LES TOYOTA MÈNENT AUX 24 HEURES DU MANS AU CŒUR DE LA NUIT. MAIS LES REBELLION A L’AFFÛT!

 

 

La longue longue nuit des 24 Heures

 

L’édition 2020 des 24 Heures du Mans 2020 a beau être perturbée par la pandémie du COVID-19, elle est néanmoins fidèle à sa réputation, faite de bagarres, de drames et de joies.

En effet tout au long du premier tiers de course, au plaisir de trouver les voitures en tête, se sont succédé comme chaque année au Mans, les pleurs à la suite d’un accident ou d’une panne mécanique.

 

24 H du Mans 2020 – Alpine n°36 à la chicane Ford de nuit – Photo Patrick Martinoli

 

Car il y en a eu des retournements de situations. Certaines font plaisir à voir, comme la remontée de l’Alpine LMP2, la N°36, celle des deux voitures de l’équipe IDEC Sport, les N° 17 et 28.

 

24 H du Mans 2020. l’Oreca N°17 IDEC – Photo Thierry COULIBALY

24 H du Mans 2020. l’Oreca N°28 IDEC – Photo Thierry COULIBALY

 

D’autres sont plus dramatiques. Ainsi les sorties de route quasi au même moment de la ByKolles N°5, alors pilotée par l’Alsacien Bruno Spengler et celle de l’Oreca LMP2 du Duqueine Team, la N°30 aux mains du Français, Tristan Gommendy.

La première des deux a perdu une lame de son aileron arrière privant la voiture d’appui dans les ultra rapides ‘esses’ de la Forêt. Après avoir traversé le bac à gravier, elle a percuté de l’avant et de l’arrière les pneumatiques placés juste devant les rails. Après avoir été retirée de ce mauvais pas, elle réussissait à regagner son stand… pour y abandonner, car les dégâts étaient trop importants.

La deuxième partait en tête à queue à l’entrée de la première chicane des Hunaudières et frappait les rails extérieurs avec une rare violence. Une fois le pilote, Tristan Gommandy sorti tout seul de la voiture, les commissaires ont levé ce qui restait de la voiture…la coque seule, car le moteur s’était désolidarisé !

 

La première des Rébellion A l’affût !

 

Bien entendu, il y eut un long safety car, près d’une heure, suivie d’une longue ’slow zone’ sur le secteur de la chicane pour nettoyer la piste puis refixer rails et pneumatiques.

 

La Toyota 8 est revenue en deuxième position

 

Chez Toyota, on en profitait de cette période où toutes les voitures étaient ralenties pour faire un peu de mécanique sur la n° 8. Elle connaissait en effet des soucis de températures des freins avant et il convenait de nettoyer l’ensemble disques écopes avant.

C’est ainsi qu’elle reprenait la piste avec un tour de retard sur la voiture-sœur, la N°7 et avec un infime retard de … sept petites secondes sur le Rebellion N°1. La Toyota récupérait la deuxième place quelques minutes plus tard, mais la 7 en tête, avait le champ libre…

 

L’Oreca du Jackie Chan avant la sortie de piste

 

En LMP2, mêmes types de drames. L’Oreca N°37 du Jackie Chan Racing, qui bataillait en tête avec la G Drive N°26 et les deux voitures du United Autosport, se retrouvait soudainement en panne totale sur le circuit. Il a fallu au jeune Français Gabriel Aubry, une bonne demi-heure pour arriver à redémarrer la voiture pour rejoindre son stand. Mais pour elle, la course est fichue car elle est rejetée en 51ème position…

Parmi les miracles, la Porsche N°88 que nous pensions  en situation d’abandon a fini par revenir en piste après être revenue au stand par la piste et avoir été réparée de sa sortie de route.

En revanche, les miracles n’ont pas été possible pour la Ligier N°11 de l’écurie US, Eurointernational, où roule Adrien Tambay  et pour la Ferrari N°55 du Spirit of Race qui a connu les affres de la crevaison et des court-circuits, ces derniers provoqués par le pneu frappant le compartiment moteur, elles qui avaient ouvert la liste des abandons avant que l’Oreca Duqueine et la ByKolles,  les rejoignent !

