PIERRE FILLON PRÉSIDENT DE L’ACO:  » LE CHEMIN A ÉTÉ LONG DEPUIS LE CONFINEMENT  » !!!

 

  

 

Cette 88éme édition des 24 Heures du Mans, ne ressemble à aucune autre et a le mérite de se tenir malgré un contexte mondial exceptionnel.

A l’issue de la traditionnelle conférence de presse de l’Automobile Club de l’Ouest, nous avons pu nous entretenir avec Pierre Fillon, Président de l’ACO, à moins de 24 heures du départ de la classique mancelle.

 

Président, quel est et quel a été votre état d’esprit ces dernières semaines ?

« C’est un vrai soulagement. Le chemin a été long depuis le confinement. » nous confie Pierre Fillon. « Au début, nous n’aurions jamais pensé retarder les 24 Heures du Mans, puis nous avons dû réaliser que c’était impossible de les maintenir en juin et nous nous disions qu’en septembre, la crise serait derrière nous. En juillet, nous avons vu le contraire, mais nous espérions accueillir entre 20 000 et 30 000 spectateurs dans des villages de 5 000 spectateurs. Mi-août, nous avons vu que le virus circulait toujours, que nous n’allions pas bénéficier de dérogations et ainsi nous résoudre à faire cette épreuve à huis clos. Les 24 Heures sont une fête populaire et c’était un vrai crève-cœur. Il était primordial que la course ait lieu pour les compétiteurs qui ont besoin de courir pour vivre. Sans cela, nous mettions la filière Endurance en péril. »

Malgré le contexte ô combien particulier, 59 voitures seront bien alignées sur la grille de départ des 24 Heures du Mans 2020.

« C’est une très grande satisfaction. L’attractivité de cette course ne se dément pas et tout le monde veut y participer. Nous nous attendions à plus de désistements compte tenu de la crise et des restrictions de voyage qui en découlent. Il a fallu travailler d’arrache-pied pour obtenir des dérogations et convaincre les autorités de chaque pays que notre protocole Covid permettait d’assurer la sécurité de tout le monde. Les équipes ont joué le jeu et nous avons fait en sorte de leur offrir un terrain de jeu le plus sûr possible. »

Cette édition aura bien sûr des conséquences financières sur les revenus de l’ACO cette année.

« On sait tous que 2020 sera une mauvaise année, pour nous comme pour d’autres événements et d’autres compagnies malheureusement. La billetterie représente 40% des revenus des 24 Heures du Mans donc c’est une lourde perte. Fort heureusement, nous avons toujours travaillé dans l’hypothèse de connaitre une crise impactant les 24 Heures. On se souvient du choc pétrolier, mais on peut aussi connaître une crise du secteur de l’automobile, on se doit donc d’être capable de tenir un an sans faire les 24 Heures. »

 

La future ByKolles de la catégorie HYPERCAR

 

Les voitures Le Mans Hypercar (LMH) arriveront en 2021. Toyota, Glickenhaus et ByKolles ont confirmé leur participation tandis qu’Alpine alignera une LMP1 non-hybride. Êtes-vous satisfait à ce stade ?

« Nous avons une belle feuille de route devant nous. Cette catégorie Le Mans Hypercar arrive en 2021, ce sera une année de transition et c’est pourquoi nous accepterons encore les LMP1 non-hybrides l’année prochaine. D’autres concurrents arriveront en 2022, Peugeot bien sûr, je pense également qu’Alpine a des projets en tête, et puis plusieurs constructeurs travaillent actuellement sur la plateforme LMDh. Nous avons diminué les coûts par 4, voire 5 par rapport à aujourd’hui. Nous nous attendons à d’autres annonces. Nous sommes en contact avec une douzaine de constructeurs. »

L’introduction du LMDh est maintenu pour 2022.

« Il faut un certain délai pour développer une voiture. Nous avons modifié la saisonnalité du calendrier FIA WEC et donc, le LMDh, qui devait arriver en septembre 2021, arrivera finalement en mars 2022. Nous ne nous attendons pas à voir arriver les constructeurs dès le début de la saison 2022, mais nous pensons que certains arriveront en cours de saison pour préparer 2023, l’année du centenaire des 24 Heures du Mans. »

 

24 Heures du MANS 2020 -Le Prototype H24 © MissionH24-Antonin VINCENT

 

L’ACO mise plus que jamais sur l’Hydrogène pour 2024.

« Nous sommes très heureux, car lorsque nous avons lancé le projet avec GreenGT en 2015, c’était une traversé du désert en Europe alors qu’on voyait qu’en Asie, le Japon, la Chine et la Corée travaillaient déjà activement sur cette technologie. Aujourd’hui, voir que le gouvernement intègre l’hydrogène dans son plan de relance montre que nous sommes sur la bonne voie. »

Au-delà du prototype de course, dont le nouveau modèle a été présenté vendredi, l’ACO entend contribuer à la généralisation de l’hydrogène.

« Dans ce projet MissionH24, il y a bien sûr la voiture de course, la catégorie introduite en 2024, mais l’Automobile Club de l’Ouest est un acteur de la mobilité pour tous et il fallait aussi développer l’écosystème autour de l’hydrogène pour que tout le monde puisse utiliser une voiture à hydrogène dans les années à venir. Nous avons financé une station au Mans avec la ville du Mans et le Conseil Régional. »

 

Propos recueillis par Florian DEFET (Endurance24)

Photos : Willy CHANTELOUP -Antonin VINCENT

 

24 Heures du Mans Endurance Personnalités

About Author

gilles