EN F1, L’HISTOIRE DE L’AVENTURE DE RENAULT QUI DEVIENDRA ALPINE EN 2021 (1ére partie 1977-1985)

 

 

 

On le sait, des la saison prochaine, l’équipe Renault F1, laissera sa place à sa cousine Alpine, les monoplaces Françaises passant du jaune traditionnel depuis les débuts en Grand Prix en 1977, au bleu de France, la couleur originelle, elle, de la marque Dieppoise Alpine

Nous entamons ce jour lundi 14 décembre 2020, la longue histoire de cette saga et belle aventure, à suivre en sept épisodes quotidiennement cette semaine!

 

LES GRANDS DÉBUTS EN 1977


F1-RENAULT- Jean Pierre JABOUILLE au GP de Monaco-Photo-Jean-François-THIRY

 

Le 16 juillet 1977, Renault disputait son premier Grand Prix de Formule 1 et ouvrait un nouveau chapitre de son histoire. Une très longue histoire qui remonte aux toutes premières courses, en quelque sorte aux sources de la compétition automobile.

Renault a participé à tous les types d’épreuves, en circuits, rallye-raids, records ou encore Endurance… Et Renault s’est imposé partout : dans toutes les disciplines, le nom de Renault s’inscrit à un moment ou à un autre en haut du palmarès. Il était donc inéluctable que dans sa vision de la course, Renault s’intéresse un jour à la F1, la discipline-reine du sport automobile.

Depuis 1977, plus de quarante décennies se sont écoulées, toutes faites d’un engagement déterminé, volontariste, intelligent, et toujours hautement technologique. Car non seulement Renault compte de très nombreuses victoires, mais à chaque fois en apportant son lot d’innovations dans le domaine des châssis, de l’aérodynamisme comme dans celui des moteurs. Renault fait aujourd’hui partie intégrante de ce monde magique des Grands Prix et suscite chez tous ses concurrents un sentiment bien ancré : le respect.

 

SIX DATES FONDATRICES 

 

23 juillet 1975 : le premier moteur V6 1500 cc turbo, appellation 32T (alésage/course 80 x 49,4 mm), tourne au banc d’essais à Viry-Châtillon.

8 août 1975 : le second V6 1500 cc turbo, appellation 33T (alésage/course 86 x 42,8 mm), passe sur les bancs de Viry-Châtillon.

21 novembre 1975 : baptême de piste du 33T, installé secrètement sous le capot d’un prototype Alpine-Renault A441.

19 décembre 1975 : baptême de piste du 32T placé incognito dans le même châssis. 3 janvier 1977 : début de la construction du châssis RS01.

10 mai 1977 : présentation officielle de la RS01 au Pub Renault, aujourd’hui l’Atelier Renault, aux Champs-Élysées à Paris.

 

1977

Jean Pierre Jabouille etla Renault-F1-RS01 au GP de Grande  Bretagne àbSilverston-77- Dessin-JF Krause

 

L’équipe Renault sélectionne cinq Grands Prix sur lesquels la RS01 peut effectuer ses premiers pas. Renault a choisi de défricher une voie inédite en F1, le moteur turbo, et celui-ci présente un handicap : son temps de réponse à l’accélération.

Les cinq courses retenues constituent plutôt des essais grandeur nature sur des circuits où le temps de réponse ne sera pas insurmontable en matière de pilotage. Renault n’engage qu’une seule voiture pour Jean-Pierre Jabouille, pilote officiel de la marque.

Les tracés : Silverstone en Grande-Bretagne, Zandvoort aux Pays-Bas, Monza en Italie, Watkins Glen aux États-Unis, et Mosport au Canada.

La Renault RS01 fait ses grands débuts en compétition le 16 juillet 1977 au Grand Prix de Grande-Bretagne.

 

1978

 

F1 -GP HOLLANDE 1978 – ZANDVOORT – JABOUILLE-Renault RS 01 © Manfred GIET.

 

Renault s’aligne sur quatorze des seize Grands Prix de la saison 1978 et le programme F1 entre désormais de plain-pied dans les ateliers de Viry-Châtillon.

La première récompense survient le 1er octobre au Grand Prix des États-Unis : Jean-Pierre Jabouille marque les trois premiers points de Renault en F1 en terminant quatrième le jour de son trente-sixième anniversaire!

1979

F1-1er-juillet 1979-GP-de-France-à-Dijon-Prenois- 1ere-victoire- de RENAULT- en GP avec Jean-Pierre-JABOUILLE devant Gilles-VILLENEUVE second et René ARNOUX.

