MOTOGP 2021. FABIO QUARTARARO RETOURNE CHEZ LE PSY !

 

LE FABIO QUI VEUT SE RETROUVER

 

Fabio Quartararo a totalement raté sa fin de saison 2020, passant finalement de leader au classement général provisoire à … huitième !

Il est clair que le jeune pilote n’arrive pas à contrôler ses émotions, il n’a évidemment pas la force morale en granit d’un Valentino Rossi ou l’esprit de revanche comme son coéquipier Franco Morbidelli qui s’est senti mis de côté en début d’année par Yamaha comme source d’adrénaline…

Pourtant sa saison a été belle, jamais un pilote Français de vitesse n’avait remporté trois victoires la même année en catégorie reine, celle des 500cc autrefois, avant l’avènement du MotoGP !

Mais en effet, pour être titré, il faut être régulier (chose prouvée par Mir et Morbidelli) et Fabio ne l’est pas!

 

2021 NE SERA PAS FACILE, IL FAUDRA FAIRE FACE!

 

Il a par exemple raconté une chose ahurissante :

« À Valence, la moto était catastrophique, mais je disais ‘ça ne va pas, ça ne va pas’ sans pointer une faiblesse au freinage ou autre. Mon ingénieur me l’a dit : ‘Tu rentres dans le stand et tu dis juste que ça ne va pas, moi je ne peux rien faire »

Il est évident que Fabio a besoin de quelqu’un pour lui apprendre à gérer l’émotionnel et surtout à ne pas sombrer dès que l’on n’est plus sur le podium.

Ce n’est pas la première fois de sa carrière qu’il se fait aider par un psy.

 

VICTOIRE EN CATALOGNE EN MOTO2 EN 2018

 

Lors de sa deuxième et dernière année en Moto2, en 2018, il l’avait déjà fait avec un beau résultat, une pole et une victoire qui lui ont permis de rentrer chez Yamaha Petronas, l’année suivante.

« En 2019, je n’ai pas eu besoin de psy, tout allait bien, on n’a eu aucun problème, je ne me suis pas énervé. Mais cette année, quand les choses n’allaient pas, j’ai vu que j’avais besoin de retrouver mon psychologue. Je pense que ce sera important de travailler sur ça l’année prochaine, parce qu’on peut très bien connaître une autre saison où l’on aura encore des difficultés sur la moto. Je pense que ce sera très important de travailler avec lui et d’être vraiment prêt pour le début de saison. J’ai déjà commencé à travailler avec deux personnes, pour essayer d’être calme et d’afficher le moins d’émotions possibles ».  

Et en effet, la montée en factory alors que l’on sort du team satellite avec des doutes énormes, c’est un sacré challenge sportif mais aussi moral car la pression est énorme, il faut prendre des décisions importantes, les bonnes décisions et il y a des dizaines de gens sur le circuit et au Japon, plus le pilote d’essai, Cal Crutchlow l’an prochain, qui attendent ces décisions.

Plus question par exemple de s’apercevoir en course que le pneu avant surgonfle quand on suit un pilote de très près, ce qui est toujours le cas mais c’est au pilote de corriger le tir…

 

 

Mais en effet ça risque d’être peu gratifiant, cette phrase terrible de son futur équipier Maverick Vinales, en dit long sur ce qui se passe au stand…

« Yamaha ne m’écoute plus, ils doivent en avoir marre que je leur demande des changements… »

Mais bon, une vie de pilote d’usine n’est pas faite que de podiums et de champagne, de belles voitures et de jolies filles, d’argent et du confort réel que cela apporte, il faut assurer.

Cette année de 14 Grands Prix, Yamaha en a gagné la moitié, trois pour Fabio, trois pour Morbidelli, une pour Vinales et à part Morbidelli, personne n’est vraiment content, que ce soit dans les box ou au guidon!

Sacré challenge !

En plus en piste, il faut faire régulièrement des podiums, alors on pourra dire : 

Eureka … le Quartararo nouveau est arrivé!

Jean Louis BERNARDELLI

Photos : MotoGP

 

Moto MotoGP Sport

About Author

jeanlouis