d’illustres cadors, comme John SURTEES, Jean-Pierre BELTOISE, Mike HAILWOOD, Bill IVY, Giacomo AGOSTINI ou plus récemment encore Valentino ROSSI, qui ont tous fait des apparitions sur 4 roues et avec comme point d’orgue, les titres de Champion du Monde, tant en Catégorie Moto qu’en F1, par le regretté John SURTEES et qui reste un cas unique à ce jour.

 


Johnny CECOITTO- F2-1980- La March-BMW  de Johnny CECCOTO ©Manfred-GIET.

 

C’est sur une MARCH de Mike EARLE que CECOTTO débuta en F2, après avoir raccroché son cuir en 1980, avant de passer ensuite chez Markus HOTZ sur une MINARDI  en 1981 et ensuite chez MARCH-BMW en 1982, année où rata de justesse le titre EUROPÉEN, d’un petit point face au transalpin, Corrado FABI.

Cette prestation lui ouvrit les portes de la F1 en 1983, chez THEODORE RACING, l’équipe de Mo NUNN, financé par le milliardaire, l’homme d’affaires de MACAO, Teddy TIP.

Equipe où avec le Colombien Roberto GUERRERO, au volant d’une monoplace poussive, Johnny ne put s’exprimer, obtenant pourtant une étonnante 6ème place au Grand Prix des USA West, à WATKINS-GLEN.

 

Johnny  CECOTTO-  THEODORE-F1 en 1983 Photo : PUBLIRacing

 

Suite à l’arrêt de cette écurie, THEODORE RACING, à la fin de 1983, la saison suivante, CECOTTO se retrouva du coup chez TOLEMAN, aux côtés d’un jeune débutant, un certain Ayrton SENNA, sur des  TG 183B et TG184, elles aussi peu performantes et peu fiables !

Néanmoins, lors du second Grand Prix de la saison 1984, à KYALAMI, en Afrique du Sud, il se retrouva en 1ère ligne, aux côtés de Nelson PIQUET le Champion du monde en titre, mais sur les neuf GP auxquels il participa, il ne rejoignit l’arrivée qu’une seule fois, à MONTREAL, au Grand Prix du Canada où il termina 9ème.

 


Johnny CECOTTO- Toleman 1984-©PUBLIRacing Agency 

 

Hélas, lors du Grand Prix d’Angleterre à Brands Hatch, il fut victime d’une terrible sortie de route aux essais et relevé avec de nombreuses fractures aux jambes qui pour lui furent synonymes de fin  carrière en F1.

Ce drame ne l’empêcha cependant pas après une longue convalescence de poursuivre sa carrière en sport automobile mais dans un autre répertoire.

TOURISMES- ETCC-DTM-STW-GT-V8 STAR-ALMS-PROTOS : UN TABLEAU DE CHASSE VARIÉ.


Johnny-CECOTTO-ETCC-1986-VOLVO-©-Manfred-GIET.

 

De 1985 à 1987, Johnny CECOTTO participa régulièrement au Championnat du Monde et d’Europe Tourisme (WTCC et ETCC) au volant de BMW ou de VOLVO, avant de se lancer simultanément en DTM en ALLEMAGNE et en Championnat Tourisme Italien et Anglais, et même aussi en endurance sur des sport protos, toujours avec la même verve et ferveur qui lui permirent d’engranger bon nombre de victoires et de titres, sans oublier de superbes victoires aux plus prestigieux double tours d’horloge pour voitures de Tourismes et GT, les 24 Heures de Spa et celles du Nürburgring !

 


Johnny-CECOTTO-DTM-1988-MERCEDES-©-Manfred-GIET

 

Durant cet intermède, qui a duré de 1987 à 2003, le Vénézuélien devenu Italien d’adoption, a roulé pour une liste non négligeable de préparateurs prestigieux comme : GS TUNING-SAUBER-HARTGE-BMW ITALIA et BELGIUM- RAS SPORT-EGGENBERGER-CiBiEmme-SCHNITZER-BMW MOTORSPORT-BIGAZZI-BMW TEAM FINA-ORECA-OPE EURO-TEAM ou encore AMG MERCEDES, tout en marquant de son sceau, le sport automobile, comme il l’avait déjà fait au niveau de la moto auparavant.

 


CECOTTO-24-Heures-1990-vainqueurs-CECOTTO-GIROIX-OESTREICH.-©-Manfred-GIET

 

Avec son pedigree et sa sympathie, Johnny a toujours été le bienvenu dans toutes les catégories où il a pu se distinguer, restant une valeur sûre dans toutes les disciplines dans lesquelles il a officié après son bref parcours en monoplaces.

Après sa retraite, il lui arrive encore occasionnellement de participer à des épreuves historiques tant à moto qu’en auto, et qui ont été l’élixir de sa vie dont il vient de tourner la 65ème page.

Happy Birthday Johnny

 

Manfred GIET

Photos : PUBLIRACING Agency

Johnny CECOTTO-24 Heures de Spa 1988 sur Alfa-Romeo ©-Manfred-GIET.

 

Glorieux Anciens

About Author

gilles