ESSAI BMW M2 CS Racing – (2/2)

 

 


Récit d’un essai « multi-conditions »

 

La pluie et le froid sur le plateau du Castellet contrastent avec la chaleur de l’accueil de l’équipe L’Espace Bienvenue et Racetivity qui prépare et gère l’écurie de course.

Le paddock du Roscar se réveille, les Supercars des Racetrack days sont plus rares que d’habitude, cause imputée à une météo capricieuse ce vendredi 11 décembre 2020 sur le circuit Paul Ricard.

Avant de m’installer au volant de cette BM, le week-end parfait se dessine sous l’excellente organisation de Philippe Naniche dans l’enceinte d’un paddock Paul Ricard tenue de main de maître par mon ami Stéphane Clair, saluant les règles sanitaires mise en place.

 

 

Romane, Camille, André, François et tout le team, il me semble important de commencer par eux, telle l’aventure est humaine au sein du team l’Espace Bienvenue / Racetivity.

Les présentations faîtes, le box F1 s’ouvre pour dévoiler les deux BMW M2 CS Racing du weekend.

WOW !

Les lignes, le carbone, le cockpit, en effet… on ne m’a pas trompé sur la marchandise.

 

ESSAI BMW ESPACE BIENVENUE. Les explications du Prof Benjamin LESSENNES

 

Après une prise en main psychologique et technique des 365cv, mon copilote du jour prend la piste dans des conditions « où il ne manque plus que la neige ».

Ce dernier n’est autre que Benjamin Lessennes, Champion de France en titre FFSA GT Silver au volant de la BMW GT4 de l’Espace Bienvenue.

 

La BMW GT 4 de l’écurie ESPACE BIENVENUE 

Benjamin prend alors le départ pour découvrir une voiture de course flambant neuve, juste rodée. L’équilibriste joue alors de son expérience pour amener un premier feedback au vue des conditions et quelques clicks plus tard, assouplie, et un grip qui s’améliore, ce qui n’empêchera pas ses longues dérives en entrée de la ligne droite du Mistral et en sortie de la courbe de Signes.

Benjamin me livre alors ses meilleurs conseils à l’attaque de ma session, « elle demande un pilotage fin, une prise de gaz douce, la direction est très directe », tout cela résonne encore dans ma tête.

 

ESSAI BMW ESPACE BIENVENUE – J’ADMIRE MON VOLANT

 

Issu du monde du rallye, j’attache mon harnais six points, j’admire mon volant et toutes ses fonctionnalités et j’appréhende la complexité de l’exercice avec de l’enthousiasme et cette pointe de folie nécessaire sur une telle journée.

Mon entame est alors dans la peau d’un néophyte, avec des pneus froids et un roller coaster à maîtriser. Je pars avec le DSC « on » et je ressasse les conseils du Champion de France.

Il ne m’a pas fallu longtemps pour intégrer les termes « survirage » et « sous-virage » au sommet de leur définition.

Au fil des tours, la BM me met en confiance, et j’appuie ainsi mon discours sur ce côté facile qu’elle donne dans sa prise en main. Les dérives se ressentent et se gèrent facilement, le contrôle de traction est aussi très efficace et le mode pluie permet un dosage de l’accélérateur plus modéré.

La pluie ne me permet pas une optimisation du freinage ABS, je reste en dessous, avec un progressif/ dégressif pour plus d’efficacité. Je gère ensuite la courbe de Signes sur des œufs en contrant le lacet de la M2. La boîte a du répondant, les diodes défilent sur le volant, les tours s’enchaînent, les chronos s’améliorent grandement et le plaisir est intense !

Que dire de cette M2 CS Racing sous la pluie ?

 

ESSAI BMW ESPACE BIENVENUE

 

La prise en main est facile, l’auto est joueuse mais pas traître si on la respecte, si on la pilote avec finesse et si on ne la brusque pas. Son châssis, son traction control, sa boite de vitesse et son moteur sont envoûtants et l’espace d’un instant on rêve d’être aligné au volant de cette voiture la saison prochaine.

Je mets l’accent sur une progression rapide, une compréhension significative de l’auto et de ce qu’elle peut faire… je ne serai jamais assez prudent pour vous conseiller de ne pas brûler les étapes !

Le dimanche, retour aux conditions typiquement ‘sudiste’ car le soleil brille et je découvre la face 2 de cette BM.

Les pneus slicks sont montés, la philosophie est complètement différente et mon binôme confirme qu’il y a du grip. Nous retirons le DSC pour pouvoir exploiter complètement le potentiel de la voiture.

 

ESSAI BMW ESPACE BIENVENUE

 

Au fil des courbes mythiques du circuit, la M2 se montre très stable, avec une bonne répartition des masses et une bonne balance de charges sur le frein, jusqu’à la prise des gaz au point de pivotage.

Elle se montre très alaise dans la partie sinueuse des virages de l’hôtel et du camp encaissant parfaitement les vibrations des vibreurs, la reprise des gaz est au ‘touché’ dans la Sainte Baume pour avoir un maximum de Vmax sur la ligne droite du Mistral sans la perdre. A la chicane, je reste persuadé qu’il faut freiner juste en dessous de l’ABS pour tirer le maximum de capacité de l’auto en la matière.

En direction de la courbe de Signes, on redonne du pouvoir directionnel au train avant au point de braquage avec du frein, sachant que cette dernière peut avoir une tendance sous vireuse, avant de reprendre progressivement son accélération précédant un accompagnement du pied gauche dans le double droite du Beausset. La courbe de Garlaban aura été celle du dernier frisson, avant de plonger tard dans le Lac pour une attaque maximum à la sortie du Pont.

Comme toujours on en a jamais assez…

 

 

Le constat est simple, la BMW M2 CS Racing distribuée et préparée par l’Espace Bienvenue est l’arme absolue pour assouvir sa passion de la course et surtout pouvoir y accéder !

Mon partage est à la hauteur de mon expérience…

Le mot de la fin pour Benjamin Lessennes..

« Je découvrais ce week-end un nouveau produit de la marque BMW. L’ADN de la marque est bien là, la voiture est bien née ! En terme de performance, elle est dans la lignée des M4 GT4 & M6 GT3, elle a vraiment été pensée de la même manière.

C’est tout d’abord une voiture de course, son cockpit est similaire à ce que j’ai connu dans la GT4, les sensations de pilotage sont de grande qualité. J’ai trouvé l’auto très joueuse et cependant accessible à tous.

Les performances sont excellentes pour une compacte de 365cv et non loin de celles d’une GT4. L’empattement et le châssis de la M2 demande une belle finesse de pilotage, qui est à mes yeux la clé de l’apprentissage. On se prend vite au jeu, il faudra bien se calmer pour aller vite, et se concentrer sur les bases.

Au terme de ce week-end et des six essais, tous les pilotes étaient enthousiastes, on retrouve le « plaisir de conduire » si cher à BMW.

En résumé, une conception fidèle à la marque ! »

 

Nicolas SOCQUET

Crédits photos : L’Espace Bienvenue & Racetivity

 

 

BMW Essais Sport

About Author

gilles