MOTOGP 2020 A PORTIMAO : SUBLIME VICTOIRE D’OLIVEIRA CHEZ LUI AU PORTUGAL

BASTIANINI, MIR, ARENAS, LES CHAMPIONS 2020

 

D’abord, sur la ligne de départ, la totalité des pilotes a fait une standing ovation à Ezpeleta, le boss de Dorna, qui a réussi à faire un Championnat de quatorze courses alors que l’Europe était et est toujours… dans le Moyen Âge !

On se disait que l’enjeu de ce GP serait la place de vice champion du monde derrière Mir, ce qui n’est pas un truc à sauter au plafond sauf pour le principal intéressé… Morbidelli.

 

MORBIDELLI, PIÈTRE CONSOLATION POUR YAMAHA

 

Faible consolation pour Yamaha dont les autres pilotes finissent groupés mais onze (Vinales), douze (Rossi) et quatorze (Quartararo).

Fabio Quartararo, un moment leader du mondial, termine finalement seulement huitième au classement général final, une vraie déroute, GP après GP.

Une horreur! Style descente aux enfers…

 

QUARTARARO TROIS VICTOIRES MAIS UN DÉSASTRE

 

Mais surtout, l’énormité de ce Grand Prix aura été la deuxième victoire d’Oliveira cette saison, mais cette fois sur son circuit, au Portugal, à Portimao !

Hervé Poncharal le boss du team Tech3, en avait le souffle coupé d’émotion, on signale d’ailleurs au passage que sur huit vainqueurs cette année, il y a eu beaucoup, beaucoup de pilotes de teams satellites !

 

HERVÉ PONCHARAL HEUREUX MAIS AORÈS UNE COURSE TERRIFIANTE

 

Aujourd’hui par exemple presque le podium complet, avec Oliveira de Tech3 en Moto GP et Gardner en Moto3.

La course a été étrange car il y avait de gros trous entre chaque pilote, Oliveira gagne quand même avec trois secondes d’avance sur Miller et Morbidelli (passage au dernier virage, bravo Jack l’Ozzie) Pol Espargaro, qui rate encore le podium, est à six secondes de ce groupe de deux, puis derrière Espargaro un vrai groupe de baston, sur quatre secondes quand même, etc…

 

MILLER A FAIT UNE COURSE DE FEU!

 

Et Johann Zarco ? Il a d’abord fait une course phénoménale, roulant longtemps cinq, mais ses derniers tours sont moins bons, il termine dix.

Mais pour ceux qui aiment la baston, on a été un peu déçus, mais quand même quel GP !

Combien de pilotes, à l’instar d’Oliveira, parti en pole d’ailleurs, ont-ils entendu leur propre hymne national à l’arrivée d’un GP ? Je parle de la période MotoGP bien entendu…

Le retour de Jack Miller sur Morbidelli a été magnifique, le dépassement historique mais ce que voulait Miller pour sa dernière course chez Pramac c’était une victoire, ce sera une superbe deuxième place.

Nakagami est encore cinq, ça devient une sacrée habitude !

En fait, à part Yamaha, la grosse déception de ce Grand Prix de Portimao aura été Suzuki, Rins s’est blessé à nouveau en essais et termine quinze, quant à Mir, sa sortie d’un Championnat du monde à l’arraché, a été quasi humiliante, panne électronique et rentrée au stand avant la fin.

Là, le destin montre ce que c’est quand il est d’un côté ou de l’autre, on imagine ça… la semaine dernière ?

En tous cas, on a terminé ce Championnat sous un soleil magnifique, présage probablement heureux pour les superstitieux dont je ne connais pas les codes.

 

COURSE DÉMENTIELLE DE GARDNER

 

En Moto2, le titré était à jouer, ce sera Bastianini, parti leader, finissant cinq, bien assez pour contrôler Marini (deuxième) et Lowes (troisième).

Mais c’est surtout la sublime victoire de Gardner qui est à retenir, il a pris Marini à quelques tours de la fin et lui a collé une seconde et demie !

Comme quoi la jeune génération ne respecte vraiment rien…

 

 

ARBOLINO LE HÉROS DE PORTIMAO

 

Mais le Moto 3 a été plein de surprises…. Arenas partait en pole avec quatre points d’avance sur Ogura et un peu plus sur Arbolino qui partait 27ème sur la grille, mais il s’est arrêté un tour trop tôt .. en pensant que c’était fini!

Arbolino a remonté douze places, il a même été un moment deux points au général derrière un Arenas qui craignant d’être accroché, se laissait beaucoup doubler.

 

ARENAS TITRÉ MAIS IL A SENTI LE VENT DU BOULET

 

Du coup d’ailleurs Arenas est titré mais Arbolino a pris la deuxième place au général d’Ogura.

On est passé à côté d’une révolution et Arbolino, avec Oliveira, Gardner et Miller ont vraiment été les hommes du jour.

Le Moto3 a été gagné par Fernandez, l’homme aux six pole, que tout le monde a laissé partir devant, le combat était ailleurs, il gagne avec trois secondes d’avance.

 

FERNANDEZ L’A ENFIN SA VICTOIRE!

 

Voilà, 2020 est terminé, on recommence en principe en Malaisie à Sepang avec des essais officiels, mais les gouvernements des différents pays n’ayant trouvé aucun combat contre le virus, on aura peut être quinze vagues avant la fin du cauchemar, on annonce un vaccin mais pas vraiment efficace au long terme.

Mais rien n’est acquis, loin de la, car Gilles Gaignault m’indique et précise que l’ACO, a déplacé toutes ses épreuves 2021 de son Championnat d’endurance auto Asiatique et notamment, celle de la Malaisie à Sepang, les frontières étant toujours fermées, pour les organiser et les regrouper au moyen orient sur le circuit de Yas Marina à Abu Dhabi et de Sakhir à Bahrein  en février prochain!

C’est le virus qui décide, et pourtant le MotoGP, avec un protocole sanitaire strict, a pu faire tous ses GP.

Seul problème, sur quatorze GP, deux ont accepté du public, Le Mans et Misano, seulement 5000 personnes et on espère qu’ils s’étaient assurés contre ce genre de pépin.

En revanche, ces circuits pourront ils tenir la barre en 2021 si l’absurdité absolue du combat contre le virus continue, là c’est une question à deux balles, à laquelle je n’ai pas de réponse, sachant seulement que toutes les épidémies se sont arrêtées quand elles ont été rassasiées, pas quand on fermait les restaurants et quand on mettait le plaisir en taule.

Enfin, on croise les doigts, les motards sont peut-être la seule partie de la société qui ait encore le droit de rêver.

 

Jean Louis Bernardelli

Photos : MotoGP

 

Tous les résultats dans toutes les sessions et toutes les cylindrées

https://www.motogp.com/fr/Results+Statistics

 

Moto Moto2 Moto3 MotoGP

About Author

jeanlouis