En LMP1, les Toyota sont bien accrochées à la tête de la course. Il ne reste plus que quatre voitures…suite au retrait de la ByKolles

 

La TOYOTA NUM 7 mène les 24 heures à minuit

 

LMP1

1 – Toyota N°7,

2 -Toyota N°8, à 1 tour

3 – Rebellion N°1 à 35’’ de la 8

4 – Rebellion N°3, à 2 tours de la 7

 

En LMP2, c’est un peu la course à l’élimination. Il semble pour cette 88éme édition, que dès que l’on parvient à s’installer en tête, on se retrouve rapidement avec des problèmes !

Ce fût le cas d’abord avec la voiture du Racing Team Nederland, ce fut le cas aussi de la voiture du Jackie Chan Racing, et ainsi ensuite de l’Oreca du So24 Graff.

La bagarre ne s’arrête néanmoins pas puisque quatre voitures se tiennent en … douze secondes !

Signalons l’excellent comportement des filles sur l’Oreca N° 50 qui figurent à lune sensationnelle 7ème place au cœur de la nuit, et ce en roulant régulièrement sans commettre de bêtises et en passant au travers des ennuis :

 

24 H du Mans 2020. L’Oreca N°22 UNITED – Photo Thierry COULIBALY

 

LMP2

1 – Oreca United Autosport Michelin N° 32 (figurant en 5ème place au général)

2 – Oreca GDrive Michelin N° 26, à 0,309’’

3 – Oreca United Autosport Michelin N° 22, à 6 secondes

4 – Oreca Jota GoodYear N° 38, à 11’’ 9

5 – Oreca Panis Racing GoodYear N° 31, à 1 tour

 

C’est la bagarre à 100% en GTE Pro. Les Ferrari et les Aston Martin, se cherchent et se trouvent, puisque les classements changent sa cesse et évoluent à chaque ravitaillement.

Mais selon ‘une indiscrétion’ d’une personnalité bien informée, petit à petit, les Ferrari verraient la tâche facilitée par leurs pneumatiques !

 


24-H-du-Mans-2020.-La-FERRARI-AF-Corse-N°51-Photo-Thierry-COULIBALY.

24 H du Mans 2020. La FERRARI AF Corse N°71 -Photo Thierry COULIBALY (1)

 

En effet, les GT changent de pneumatiques tous les deux relais et les Ferrari AF Corse les N°51 et 71,les martyrisent moins que les Aston dans le deuxième relais, et sont donc un peu plus performantes dans ces moment-là…

Pourtant, l’Aston N°97 se maintient a minuit au commandement.

Pour Porsche c’est beaucoup plus difficile car la 92 a perdu la bagatelle de 12 tours, et la 91 est déjà déposée à un tour de la tête de la course GTE Pro. Il sera difficile vu les performances des leaders de le reprendre !

L’effet de la BOP inversé par rapport à 2019 qui avait alors défavorisé Aston au profit de Porsche ?

‘Va savoir Charles’ comme aime parfois à le répéter, Gilles Gaignault…

 

24 H du Mans 2020. L’ASTON MARTIN N°97 Photo Thierry COULIBALY

 

GTE PRO

1 – Aston Martin N°97

2 – Ferrari AF Corse N°51, à 1’6

3 – Ferrari AF Corse n°71 à 1’11

4 – Aston Martin N° 95, à 2’42’’

5 – Ferrari Risi N° 82, à 1 tour

 

Enfin, en GTE Am, la lutte n’est pas moins intense. Quelques Ferrari ont connu des problèmes, on a perdu puis retrouvé une Porsche, mais les deux Aston Martin après avoir dominé le début de course, se retrouvent sous la coupe de la Ferrari AF Corse N°83.

Ces trois voitures se tiennent dans le même tour. Comme en GTE Pro, les Porsche souffrent et sont reléguées à un tour

 

24 H du Mans 2020. La FARRARI N°83 AF Corse des Français COLLARD PERRODO et du Danois NIELSEN Photo Thierry COULIBALY

 

GTE AM

1 – Ferrari AF Corse N°83

2 – Aston Martin TF Sport N° 90, à 7’’3

3 – Aston Martin Racing N°98, à 7’’9

4 – Porsche Team Project 1 N°56, à 1 tour

5 – Porsche Dempsey Proto N° 77, à 2’20 de la 56.

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Thierry COULIBALY

 

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles