LE PILOTE JAPONAIS AGURI SUZUKI FAIT PARTIE DES SOIXANTENAIRES!!!

.

 

 

Né à Tokyo le 8 septembre 1960 Aguri SUZUKI, l’ancien pilote  Japonais fête son 60ème anniversaire ce mardi. Soixante balais et loin d’avoir la retraite dans ses plans !


F1-AGURI-SUZUKI-©-Manfred-GIET

 

Il fait en effet partie de cette frange de pilotes qui sont passés par tous les stades de la compétition, évoluant du grade de pilote à celui de dirigeant et propriétaire de Team en F1.

Le Tokyote Aguri SUZUKI, a par ailleurs marqué le sport automobile de haut niveau en devenant en 1990 au GP du Japon à Suzuka, circuit où il termina 3ème, devenant ainsi … le tout premier pilote japonais a être monté sur un podium de F1.

Au même titre que ses concitoyens pilotes moto célèbres, Norifume ABE et Shinya NAKANO, Tokyo possèdait désormais en ses rangs d’authentiques sportifs de haut niveau en ce qui concerne les sports mécaniques au pays du Soleil-Levant.

 

PARCOURS CLASSIQUE

24-HEURES-du-MNS-1986-AGURI-SUZUKI-NISSAN-MARCH-R86V-©-Manfred-GIET

 

Sa carrière sur ‘’4 roues’’ a débuté dès l’âge de 12 ans en pleine scolarité et souvent en désaccord avec son père Masashi SUZUKI qui préférait le voir poursuivre des études que de s’adonner au plaisir du Karting, discipline où le jeune Aguri excellait au point de devenir Champion Nippon en 1978 et ce tout en continuant des études à la Saitana High School de Tokyo.

1979, le vit débuter en F3 pour y disputer le Championnat national, tout en continuant en parallèle à disputer des épreuves de Karting avec un second titre à la clé en 1981.

Vice-Champion du Japon en F3 sur une HAYASHI-TOYOTA en 1983, avant de se diriger vers les épreuves de voitures de Tourisme sur une NISSAN en 1985 et remporter le titre en 1986.

La même année et en véritable touche à tout qu’il était à l’époque, SUZUKI monta en puissance en débutant en F3000 Japonaise et en également en catégorie ‘’Voitures Sport’’ discipline dans laquelle il excella au Japon, ce qui lui permettra de participer pour la première fois aux 24 Heures du Mans 1986, au volant de l’une des NISSAN-MARCH R86V.

 

LA F1 … COMME CIBLE!

F1-AGURI-SUZUKI-avec-la-Larrousse-©-Manfred-GIET-

 

Même si les résultats se faisaient attendre, le talent et son comportement exemplaire y étaient, ce qui lui vaudra de se faire remarquer par des directeurs d’écuries de F1 qui rapidement prirent contact avec lui en 1987, dont Emanuele PIRRO qui avec le groupe Japonais MIDDLEBRIDGE GROUP LTD et TRUSSARDI avaient le projet de créer un nouveau Team en engageant une ancienne BENETTON B186 de 1986 dès le GP d’Italie. avec PIRRO comme pilote et avec Aguri SUZUKI pour la suite de la saison grâce à l’appui de ses sponsors Japonais, le tout sous la direction de l’ancien propriétaire du Team RAM RACING, le Britannique John Mc DONALD.

Un montage qui restera finalement au stade de projet puisque la FIA refusa l’engagement de ce nouveau Team pour non-respect de la procédure légale.

Un an plus tard, Aguri resta en attente d’un volant qui le vit patienter jusqu’à son GP national à Suzuka, sur une LARROUSE-CALMELS, monoplave équipée d’un châssis LOLA peu réussit et qui ne permit jamais aux…  quatre pilotes qui se relayèrent à son volant, de faire malheureusement mieux que de la figuration!

