MISE AU POINT DE LA FFVE (FÉDÉRATION FRANÇAISE DES VÉHICULES D’ÉPOQUE) SUR LES ZFE

 

 

 

Suite a notre récent article sur l’interdiction de circulation des véhicules d’Epoque au 1er janvier 2021,  nous avons rencontré à la FFVE, son Président Jean-Louis Blanc et son directeur général, Laurent Hériou, pour faire le point sur cet épineux et sensible dossier

 

Jean-Louis BLANC et Laurent HÉRIOU de la FFVE

 

Jean Louis Blanc nous confie:

La FFVE travaille sur ce sujet et depuis un an. Les ZFE (Zone à faible émission) succèdent dans la réglementation Française aux ZCR (Zone à circulation restreinte) au nombre de 4 (Paris- Grand Paris – Grenoble et Lyon); dans ces zones la FFVE avait obtenu une dérogation pour les véhicules de collection qui grâce à cette intervention n’était pas soumis à restriction!

Et il nous précise encore:

Nous avons pour objectif d’obtenir dans toutes les nouvelles zones, les mêmes résultats pour tous les collectionneurs.

Rappelons que la FFVE fédère 1300 clubs – 400 professionnels et 45 musées, représentant  230.000 collectionneurs et 800.000 véhicules, dont 300.000 en certificat immatriculation de collection (CIC).

Avant de poursuivre et d’indiquer:

La nouvelle loi prévoit que 11 métropoles soit tenues d’adopter des règles de ZFE pour améliorer la qualité de l‘air et ce afin de respecter les normes Européennes!

 

Jean-Louis BLANC, le Président de la FFVE

 

Chacune des 11 métropoles (Paris-Grand Paris- Grenoble – Lyon- Aix Marseille – Nice- Toulon – Toulouse- Montpellier – Strasbourg et Rouen) adoptera ses propres règles dans le courant de l’année 2021.  Une vingtaine d’autres métropoles vont ensuite le faire à leur tour.

Et Laurent Hériou, ajoute:

La FFVE a pris contact avec chacune d’entre elles pour leur expliquer qu’une interdiction frappant les véhicules d’époque sur une base scientifique, n’aurait aucun effet mesurable sur la qualité de l’ air et serait donc une mesure totalement disproportionnée par rapport au but poursuivi!

Tous les contacts que la FFVE a eu à ce jour, ont été encourageants, néanmoins la plus grand vigilance reste de vigueur!

Parallèlement au niveau de l’état, la FFVE, a proposé que la France adopte un système analogue a celui qui existe actuellement en Allemagne, à savoir une exonération générale dans toutes les ZFE Allemandes pour les véhicules de collection Historique dont la plaque d’ immatriculation  comporte un préfixe distinctif, une lettre H.

Les négociations sur ce point sont actuellement en cours avec les services de l’état!

Jean-Louis BLANC

Jean-Louis Blanc conclut:

Enfin, une initiative parlementaire récente a conforté sa démarche : le dépôt dans les deux assemblées (sénateurs et députés) de deux propositions de lois prévoyant l’introduction en France d’un dispositif analogue à celui existant en Allemagne. La préservation de la qualité de l’air dans nos métropoles est un souci que partage évidemment tous nos collectionneurs. Nos véhicules n’ont actuellement aucun effet mesurable sur la qualité de l’air, et c’est un sujet suffisamment grave et déterminant pour l’avenir de notre passion commune afin qu’il ne soit pas traité à la légère par des raccourcis dans les réseaux sociaux

La FFVE a rassemblé dans sa démarche, les principales institutions Françaises concernées :

Le CCFA (Comité des Constructeurs Français Automobile), le CNPA (Centre Nationale des Professions de l Auto) , l’ACF (Automobile Club de France), l’ACM (Automobile Club de Monaco) commission historique, la FIVA (Fédération Internationale des Véhicules Anciens), la FFSA et la commission historique de la FIA, qui a l’unanimité qui l’ont mandaté pour défendre la position des collectionneurs auprès des pouvoirs de l’état et des collectivités territoriales.

 

Propos recueillis par Gilles GAIGNAULT

Photos : Gilles VITRY

 

Interview de Jean-Louis BLANC avec Gilles GAIGNAULT

LE POINT SUR LES ZONES À FAIBLE ÉMISSION MOBILITÉ

 

Chers amis collectionneurs, Les « Zones à faible émission mobilité » ont été créées par la loi d’orientation sur les mobilités du 24 décembre 2019 pour limiter les émissions de particules fines et d’oxydes d’azote issues du trafic routier. Ces dispositions se substituent aux anciennes « Zones à circulation restreinte ».

Un décret devait préciser les modalités d’application de la loi. Ce décret est paru le 17 septembre. Il rend obligatoire la mise en place dans le courant de 2021 de Zones à faibles émissions mobilité dans les territoires les plus pollués.

Onze collectivités sont à ce jour soumises à cette obligation : Métropole du Grand Paris, Ville de Paris, Métropole de Lyon, Grenoble-Alpes-Métropole, Métropole d’Aix-Marseille-Provence, Métropole Nice-Côte d’Azur, Métropole Toulon-Provence-Méditerranée, Toulouse Métropole, Montpellier-Méditerranée Métropole, Eurométropole Strasbourg et Métropole Rouen-Normandie.

Les autres métropoles peuvent décider d’instaurer une ZFE sur leur territoire. Il revient à chaque collectivité de déterminer les règles applicables sur son territoire, en utilisant notamment les vignettes Crit’Air. Sous l’ancienne réglementation, la FFVE avait obtenu une dérogation à ces interdictions de circulation pour les véhicules en certificat d’immatriculation de collection (CIC) auprès des trois ZCR existantes, dès 2016 à Paris, et en 2019 pour la Métropole du Grand Paris et Grenoble.

En prévision de l’entrée en vigueur de ces nouvelles règles, nous avons pris contact il y a plusieurs semaines avec toutes les agglomérations concernées par les ZFE pour faire entendre notre position : nous représentons moins de 1% du parc roulant, nous roulons 15 fois moins que la moyenne, la proportion de nos véhicules particuliers diesel est inférieure à 5%, nos véhicules sont en règle générale très bien entretenus par leurs propriétaires, si bien que leur impact en termes de particules fines et d’oxydes d’azote n’est pas même mesurable

Nos véhicules font partie intégrante du patrimoine industriel national, et n’ont de sens que s’ils roulent. Ils sont les acteurs de milliers de manifestations sur tout le territoire, animant très souvent les centre villes. La filière dans son ensemble représente 20 000 emplois.

Tels sont les arguments que je demande à chacun de vous, clubs, entreprises, collectionneurs, amateurs de véhicules d’époque, de porter dans les semaines qui viennent aux décideurs politiques que vous rencontrerez afin de soutenir notre action. Tout en partageant évidement le souhait de nos concitoyens pour la qualité de l’air, nous demandons que nos véhicules soient exonérés des restrictions de circulation nouvelles, car leur interdiction n’amènerait aucune amélioration significative et conduirait à terme à la condamnation de la filière et par voie de conséquence de ce patrimoine.

A ce stade, nous privilégions comme toujours la concertation avec les pouvoirs publics, en nous appuyant sur des données factuelles, pour faire valoir nos positions en dehors de tout débordement. Amitiés à toutes et à tous. Jean-Louis Blanc Président de la FFVE

 

Jean-Louis BLANC

Président de la FFVE

 

Auto Historique Evenements

About Author

gilles