BRIDGESTONE VA FERMER SON USINE FRANÇAISE DE BÉTHUNE, DANS LE PAS DE CALAIS

 

Mauvaise nouvelle ce mercredi 16 septembre 2020, avec l’annonce par le manufacturier Japonais Bridgestone, de la fermeture prochaine de son usine Française, située à Béthune

 

 

 

Le manufacturier Nippon annonce l’arrêt des lignes de production de sa seule usine sur le territoire Français, implantée à Béthune depuis 1961, avec 863 emplois supprimés…

Depuis un an la production était à la baisse, passant de 12 000 pneus par jour en septembre 2019 pour atteindre 9 000 pneus quotidiennement en décembre 2019.

Rappelons qu’en 2018, Bridgestone a produit dans l’usine de Béthune jusqu’à 18 000 pneus par jour !

Cela était la conséquence de surcapacités de production en Europe , et des perspectives d’un ralentissement du marché automobile en 2020.

C’était avant la crise sanitaire. Et puis naturellement la pandémie du Coronavirus n’a rien arrangé bien au contraire…

Rappelons et précisons que l’équipementier automobile Allemand Continental, compte fermer d’ici fin 2021 son usine de pneus à Aix-la-Chapelle en Allemagne où 1.800 personnes sont employées !

 

Bridgestone annonce donc son projet de cesser l’activité de son usine de Béthune en France car Bridgestone doit envisager des mesures structurelles pour sauvegarder la compétitivité de ses opérations en Europe. Bridgestone a l’intention de proposer un plan d’accompagnement adapté à chacun des employés.

Compte tenu des évolutions à long terme de l’industrie du véhicule de tourisme en Europe, Bridgestone doit envisager des mesures structurelles pour réduire sa surcapacité de production et améliorer son efficacité opérationnelle.

Après avoir attentivement étudié tous les scénarios possibles, Bridgestone a annoncé aujourd’hui mercredi 16 septembre 2020 lors d’une réunion extraordinaire du comité social et économique envisager la cessation totale et définitive de l’activité de l’usine de Béthune comme étant la seule option qui permettrait de sauvegarder la compétitivité des opérations de Bridgestone en Europe. Ce projet concernerait 863 employés. Bridgestone est pleinement conscient des conséquences sociales d’un tel projet et s’engage à mettre en oeuvre tous les moyens nécessaires pour définir un plan d’accompagnement adapté à chaque employé.

Ce plan d’accompagnement serait élaboré dans les prochains mois en étroite concertation et dans le cadre d’un dialogue soutenu avec les représentants du personnel. Bridgestone entend notamment proposer des mesures de pré-retraite, encourager le reclassement interne des salariés au sein des autres activités de Bridgestone en France, et favoriser le reclassement externe.

Bridgestone souhaite également limiter autant que possible les impacts de son projet sur la région, en mettant en oeuvre un plan de revitalisation ambitieux pour l’emploi. L’entreprise s’est engagée à proposer un programme de reclassement externe dédié et à rechercher activement un repreneur pour le site. Bridgestone doit envisager des mesures structurelles pour pérenniser ses activités en Europe

Bridgestone évolue dans un contexte industriel difficile, qui menace sa compétitivité sur le marché européen. Le marché du pneumatique pour véhicules de tourisme est confronté à de nombreuses difficultés, et cela sans même tenir compte de l’impact de la pandémie de Covid-19. Depuis plus d’une dizaine d’années, les volumes de ce marché restent stables (croissance annuelle moyenne < 1%) tandis que la concurrence de marques asiatiques à bas-coûts s’intensifie (leur part de marché est passée de 6% à 25% entre 2000 et 2018).

Ces tendances entraînent une pression sur les prix et une surcapacité de production sur le marché, en particulier sur le segment LRD (jantes à dimensions inférieures à 18 pouces de diamètre), affectant directement les résultats et la compétitivité de Bridgestone en Europe. Enfin, l’usine de Béthune est la moins performante parmi toutes les usines européennes de Bridgestone.

Au cours des dernières années, toutes les mesures engagées par Bridgestone visant à améliorer la performance industrielle de l’usine de Béthune n’ont pas permis de redresser la situation. Depuis plusieurs années, Bridgestone enregistre des pertes sur les pneus produits à Béthune et les dynamiques actuelles du marché ne laissent, en l’état, entrevoir aucune amélioration de la situation.

Laurent Dartoux, CEO et Président de Bridgestone EMIA, explique:

« La cessation d’activité de l’usine de Béthune est un projet que nous ne prenons pas à la légère. Malheureusement, il n’existe pas d’alternative qui nous permettrait de surmonter les difficultés auxquelles nous sommes confrontés en Europe. Cette étape est nécessaire pour pérenniser les activités de Bridgestone à long-terme »

Et il enchaîne et indique encore: :

« Nous sommes pleinement conscients des conséquences de cette annonce, notamment sur le quotidien des employés et de leurs familles. Ce projet n’est pas révélateur de l’engagement des employés, ni de leurs nombreuses années de travail à fournir des produits de grande qualité à nos clients. Il est la conséquence directe d’une évolution du marché à laquelle Bridgestone doit faire face. La priorité de Bridgestone sera de toute évidence de trouver des solutions équitables et adaptées à chacun d’entre eux, en proposant un accompagnement personnalisé et des solutions cohérentes avec leurs projets personnels et professionnels ».

Ce projet ne serait pas effectif avant le deuxième trimestre 2021. Bridgestone restera largement implanté sur le territoire français à travers sa filiale commerciale et son réseau de distribution qui représentent environ 3 500 salariés en France.

 

François LEROUX

Photos : BRIDGESTONE

 

Bridgestone Économie Equipementiers

About Author

gilles