LE GRAND PRIX CAMION SUR LE CIRCUIT D’ALBI MENACÉ ?

 

 

 

Et à nouveau sur la sellette … le circuit d’Albi !

 

En effet, d’une part la préfète vient de refuser l’autorisation de l’organisation du Grand Prix camions lequel était prévu et programmé les 19 et 20 septembre, et d’autre part au tribunal hier lundi 8 septembre une nouvelle affaire opposant la direction du circuit aux riverains – avec 47 nouveaux riverains parties civiles – et à la ville du Séquestre a été et pour la énième fois renvoyée.

Comme diraient les humoristes, il s’agit d’un renvoi de plus et ce dans une délicate affaire qui perdure et traîne depuis… 2015 !!!

 

CAMION 2019 ALBI – Photo :FRANCE ROUTES

EXPLICATION

 

Ce lundi 8 septembre 2020,  la société ‘DS Events’, qui est délégataire de la ville d’Albi pour gérer le circuit automobile du Séquestre, comparaissait pour  la bagatelle de   … 58 infractions, concernant des ‘émissions de bruits supérieures aux normes fixées par le Code de la santé publique’, lesquelles auraient été relevées, dans la période comprise entre le 28 mars et le 30 juin 2019.

A l’occasion de l’audience, qui devait initialement se tenir le 12 novembre 2019, Maitre De Caunes, l’avocat Toulousain représentant la société DS Events, avait soulevé une QPC (Question Prioritaire de Constitutionnalité)  et il avait de ce fait obtenu un premier renvoi.

Mais le 21 avril dernier, le tribunal rejetait cette QPC !

Ensuite ?

Entre l’apparition de la pandémie du Coronavirus COVID-19 et la grève des avocats, cette affaire avait été renvoyée au mardi 8 septembre 2020.

Mais nouveau coup de théâtre et souci car la présence des 47 riverains, les fameux ‘nouveaux plaignants’ déclarés parties civiles, et défendus par Maître Codognès, un avocat du barreau de Perpignan, change la situation et a donné des idées aux défenseurs de DS Events.

Maître De Caunes, explique :

« J’ai reçu vendredi dernier, soit quatre jours avant l’audience, ces nouvelles constitutions de partie civile. J’ai rapidement effectué un petit calcul. Elles réclament en tout 466 400€, une somme qui mérite d’être étudié ».

Et du coup, l’avocat a fort logiquement demandé et sollicité à nouveau un énième report.

Décision qui visiblement a déplu à Maître Le Foyer de Costil, l’avocat  lui, de l’association des riverains du circuit !

Selon nos sources locales, le procureur proposerait un ultime et dernier renvoi pour couper court à toute polémique…

Et la date retenue serait le 29 octobre 2020.

Pour ce qui le concerne, Grégor Raymondis, le directeur général du circuit d’Albi qui est exploité par l’ancien pilote, Didier Sirgue, reste sans voix après l’annonce de la préfète qu’il a apprise ce lundi 7 septembre :

« Elle nous confirme sa position défavorable au déroulement du Grand Prix camions des 19 et 20 septembre. On comprend qu’elle ne nous l’autorise pas. On va faire un recours pour lui demander de bien vouloir changer sa position. »

Et il ajoute encore et précise :

 « On n’a jamais imaginé qu’elle allait l’interdire. C’est naturellement une immense déception pour tous ceux qui se faisaient une joie de venir rouler à Albi ».

Les dirigeants  du circuit du Séquestre réfléchissent et avec le promoteur du Championnat de France Camion FFSA et dont le Grand Prix Camion d’Albi fait partie* Pierre Dubois de France Routes, ils se donnent jusqu’à la fin de la semaine pour étudier les voies juridiques possibles dans un délai bien restreint, avant de décider du maintien ou pas de ce Grand Prix Camion d’Albi  2020.

Pierre Dubois contacté  ce mercredi 9 septembre 2020, qui nous indique :

« Le week-end dernier avait lieu la 1ére manche du calendrier 2020 à Nogaro. Cet évènement s’est parfaitement déroulé, à tel point que le préfet du Gers avait autorisé la présence de 6500 spectateurs et ce alors que la norme gouvernementale est fixée a 5000.»

Et Pierre Dubois,  conclut :

« On pige franchement pas cette réaction à quelques jours de notre course. Et ce dans le mesure ou annuellement cet évènement est parallèlement à la course, également un véritable salon professionnel du transport à ciel ouvert et générateur d’emplois pour la région, dans un secteur sinistré pendant la crise, à tel point que pôle emploi se déplace et est l’un de nos exposants ! »

Pour ce qui le concerne, Grégor Raymondis, ajoute encore :

« On va se battre jusqu’au bout. On fera tout ce qu’on peut pour que le circuit continue. Le Grand Prix camions, c’est notre plus gros événement annuel au circuit. Le seul qui nous garantit un bilan financier positif ».

Ce qui est hallucinant et proprement scandaleux et inadmissible dans cette rocambolesque affaire et comme il y a plusieurs années, ce fut déjà le cas à Charade au-dessus de Clermont-Ferrand, c’est d’autoriser la vente de terrains adjacents et à bas prix, vu la proximité et du circuit mais aussi pour ce qui concerne Albi, de l’aéroport et ce pour y construire des maisons ‘à bon marché’ et de venir ensuite se plaindre du bruit…

Comme trop souvent, on marche sur la tête !!!

Et j’ajouterai pour avoir assisté à plusieurs Grands Prix Camions, outre Albi sur différents circuits, que ce type de compétitions, provoque beaucoup moins de bruits que n’importe quelles autres disciplines des sports mécaniques !

CQFD

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : France Routes

 

Camions Evenements Flash Info

About Author

gilles