MARTIN GIOVACCHINI EST DÉCÉDÉ

 

 

 

 

Martin Giovacchini, alias « Tintin », un merveilleux ami vient de nous quitter.

On le croyait indestructible !

Comme sa maman, on était persuadé que dans sa Corse adorée il ferait un centenaire. Hélas le crabe en a décidé autrement…

Après quatre ans de lutte, notre ami Martin Giovacchini s’est éteint, hier soir samedi 3 octobre 2020, à son domicile de Moriani en Corse. Il avait 85 ans.

Comme Christiane, son épouse qui l’a veillé jusqu’à son dernier souffle, comme ses enfants, Laurence et Charlie, comme son frère, Siméon, nous sommes aujourd’hui effondrés.

A la mi-août, nous avions déjeuné avec lui dans sa maison de Pastrucciale à Canale-di-Verde et il luttait toujours.

Voilà une semaine, au téléphone, nous l’avions senti très affaibli. Son moral était au plus bas. Mais nous espérions encore.

Et puis, ces derniers jours, son état s’est aggravé, il ne pouvait plus se battre.

Aujourd’hui, comme son épouse, ses enfants, son frère et toute sa famille, nous sommes tristes et terriblement émus.

Pour moi, Tintin était plus qu’un ami. Né à Constantine où sa maman était institutrice, il avait débarqué dans la Sarthe, à Château-du-Loir puis à La Flèche.

J’avais onze ans, j’étais en 6e au lycée de La Flèche et « Tintin » était notre « pion ».

Quinze ans plus tard je l’ai retrouvé à Ouest-France où il fut pour moi un guide chevronné. D’abord « localié » à la rédaction de Château-du-Loir, puis responsable des faits divers à la rédaction départementale d’Ouest-France au Mans, Tintin, journaliste de talent et homme de cœur, n’avait que des amis dans le milieu.

Travailleur infatigable, à l’affût de la plus petite information pouvant intéresser ses lecteurs, il était aussi à l’aise avec les vignerons des coteaux du Loir, qu’avec les magistrats et autres avocats, les représentants de la communauté musulmane, les gendarmes, les commerçants, les responsables d’associations et tous ceux qui font l’actualité.

 

TINTIN-GIOVACCHINI-et-ses-potes-journalistes-de-OUEST-FRANCE

 

Il avait également un faible pour les sports mécaniques et chaque année il venait renforcer l’équipe de la rédaction sportive d’Ouest-France aux 24 Heures du Mans.

Que de merveilleux moments passés avec lui ! Durant le travail et lors de troisièmes mi-temps endiablées…

« Tintin » fut également avec Christiane, le témoin de grands moments de ma vie et de celle de Mireille. Nos vacances, notre mariage, ceux de nos enfants Boris et Grégor qui l’aimaient beaucoup.

Pour lui rendre hommage nous publions dans ce « post » quelques photos trouvées dans notre album. Des photos prises à divers moment de sa vie et de la nôtre.

Au revoir Tintin. Tu vas énormément nous manquer. Mais tu vas peut-être retrouver là-haut tes copains du journal : Jules, Alain, et beaucoup d’autres, partis eux aussi beaucoup trop tôt…

A Christiane, Laurence, Charlie, Siméon, Martine et à toute leur famille nous présentons nos plus sincères condoléances et partageons leur peine et leur tristesse

 

Jean-Claude VIRFEU

 

A titre personnel que de merveilleux souvenirs avec ‘ Tintin’ sur le circuit du Mans.

Chaque année, à l’époque où par passion, j’engageais  aux 24 Heures des voitures,  successivement, la Rondeau ‘Rose bonbon’ Blanchet-Locatop, la Porsche 962 GDBA turquoise flanquée du N°1, les 1éres Viper à courir au monde, les inoubliables Jaune et Orange Fluo, sans oublier la Ferrari 333SP, elle aussi jaune, les couleurs d’origine de la firme, celles de la ville de Modéne, annuellement ‘ Tintin’ couvrait et suivait dans les colonnes du grand quotidien Ouest France, notre semaine Sarthoise.

Souvenir avec lui et la bande de ses potes de la rubrique Sport et auto, dont l’ami Virfeu, de sacrés apéros bien tardifs parfois, une fois les copies rendues… naturellement !

Les années ont passées mais je n’ai jamais oublié notre amitié commune et régulièrement à l’automne, nous nous croisions dans sa chère Ile de Beauté, lors des Tours de Corse Historique !

RIP Tintin…

 

Gilles GAIGNAULT

 

 

About Author

gilles