 

Renault devient une équipe à plein temps dans l’élite du sport automobile. Un second pilote, René Arnoux, est aligné aux côtés de Jean-Pierre Jabouille.

Les châssis RS01 laissent place aux RS10, puis aux RS11, des voitures à effet de sol bien mieux finies incorporant le moteur V6 1,5 l suralimenté. Début janvier sur le circuit de Dijon, Renault Sport effectue les premiers essais d’un V6 biturbo. Ce dispositif fait son apparition en compétition fin mai à Monaco.

Le 1er juillet, c’est la consécration pour Renault qui entre dans l’histoire puisque Jean-Pierre Jabouille remporte le Grand Prix de France à Dijon avec plus de quatorze secondes d’avance sur la Ferrari de Gilles Villeneuve et la seconde Renault de René Arnoux, engagées dans un duel d’anthologie avec le Canadien!

 

GP de France-Dijon-1979- 1ére victoire de Jean Pierre JABOUILLE et de RENAULT en GP

 

Succès historique car victoire en France au GP de France d’une monoplace 100% tricolore, châssis-moteur. Sans oublier les pneumatiques Michelin !

Le saviez-vous ?

Jean-Pierre Jabouille, né le 1er octobre 1942, Jean-Pierre Jabouille est proche de Renault depuis le début des années 1970, tant en formules de promotion qu’en courses de voitures de sport. Sacré Champion d’Europe de F2 avec une Elf2-Renault en 1976, il dispute ensuite 49 Grands Prix, dont 46 pour Renault. Il détient six pole positions et deux victoires en F1, toutes acquises avec Renault, celle du GP de France 79 à Dijon-Prenois, la seconde à Zeltweg au GP d’Autriche en août 1980.

 

1980


F1-1980-Team-RENAULT-Jean-Pierre-JABOUILLE-Gerard-LARROUSSE-et-Rene-ARNOUX.

 

Les progrès rapides de Renault continuent et font l’objet de toutes les attentions au sein du paddock. Les Renault à moteur turbo observées avec scepticisme à leurs débuts trois ans plus tôt commencent véritablement à démontrer toutes leurs qualités. Dès cette saison, les châssis reçoivent une nouvelle appellation : le sigle n’est plus RS, mais RE, en hommage au pétrolier Elf pour sa contribution importante aux projets de Renault en F1.

L’équipe française remporte trois courses, deux pour René Arnoux au Brésil et en Afrique du Sud, une pour Jean-Pierre Jabouille en Autriche, assorties de la quatrième place au Championnat du Monde des Constructeurs.

Jean-Pierre Jabouille est toutefois gravement accidenté au Canada et ne dispute pas le dernier Grand Prix. Victoires au Brésil, en Afrique du Sud et en Autriche.

Le saviez-vous ?

René Arnoux, né le 4 juillet 1948, René Arnoux a suivi un cursus classique pour atteindre l’élite en commençant par le karting, puis en poursuivant en formules de promotion Renault. Sacré Champion d’Europe de F2 avec une Martini-Renault en 1977, il dispute 149 Grands Prix, dont 58 avec Renault. Entre 1979 et 1982, il signe quatorze pole positions et quatre victoires pour le compte du constructeur Français

 

1981

F1-1981-GP-de-LONG-BEACH-les-deux-RENAULT-de-PROST-et-de-Rene-ARNOUX-Photo-Bernard-BAKALIAN

 

La place laissée par Jean-Pierre Jabouille après son accident et son départ vers Ligier est comblée par l’arrivée d’Alain Prost, Champion d’Europe de F3. Les Renault ont évolué en RE20B. La saison s’avère fructueuse pour le jeune Français qui totalise trois victoires à lui seul, dont la première en son pays à Dijon, un an seulement après ses débuts en F1 avec McLaren-Ford.

Renault progresse au troisième rang du Championnat du Monde des Constructeurs alors que Ferrari et d’autres ont suivi la voie tracée par Renault en adoptant un moteur turbo. Par ailleurs, l’équipe française introduit l’une de ses innovations, le DPV (dispositif de prérotation variable), qui minimise encore le temps de réponse du turbocompresseur à l’accélération et sera copié par tous les blocs suralimentés.

Au mois de mai, les nouveaux châssis RE30 prennent la succession des RE20B. Victoires en France, aux Pays-Bas et en Italie.

Le saviez-vous ?

