ESSAI DU PORSCHE TAYCAN 4 S

 

 

 

 

Quand on évoque Porsche, nous pensons tous à la fameuse inoxydable 911, à son moteur envoûtant et son allure indémodable.

Outre sa gamme de SUV, Porsche prend un véritable tournant cette année avec le Taycan 4S, Turbo et Turbo S.

Fabriqué à Zuffenhausen au nord de Stuttgart, le Taycan est le fruit de plusieurs années de travail de la firme Allemande, vers une réduction des émissions de CO2. On se souvient du supercar hybride, la 918 Spyder lancée en 2013 et précurseur en son domaine.

Depuis 2014, l’engagement de Porsche est de réduire de 75% son emprunte carbone, nourrit des modèles hybrides, et jusqu’à l’impensable, l’abandon d’un moteur thermique si mélodieux au profit d’une berline 100% électrique.

Érigé au milieu du ‘showroom’ du Centre Service Porsche Saint-Etienne, le Taycan contraste avec ses voisines, 992, 991, Cayman, Boxster et autres Macan et Cayenne.

Cet ‘ovni’, ne laisse pas de marbre ! Avec des lignes épurées, j’aimerai dire… qui lui sont propre, impose son caractère et son style sans comparaison.

 

 

 

J’apprécie sa pseudo-discrétion avec son bouclier sport design et sa calandre aux optiques matriciels LED teintés, reprenant indirectement les codes de la marque. Son relief sur le capot et le toit apportent une touche de la 993 (des années 90) tout en amenant un peu d’aéro via une canalisation du flux d’air.

La suivre, ou essayer de la suivre rappellera aux connaisseurs, le dessin des derniers modèles Porsche avec ce bandeau lumineux traversant, somptueux. La poignée se relève automatiquement de la portière, l’invitation à la voiture du futur se dévoile.

Vous n’aimez pas la technologie et les écrans ? Changez d’idée… !

Mais c’est beau… bien fait, des écrans pour le pilote, le copilote, et centraux sont d’une résolution incroyable, fondue dans un « Porsche advanced cockpit » unique.

Tout a été pensé pour une ergonomie et un confort maximal.

Je recommande le volant chauffant recouvert de la matière Race-Tex qui offre un très bon grip. L’éclairage d’ambiance hyper-modulable apporte une touche de personnalisation et le son Burmester ne peut être plus limpide.

Pour qui ?

De par sa discrétion esthétique, ses qualités « écono-écolo » et son environnement intérieur digne d’un salon.

Le Taycan touche une clientèle adepte d’une sportive utilisable tous les jours pour aller au bureau, emmener les enfants à l’école, allé faire les courses tout en faisant de chaque trajet un moment de plaisir.

En roulant sportivement, le Taycan offre 350km d’autonomie (460km avec une conduite plus calme) et les recharges se font facilement à la maison, via les bornes Ionity ou les concessions Porsche localisées par l’application Porsche Connect.

La mer et la montagne restent ainsi à votre portée, avec une pause déjeuner imposée sur l’autoroute.

 

 

 

Je m’installe au volant du Taycan, j’ajuste mon assise 14 positions chauffante ou ventilée et j’actionne les sièges massant, je mets le son électrique sport, avec pour promesse : un boost et une décharge d’adrénaline quotidienne !

Retour à la réalité, par un essai urbain, dans les rues de Saint-Etienne, en mode confort, en appréciant un amortissement assez souple, zéro bruit…

On a plus le sentiment d’être dans son canapé que dans une voiture, on se laisse pratiquement conduire voire bercer.

Les créneaux sont monitorés par une caméra de 360 degrés, et le « lift » nous permet de passer les ralentisseurs sans le stress de toucher.

Même si j’apprécierai m’éterniser sur son potentiel citadin, je ne m’attarde pas pour tester ses valeurs plus sportives. Je sors de la ville, favorisant un col avec une route large et saine.

D’une simple rotation sur la molette du volant (option pack sport chrono), je passe en mode sport, je mets le son électrique et je commence par un « Launch control » ou départ arrêté.

Pied gauche à fond sur le frein, et pied droit à fond sur l’accélérateur… Launch Control activé et l’équivalent de 570cv et 650Nm de couple passent au sol sans l’ombre d’un crissement de pneu.

Les quatre roues motrices vous propulse de 0 à 100km/h en 4 secondes (2.8 sec pour le Taycan Turbo S… très violent !) et les virages s’enchaînent avec une voiture rivée au sol grâce à un centre de gravité plus bas que la 911.

 

 

Avec ses quatre roues directrices, on a cette sensation que l’arrière vous lâche, que la voiture survire, alors que non, elle suit la route avec une rotation inverse aux roues avant.

Avec un peu plus d’attaque, une route froide, des virages en dévers, sa transmission intégrale vous donnera un peu de perte du train avant, comme souvent.

La reprise des gaz tôt en courbe en mode sport plus, vous apportera une jolie dérive du train arrière.

Vous penserez à cet article sur AutoNewsInfo, quand vous ressentirez le kick de la 2ème vitesse qui s’enclenche à haut régime, car c’est une première, mais le Taycan a bien deux vitesses en électrique.

Étant un inconditionnel du moteur thermique, je regrette que le volume du son électrique ne puisse être amplifié.

J’entame ma descente sur un frein moteur, issue de la technologie de la Formula E, avec une récupération d’énergie significative au freinage. Je teste aussi les freins céramiques qui répondent toujours présents, sous la tunique très classe des jantes Mission E Design de 21 pouces.

 

 

Si je dois dresser un constat, c’est comme voyager dans son fauteuil, entouré d’écrans tout en étant capable de pousser les limites du raisonnable en restant en sécurité. Le tout …sans passer par la pompe à essence !

Les performances du Taycan sont jugées par beaucoup comme l’une des meilleures Porsche jamais conçue et on salue d’ailleurs le record du monde récent avec 42km en drift.

Fun, confortable et joueur, si vous en doutiez, je confirme, le Taycan conserve bien l’ADN Porsche !

Il vous en coûtera … 109 114€ (hors options)

 

Nicolas SOCQUET

Photos : AutoNewsInfo

Remerciements : Centre Service Porsche Saint-Etienne

 

 

 

Constructeurs Essais Porsche

About Author

gilles