LIVRE OFFICIEL DES 24 HEURES DU MANS AUTOS 2020

 

 

La 88éme édition des 24 Heures du Mans restera, quoiqu’il arrive dans le futur, la première depuis 1923 à avoir été disputée à huis clos et à avoir eu un départ donné à 14 h 30 !

C’est également la seconde après l’édition de 1968, à voir sa date initiale modifiée et à s’être disputée non pas en juin comme le veut la tradition en septembre. De ce fait, elle n’est plus, comme lors des deux éditions précédentes, la dernière de la saison WEC.

Des changements sur le fond, qui se sont traduits par de nombreuses modifications sur la forme : disparition de la journée test, du pesage en centre-ville et des animations dans les communes autour de la préfecture de la Sarthe, privée également de la superbe parade des pilotes du vendredi.

L’Automobile Club de l’Ouest a su réorganiser son emploi du temps au niveau des essais et des cérémonies d’avant-course. Malgré ces modifications, l’épreuve a eu lieu avec cinquante-neuf voitures au départ.

Une course qui a consacré pour la troisième année consécutive Toyota, qui conserve définitivement le trophée dont l’équipe avait la garde entre deux éditions depuis juin 2018. Une consécration partagée par Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima, qui entrent dans le cercle très fermé des triples vainqueurs de l’épreuve, alors que Brendon Hartley, grâce à son succès avec Porsche en 2017, rejoint, lui, le groupe plus large de ceux qui ont connu par deux fois le plaisir de monter sur la plus haute marche du podium.

Une course très disputée en LM P2 entre deux écuries Britanniques, qui terminent séparées par une poignée de secondes devant une troisième Oreca, celle de l’équipe d’Olivier Panis. En catégorie LM GTE Pro, superbe affrontement entre Ferrari, tenant du titre, et Aston Martin, qui s’impose au bout de vingt-quatre heures de suspens et de changements de leaders. Aston Martin s’impose également en LM GTE Am, prouvant les qualités de sa Vantage GTE, devenue une icône de l’endurance moderne.

Ces cinq journées exceptionnelles sont résumées et brillamment illustrées dans cet ouvrage, le 43éme d’une série initiée en 1978. Il y est aussi question d’avenir avec le nouveau règlement de la catégorie Hypercar, la convergence ACO-IMSA et les promesses d’un prototype électrique hydrogène au futur très prometteur.

 

LES AUTEURS :

Thibaut VILLEMANT a assisté à ses premières 24 Heures du Mans dès l’âge de 5 ans. Après un passage à la faculté, il est arrivé à Auto Hebdo en 2009 où Jean-Marc TEISSEDRE lui a appris toutes les ficelles du métier, au point d’en faire son successeur au sein du magazine français de référence en matière de sport automobile.

C’est par le biais du modèle réduit auto que Jean-Marc TEISSEDRE, ancien enseignant, a découvert sa vraie passion : les épreuves d’endurance. Sa nouvelle vocation a coïncidé avec le lancement d’Auto Hebdo en 1976 où il a été élevé au rang de grand reporter. Il rédige cet annuel depuis 1978, mission qu’il a assumé successivement avec Christian Moity, Alain Bienvenu et Thibaut Villemant

 

Gilles GAIGNAULT

 

LES 24 HEURES DU MANS 2020

Editeur : ETAI

Auteurs : Thibault VILLEMANT-Jean Marc TEISSEDRE

Prix : 49 euros

 

Livres

About Author

gilles