Alain Prost, né le 24 février 1955, Alain Prost possède le plus beau palmarès Français de la F1 avec 199 Grands Prix et quatre titres mondiaux à son actif : en 1985 et 1986 avec McLaren-Porsche, en 1989 avec McLaren-Honda et en 1993 avec Williams-Renault.

Il détient 51 victoires, dont neuf avec Renault et sept avec Williams-Renault. Alain Prost est actuellement ambassadeur et conseiller spécial de Renault.

 

1982

F1-1982-–-Le-départ-du-GP-de-FRANCE-sur-le-circuit-PAUL-RICARD-–-Les-deux-RENAULT-de-René-ARNOUX-et-ALAIN-PROST-s’élancent-de-la-1ère-ligne. Photo : Bernard ASSET

 

Une saison en demi-teinte malgré quatre succès, répartis équitablement entre René Arnoux et Alain Prost. Longtemps en lice pour le titre mondial, ce dernier est toutefois victime de soucis de fiabilité l’empêchant de mener à bien sa conquête de la couronne.

Renault essaie plusieurs nouveautés tout au long de l’année, du développement d’un diffuseur soufflé à l’injection d’essence à commande électronique en passant par une boîte de vitesses transversale ou encore des suspensions à correction d’assiette.

Victoires en Afrique du Sud, au Brésil, en France et en Italie.

 

1983

F1-Alain-PROST-au-GP-ITALIE-1983-a-MONZA-avec-la-RENAULT-Turbo

 

En parallèle de l’équipe officielle, Renault motorise également la Lotus d’Elio de Angelis et celle de Nigel Mansell dès le Grand Prix de Grande-Bretagne.

Chez Renault, René Arnoux est remplacé par l’Américain Eddie Cheever, chargé d’épauler Alain Prost. Les deux hommes commencent leur campagne avec des châssis RE30C avant l’arrivée de la nouvelle RE40 pour Alain Prost à Long Beach, la deuxième étape du calendrier.

Il s’agit alors de la plus belle saison de Renault, mais Alain Prost manque finalement le titre pour deux points seulement face à Nelson Piquet. De nombreux observateurs estiment que la Brabham-BMW turbo du Brésilien n’utilise pas un carburant conforme, mais Renault refuse de l’emporter sur tapis vert et ne porte pas réclamation.

Victoires en France, en Belgique, en Grande-Bretagne et en Autriche.

 

1984

F1 1984 RENAULT DEREK WARWICK

 

Un profond renouvellement a lieu en 1984. Le Français Patrick Tambay et le Britannique Derek Warwick remplacent Alain Prost et Eddie Cheever au volant des nouvelles RE50.

Renault continue de motoriser le Team Lotus avec Elio de Angelis et Nigel Mansell, et développe cette activité en y ajoutant les Ligier d’Andrea de Cesaris et de François Hesnault.

Au dernier Grand Prix de la saison, Renault aligne une troisième voiture pour Philippe Streiff au 1er Grand Prix du Portugal.

 

1985

F1-1985-RENAULT-de-1985

 

Patrick Tambay et Derek Warwick sont prolongés alors que la nouvelle RE60 fait son apparition. Renault Sport continue de fournir des moteurs à Lotus pour Elio de Angelis et Ayrton Senna et Ligier pour Jacques Laffite, Andrea de Cesaris, ce dernier remplacé par Philippe Streiff à partir de Monza, puis à l’équipe Tyrrell avec Stefan Bellof et Martin Brundle à partir du mois de juillet.

Deux grands espoirs de la F1 roulent alors avec Renault : Stefan Bellof chez Tyrrell et Ayrton Senna chez Lotus. Le Brésilien marque les esprits à l’orée d’une fabuleuse carrière en signant ses deux premières victoires en F1 avec une Lotus-Renault à Estoril au Portugal et à Spa en Belgique, tandis que son équipier Elio de Angelis s’impose à Imola au GP de Saint-Marin.

Victoires du moteur Renault avec Lotus au Portugal, à Saint-Marin et en Belgique

Le saviez-vous ?

Elio de Angelis, né le 26 mars 1958, Elio de Angelis a marqué son époque en s’avérant être un excellent pilote d’une élégance rare, à la fois dans son style en piste ainsi que dans son comportement dans le paddock. L’Italien nous a quittés en mai 1986 alors qu’il effectuait des essais privés qui se déroulaient sur le circuit Paul Ricard pour le compte de l’équipe Brabham BMW.

 

Fin de la première partie. La suite des demain

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : RENAULT – ELF

 

 

Evenements F1 Monoplaces

About Author

gilles