MOTOGP 2020 : RAZLAN RAZALI (PETRONAS) ANALYSE L’ÉCHEC DE FABIO QUARTARARO DANS SON TEAM

 

UNE ANNÉE COMMENCÉE EN FEU D’ARTIFICE

 

C’est sûr que cette saison 2020, a commencé en extase pour le jeune Français Fabio Quartararo et qu’elle s’est terminée en tsunami de désillusion, pour le pilote tricolore et pour les centaines de milliers de fans du MotoGP dans ce pays.

Tout le monde a glosé sur cette descente en enfer digne de celui de Dante …« Lasciate ogni speranza, o voi che entrate », soit « Vous qui entrez abandonnez toute espérance » était écrit par le poète florentin, le père de la langue italienne moderne,  au dessus de la porte de l’entrée de l’Inferno de son chef d’œuvre « La divine comédie »…

Les explications les plus entendues?

 

LE RETOUR DE MORBIDELLI AU GÉNÉRAL CASSE LE MORAL DE FABIO

Moto sans puissance et sans grip (mais qui a rappelons-le, gagné avec Fabio les deux premiers GP de la saison 2020…) pilote immature (il est quand même un an plus vieux que Marc Marquez lors de son arrivée en MotoGP) impossibilité de se remettre en position de guerrier lors de la remontée au général de son coéquipier Morbidelli et surtout de Joan Mir, futur Champion du monde et qui n’avait pas terminé la première course puis s’était classé cinq dans la deuxième, le mode destruction d’espoir était en route, tout y est passé… .

 

RAZALI, PATRON DE PETRONAS

 

Razlan Razali, Team Principal de Petronas Yamaha, explique aujourd’hui les problèmes rencontrés par Fabio qui lui a amené dix podiums (dont trois victoires) en MotoGP en deux ans.

«Je pense que c’était une combinaison de la nouvelle moto 2020 et du manque d’expérience de Fabio lorsqu’il s’agit de gérer la situation, lorsque les choses ne vont pas bien. Vous avez vu comment Fabio réagit à la télé, il se fâche, son tempérament passionné transparaît ! Cela dit, sa moto avait un ou deux problèmes par rapport à la moto de Morbidelli. N’oubliez pas que Franky a une moto plus ancienne, une moto d’usine  2019, avec des mises à jour qui ont déjà été essayées et testées en termes de performances, de fiabilité et de tout cela, à l’exception des problèmes de valve, bien sûr. Le M1 2020 était tout neuf et nous ne pouvions pas le tester aussi largement que nous aurions pu en avoir besoin. C’est toujours le risque avec une nouvelle moto. C’est la combinaison de la moto et du conducteur. « 

Ce qui est certain c’est que Razali a formidablement appris la langue de bois, à part sur la première phase de son interview, mais là on sent l’énorme différence entre deux cultures, l’asiatique qui ne montre jamais ses émotions et l’européenne qui laisse volontiers éclater sa colère en public.

Fabio n’est pas le seul, Maverick Vinales et Valentino Rossi chez Yamaha, Andréa Dovizioso chez Ducati, Cal Crutchlow chez Honda, Johann Zarco chez KTM, ne cachent pas grand-chose… quand ils sont mécontents!

 

ZARCO AUSSI A SOUFFERT COMME UN SUPPLICIÉ

On sait que Fabio a déjà anticipé sur son problème personnel d’émotions, allant jusqu’à paralyser ses réflexions auprès de ses ingénieurs et le bloquant sur une ligne de départ, il bosse depuis récemment avec un psychologue.

J’ai un souvenir, quand je suivais la F1 pour TF1, un nombre considérable de pilotes avaient leur gourou, un métier que l’on peut définir de multiples façons, de la psychanalyse au contrôle total comme c’est le cas dans beaucoup de sectes (considérées comme des religions aux USA)…

Dans le MotoGP, on est évidemment dans une approche plus soft, Andréa Dovizioso en avait tiré d’énormes bénéfices dans la partie la plus performante de sa carrière.

 

DOVIZIOSO, SEUL PILOTE QUI A PU DÉFIER MARQUEZ

Alors, il ne reste plus qu’à essorer la poignée de gaz les jours où ça marche et à serrer les dents quand tout ne va pas pour le mieux… Marc Marquez a été, certaines années, où Honda avait raté sa moto, adepte de cette méthode.

Qui a pas mal marché !

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis