POUR AKIO TOYODA… LE PDG DE TOYOTA : « LES VOITURES ÉLECTRIQUES SONT SURÉVALUÉES »…

 

 

 

Akio Toyoda, Président de Toyota, émet de sérieuses réserves sur l’électrification très rapide, trop selon lui, voulue par certains gouvernements

Comme le proclame Carlos Tavares, le patron Français du groupe PSA (Peugeot-Citroen) celui de Toyota, Ukio Toyoda, se montre lui aussi à son  tour, septique sur l’avenir des voitures électriques!

Akio Toyoda estime en effet que les voitures électriques sont surévaluées, et que le secteur s’effondre!

« Les véhicules électriques sont surévalués», a déclaré Akio Toyoda, numéro un de Toyota et Président de l’Association des constructeurs automobiles japonais, lors d’une conférence de presse.

L’exécutif a souligné, en particulier, le « battage médiatique excessif »sur les voitures électriques et le manque d’évaluations adéquates sur les conséquences d’une adoption généralisée de la mobilité zéro émission sur le système économique japonais.

Le système va s’effondrer. Toyoda, tout d’abord, a critiqué les tenants de l’électricité car, en évaluant la durabilité de cette technologie, ils ne prennent pas en compte les émissions de dioxyde de carbone produites par la production d’électricité et, plus encore, les coûts sociaux de la transition énergétique.

En outre, le président de Toyota a souligné que le Japon ferait face à une panne d’électricité si l’ensemble de la flotte était en service, une situation qui nécessiterait la construction d’une infrastructure de plusieurs milliards de dollars:

Toyoda a quantifié une dépense entre 14000 et les 37 000 milliards de yens (165 à 438 milliards d’€)

« Quand les politiciens disent débarrassons-nous de toutes les voitures à essence », comprennent-ils ce que cela signifie?, Demande le grand patron Japonais, rappelant à quel point le Japon est fortement dépendant du charbon et du gaz naturel pour la production d’électricité.

De plus, selon Toyoda, la mobilité électrique risque également de nuire à l’environnement:

«Plus nous produisons de véhicules électriques, plus les émissions de dioxyde de carbone sont élevées», a-t-il souligné.

Quant à l’éventualité que le Japon interdise les installations endothermiques à partir de 2035, le numéro un du géant asiatique a été très clair:

« Tokyo, à son avis, court trop vite et risque de créer des conséquences néfastes pour l’ensemble du tissu économique du Pays. Le modèle économique actuel de l’industrie automobile va s’effondrer», entraînant la perte de millions d’emplois.

Enfin, il y a eu des avertissements sur l’impact des réglementations d’émissions de plus en plus strictes auront sur les consommateurs.

Toyoda, en fait, a exprimé sa crainte que la réglementation ne fasse des voitures une « fleur au sommet d’un sommet », c’est-à-dire des produits hors de portée de la classe moyenne.

 

Bill TAMAMA

Photo : Constructeur

 

About Author

gilles