HANS-JOACHIM STUCK : UN SEPTUAGÉNAIRE JEUNE DE CORPS ET D’ESPRIT

 

 

En ce jour de l’an, l’ancien pilote éclectique Allemand, Hans-Joachim STUCK, souffle 70 bougies !

Et connaissant son caractère chaleureux, jovial et enjoué, il ne manquera certainement pas d’y apporter sa touche personnelle à l’évènement.

Né le 1er janvier 1951 à Garmisch-Partenkirchen en Baviére, ville olympique quinze ans avant sa naissance, Hans Joachim STUCK a trempé très tôt dans le milieu du sport automobile.

En effet, son père Hans, agriculteur de profession avant de se lancer dans le sport automobile via des Championnats de Courses de Côte, avant de passer au Championnat d’Europe des Pilotes, précurseur du Championnat du Monde de F1, série où il disputa également trois Grands Prix, entre 1951 et 1953, sur une BRM d’abord puis une AFM FERRARI ensuite, avant de raccrocher en 1953 sur une AFM BRISTOL, avait acquis un style de pilotage sur des routes sinueuses et tortueuses de montagne, lorsqu’il allait livrer sa production laitière à Munich, ce qui lui insuffla le goût de la compétition.

Dès lors, le fiston qui aurait pu devenir un bon skieur durant la saison hivernale, discipline qu’il pratiquait avec talent avant d’échanger l’air pur des montagnes avec celui nettement plus pollué des circuits et des moteurs à essence, voulait marcher sur les traces de son père, célèbre pilote d’avant-guerre et qui lui a véritablement déposé son talent dans le berceau.

Agé d’à peine 9 ans, celui que sa marraine appelait ‘’Strietzel’’ qui signifie ‘’brioche’’, surnom qu’il a gardé jusqu’à ce jour, fut initié au pilotage par son paternel et à l’insu de sa mère.

Après quelques cours de pilotage distillés par son célèbre papa, Stuck Jr devint insatiable après avoir goûté aux plaisirs du pilotage.

 

LICENCE INTERNATIONALE A 18 ANS 

 

La notoriété de son père aidant, Hans-Joachim a pu obtenir une dérogation pour passer et réussir son permis de conduire dès ses 16 ans ce qui l’autorisait à s’inscrire à des cours de pilotages et des compétitions en circuit de second rang, qui lui permettait cependant d’évoluer rapidement.

Dès lors le sport automobile prenait une place centrale dans sa vie pour entamer une carrière qui allait duré quatre décennies.

A 19 ans, il fêtait sa première grande victoire au volant d’une BMW 2002, aux fameuses 24 HEURES du NÜRBURGRING, avec à la clé des accès aux teams d’usine qui allait lui ouvrir des portes auprès de constructeurs, comme BMW-FORD-OPEL-PORSCHE-AUDI par la suite et finalement il ne lui manquera que la marque MERCEDES à son palmarès parmi les  grands constructeurs qu’il a représenté en Tourisme, IMSA,GT et Sport-proto.

 

Quelques courses en F2 et un titre de vice-Champion

 

1972 le verra couronné Champion d’Allemagne sur une FORD CAPRI avant qu’il ne passe chez BMW où il soignera souvent le spectacle sur des 2002 ou 3.0 CSL tout comme en F2 en 1974 sur une MARCH 741 pour finir dauphin derrière le Champion, le Français Patrick Depailler, pour passer ensuite en F1 toujours chez MARCH sur des modèles 741,751 et 761.

 

Au volant de la SHADOW de Don NICHOLS

 

Entre 1974 et 1979, il disputera 74 GP pour les écuries MARCH-BRABHAM-SHADOW et ATS

Sa meilleure saison en F1, il la vivra en 1974 chez BRABHAM-MARTINI en remplacement de Carlos PACE, hélas décédé dans un accident d’avion et qu’il remplaça au pied levé tout en montant deux fois sur la troisième marche du podium à Hockenheim et à Zeltweg.

Jamais favorisé par sa grande taille de 1,94 m et après une dernière expérience désastreuse chez ATS en 1979, il tirera un trait définitif sur la F1, pour se consacrer dorénavant exclusivement aux voitures de Tourisme, voitures de sport, IMSA, TRANS-AM ou DTM.

 

DANS LA COUR DES GRANDS

 

Victoire au MANS en 1986 avec l’équipe PORSCHE en compagnie de BELL  et Al HOLBERT

 

Techniquement doué, H-J STUCK se retrouva rapidement sur les listes de Teams d’usine à la recherche de succès aux quatre coins de la planète ce qui le verra souvent associé à de grands constructeurs comme PORSCHE-BMW ou AUDI.

Le ‘’Grand Blond aux chaussures noires’’ a fait tourner la roue du succès pour ces marques à maintes reprises en disputant pour eux des épreuves en Tourisme, Endurance Sports Proto, IMSA, ALMS, FIA GT, ITTC, DTM et PROCAR à partir de 1980, en empilant victoires et titres.

Champion du Monde des Voitures de Sport en 1985, il remporta aussi les 24 HEURES du MANS en 1986 et 1987 avec Derek Bell et Al Holbert pour l’usine PORSCHE et en 1990, il sera sacré Champion DTM chez AUDI cette fois, marque pour laquelle il fêtera aussi quelques succès retentissant aux USA en IMSA

 

En Procar en 1979

De 1980 à 1983, il représentera la marque BMW en DRM, ETCC et DRT avant de passer treize années chez PORSCHE en IMSA, FIA WSPC, INTERSERIE et WEC, tout en disputant en parallèle des épreuves TRANSAM et IMSA aux USA pour AUDI,BMW et PORSCHE (Champion en 1993) avant de fermer la quadrature du cercle en réintégrant BMW de 1998 à 2007 et finalement terminer sa trajectoire de pilote professionnel chez VW sur des Scirocco.

 

Au cours de sa carrière, STUCK qui a marqué le sport automobile par son style de pilotage flamboyant et agressif et que tous ses collègues pilotes qualifient de ‘’ joyeux drille’’ a remporté toutes compétitions confondues plus de 300 victoires de quoi transformer son armoire à trophées en musée !

 

Au volant de la modeste ATS de Günther SCHMIDT

Son seul bémol restera sa discrétion en F1, avec des résultats qui ne rendirent pas toujours justice par rapport à son talent dans des écuries souvent en proie à des difficultés financières.

En endurance, il a remporté six doubles tours d’horloge (Dubaï 1 fois ,Le Mans 2 fois et Nürburgring 3fois) mais jamais les 24 Heures de Spa une épreuve qu’il aurait pourtant voulant accrocher à ses trophées. En signe d’adieu Il disputa ses dernières 24 Heures du Nürburgring avec ses fils Johannes et Ferdinand en 2011 sur une LAMBORGHINI Gallardo.

Par la suite, il fut sollicité pour occuper la Présidence de la Fédération Allemande du Sport Automobile (DMSB) ce qu’il accepta  jusqu’au printemps de l’année 2020 avant de clore définitivement le chapitre ‘’sport automobile’’ pour se retirer à Kitzbühel, la célèbre station de sports d’hiver Autrichienne ? où il profite à pleines dents d’un repos largement mérité après 40 années de présence assidue.

Happy Birthday Hans-Joachim

 

Manfred GIET

Photos: Publiracing Agency

En Supercup à Spa

Flash Info Glorieux Anciens Sport

About Author

gilles