LE MANS INFO

 

 

 

 

Il y a au départ pas moins de 39 rookies. Deux en LMP1, 14 en LMP2 et 23 en GTE AM. L’un d’eux, Dominique Bastien (USA) sur la Porsche N°88, affiche pas moins de 74 printemps…

 

N°99-.-24-Heures-du-Mans-2020.-Photo-Thierry-COULIBALY

 

Sur la voiture-sœur n° 99, on trouve l’un des deux plus jeunes pilote rookie, âgé de 19 ans, le Suisse Lucas Legeret et sur la 39 du Graff, un autre ‘minot’ de 19 ans, le Français Charles Milesi, qu’autonewsinfo a présenté dans un sujet samedi matin. Tous ont dû passer lors des séances d’essais jeudi soirn les 10 tours de nuit pour se qualifier…

 

24-Heures-du-Mans-2020.- L’ORECA du GRAFF – Photo-Thierry-COULIBALY

 

177 pilotes de 32 nationalités sont au départ de ces 88èmes 24 Heures du Mans. Il y a également 16  nationalités pour les équipes engageant les voitures. Cela démontre une nouvelle fois l’intérêt International pour cette épreuve mythique.

C’est finalement le Français Patrick Pilet qui a pris le volant de l’Oreca IDEC n°17 et ce en remplacement de l’Américain Dwight Merriman, dont les douleurs dans le dos, suite à son accident de face dans le mur dans la nouvelle portion, l’ont incité à se retirer de la course.

 

24-Heures-du-Mans-2020.- L’ORECA IDEC N°17 – Photo-Thierry-COULIBALY

 

Comme quoi il faut toujours avoir son équipement avec soi quand on vient sur un circuit et pour Pilet pilote GT Porsche depuis des années et qui va du coup découvrir le pilotage d’un proto LMP2, le fait d’avoir été testé il y a quelques jours et donc qui avait accès au circuit !

 

Départ-24-Heures du Mans 2020.- Oreca IDEC-N°17- Patrick PILET – Photo-Thierry-COULIBALY.

 

Les meilleures vitesses de pointes ont été relevées lors des séances d’essais libres ou qualificatives. Les Rebellion pointent en tête, avec 349 km/h pour la N°3 de Louis Deletraz et 344,5 km/h pour la N°1 de Bruno Senna.

 

Rebellion N°1 – 24 Heures du Mans 2020. Photo Thierry COULIBALY

 

On trouve ensuite l’Oreca High Class Racing, une LMP2, pilotée avec 339,1km/h. Les deux Toyota arrivent ensuite avec la 8 de Nakajima en 339,1 et la 7 de Conway avec 338,1.

La meilleure Ligier LMP2, celle de l’écurie Polonaise Inter Europol Compétition, a roulé à 332,9 km/h entre les mains du très expérimenté Espagnol Roberto Mehri.

 

La LIGIER LMP2 de l’équipe Polonaise INTER EUROPOL la N°34 -Photo: Patrick MARTINOLI

La FERRARI AF Corse N°51 aux 24 Heures du Mans 2020. Photo Thierry COULIBALY

 

Chez les GTE Pro qui tiennent la meilleure vitesse, la Ferrari, celle de Sam Bird avec 299,7 km/h et la lus rapide des Aston, celle de Alex Lynn.

La première Porsche de Richard Lietz a été chronométré avec 298 km/h…

 

Départ 24 Heures du Mans 2020. la JOTA N°38 6 Photo Thierry COULIBALY

 

Sur 59 voitures au départ, 54 sont équipées en Michelin et seulement 5 en GoodYear (toutes des LMP2 puisque c’est la seule catégorie où il peut y avoir plusieurs manufacturiers).

Chez Michelin il a fallu mettre les bouchées doubles pour produire le nombre de pneus nécessaires. La production n’a pu redémarrer que fin juin pour une course en septembre, avec des capacités de production humaines réduites.

 

Départ 24 Heures du Mans-2020.-TOYOTA-N°8-  Photo-Thierry-COULIBALY

 

 

La pluie est annoncée pour une partie de la nuit. Une occasion pour Michelin de mettre en œuvre en LMP1 son pneu hybride, un pneu slick disposant d’une gomme spéciale capable de rouler sur le mouillé, avec de bonnes caractéristiques de performance et une longévité identique aux slicks.

Il sera très utile sur piste déchante car il ne se détruit pas comme un pneu « wet » puisqu’il n’a pas de sculptures.

 

Départ 24 H du Mans 2020. IDEC N°28 Photo Thierry COULIBALY

 

Enfin, l’ACO a bien repêchée les deux Oréca 17 et 28 engagée par le IDEC Sport et accidentées toutes les deux à 15 minutes d’intervalle dans la troisième session des essais libres.

Après plus de 24 heures… de mécaniques,  les deux  voitures ont pu être réparées et ont roulé au warm up ce samedi matin.

Comme elles n’ont pas participé aux qualifications, elles ont été pénalisées d’un tour et sont donc  rentrées au stand à l’issue du tour de formation pour être libérées un tour plus tard.

 

Patrick MARTINOLI

Photos : Thierry COULIBALY et Patrick MARTINOLI

 

24 Heures du Mans Endurance

About Author

gilles