WRC 2021: LE RALLYE DE SUEDE MONTE AU NORD VERS LA VASALOPPET

 

 

Une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’auto, je l’avais déjà fait quand j’ai su que Valentino Rossi roulerait lors de la dernière manche, je recommence parce que d’abord, ce soir c’est panique partout et je n’ai pas envie de cette nouvelle « cité de la peur« .

Il y a une bande de surdoués qui écrivent sur l’auto sous toutes ses formes sur ce site, je ne vais donc pas leur marcher sur les pieds.

Non, je vais vous parler bonheur.

L’idée de ce papier ?

Une auto mais qui roule sur des rails.

 

LES ENFANTS SANS PEUR DU LENDEMAIN, QUEL PIED! (PHOTO JARDIN D’ACCLIMATATION)

Je suis passé hier en marchant près du Jardin d’Acclimatation dans le Bois de Boulogne et j’ai entendu avec un frisson de plaisir des cris de bonheur d’enfants sur les manèges, des enfants qui ignorent le principe de la peur collective et vivent leurs envies.

Alors pas envie de parler de confinement mais d’air frais…

J’ai lu que le rallye de Suède allait monter plus au nord que d’habitude pour ne pas risquer de se retrouver sur des routes au noir et j’ai donc suivi le descriptif des étapes, le rallye passera en effet dans une zone totalement inconnue du grand public.

Sauf les skieurs de fond.

 

LA VASALOPPET, CLICHÉ MAGNUS HÔRST

Parce c’est de Malung que part (de Sälens en fait), la plus belle course de ski de fond au monde, la plus célèbre, la plus convoitée, la Vasaloppet.

Elle arrive à Mora, 90 km plus loin, le rallye passe aussi dans le coin, là encore qui connaît Mora ?

Les skieurs je l’ai déjà dit mais surtout toute la Suède et toute la Norvège, c’est quasiment un endroit sacré pour leurs habitants.

Rien de religieux, la course commémore l’exploit d’un roi de Suède très connu, Gustave Vasa, qui, menacé par une conjuration était allé à skis de fond chercher le renfort de la Dalécarlie, là où se déroulera la partie suédoise du rallye.

 

PHOTO LA CLUSAZ PATRIMOINE

Cette course à skis de fond est juste incroyable (comme le rallye de Suède d’ailleurs), il y a 15 000 partants, que l’on lâche en plusieurs vagues, avec des dizaines de milliers de gens sur les côtés pour offrir la célèbre soupe de myrtilles aux coureurs.

La course existe depuis 1922, j’ai habité deux ans en Suède et j’ai appris le ski de fond à Stockholm..

Il y a une ligne de métro dont un arrêt se trouve au milieu de nulle part, tu sors du métro et tu chausses les skis!

J’ai donc voulu ensuite me lancer un défi et participer à la Vasaloppet, les premiers mettent quatre heures moi j’y ai passé la nuit mais le public était toujours là !

 

VICTOIRE DE PIERRAT EN 1978 (CLICHÉ GÉRARDMER INFO)

L’année suivante, je suis dans un avion d’une compagnie qui assurait les transports aériens internes dans le pays, le pilote fait une annonce en suédois, je n’y pige rien (pas plus que les sonos des aéroports modernes d’ailleurs) et je vois tous les passagers devenir blancs comme neige.

Je demande si l’avion est en train de se crasher et on me dit non, c’est un Français qui a gagné la Vasaloppet !

Drame national en Suède et en Norvège!

C’était en 1978, Jean Paul Pierrat est 36 fois champion de France de ski de fond et a décroché une médaille aux mondiaux la même année en 1978.

 

JEAN PAUL PIERRAT AU NEIGE ET GLACE

Le truc incroyable est que ce mec, qui est un de mes héros forcément, je l’ai retrouvé au rallye Neige et Glace où il bossait avec Zaniroli, il avait à l’époque une superbe Alpine A 110 blanche, cette auto a gagné le Rallye de Monte Carlo quelques années avant sa victoire à la Vasaloppet.

Comme quoi, cette histoire de ski de fond retrouve partout le rallye, et surtout pendant les dix minutes que vous venez de  passe à vous demander ce que ce papier fait dans Autonewsinfo, vous avez oublié la merde qu’est notre quotidien.

 

NEIGE ET GLACE, REVOILA LA COURSE AUTOMOBILE!

C’est ce que je voulais.

Merci et encore bravo à Jean Paul Pierrat, quand je l’ai retrouvé, sa victoire de la course la plus dure au monde remontait à pas loin de quarante ans, je me suis pourtant fait une chair de poule de folie !

 

UNE RENCONTRE INOUBLIABLE MAIS ON S’EST BARRÉS…

Et j’aime ça les frissons, le vent qui souffle dans les arbres chargés de neige, les petites cabanes que l’on voit partout peintes en rouge, même les lynx, aujourd’hui hélas décimés car la chasse a été rouverte, que l’on rencontrait parfois dans nos ballades à skis… on ne faisait pas vraiment les malins…

Jean Louis BERNARDELLI

Photos Magnus Hörst, GÉRARDMER INFO, Richard Bord, Autonewsinfo

Sport WRC

About Author

jeanlouis