 

F1-AGURI-SUZUKI-Team-Zakspeed-en-1989-©-Manfred-GIET

 

1989 fut encore pire après avoir été placé chez ZAKSPEED RACING par le motoriste Nippon YAMAHA, un ensemble calamiteux qui ne lui permettra jamais de sortir du stade des pré-qualifications, Gilles Gaignault me rappelant que le peloton F1 comptant plus de 26 monoplaces -parfois jusqu’à 40 – d’ou ces essais organisés parfois très tôt le vendredi matin des 7 heures pour les ‘ sans grades’ !!!

Retour chez ESPO-LARROUSSE en 1990 mais cette fois sur un châssis LOLA mieux abouti et propulsé par un V12 LAMBORGHINI sur lequel il se sentit nettement mieux à l’aise au point de monter sur la troisième marche du podium à la maison lors du GP du Japon à Suzuka après deux sixièmes rangs aux GP d’Angleterre et d’Espagne.

En 1991, le TEAM LARROUSSE équipé du moteur FORD COSWORTH cette fois retombait dans les mêmes travers qu’en 1988 avec comme conséquence que malgré sa mentalité exemplaire et sa détermination Aguri SUZUKI se contentera d’un minable petit point acquit grâce à une sixième place au GP d’ouverture de la saison, aux USA.

 


F1 Aguri SUZUKI GP BRESIL 1993 Footwork-Arrows-© Manfred GIET-.

 

 

Toujours avec F1 comme objectif en plus de disputer en parallèle des épreuves d’endurance en sport-protos sur des TOYOTA ou NISSAN et un ‘’one-shot’’ pour Mercedes, il signe un nouveau contrat pour 1992 et 1993 chez FOOTWORK-ARROWS cette fois équipé du moteur MUGEN-HONDA.

Malheureusement cette équipe aux mains d’un consortium Japonais fut victime de la récession économique au Japon en plus d’être impliqué dans le tourbillon d’un scandale politico-financier.

 


24-Heures-du-Mans-1990-AGURI-SUZUKI-©-Manfred-GIET

 

Résultat des courses … le brave Aguri avait une fois de plus misé sur le mauvais cheval !

En 1994, alors qu’il se retrouve sans volant en F1, il saute dans la brèche pour remplacer IRVINE au GP PACIFIC à Aïda au Japon mais ne rejoint pas l’arrivée suite à une sortie de piste.

 


F1-1995-  AGURI-SUZUKI à Hockenheim avec la LIGIER©-Manfred-GIET-

 

1995 verra sa dernière tentative dans la catégorie reine après avoir été enrôlé chez LIGIER équipé du moteur MUGEN-HONDA,  motoriste auprès duquel il était bien noté, mais où il devra cependant partager le volant en alternance avec Martin BRUNDLE aux côtés du pilote N° 1, le Français Olivier PANIS et avec un maigre bilan de 1 point récolté en 6 GP.

Après un accident sérieux lors des essais du GP du Japon à Suzuka la même année, il décida alors de tourner définitivement la page en F1, du moins comme pilote.

PROPRIÉTAIRE DE SA PROPRE ÉCURIE DE F1 EN 2003


F1-TAKUMA-SATO-Super-Aguri-©-Manfred-GIET-

 

Déterminé comme il l’a toujours été, il n’abandonne cependant pas son sport favori, la compétition automobile et ce en restant acteur régulier du Championnat Japonais GT sur une HONDA NSX, avant de passer de l’autre côté de la barrière, en créant sa propre structure GT avec HONDA et qui permettra à quelques talents nippons de s’éclorent.

Et, en 2003, associé au Mexicain Adrian FERNANDEZ, il crée sa propre équipe dénommée SUPER AGURI HERNANDEZ en Champinnat des monoplaces US de l’RL INDYCAR, avec comme pilote, l’espoir Japonais Kosuke MATSUURA qui enregistrera quelques belles performances sans toutefois pouvoir bousculer la hiérarchie Américaine!

Avec toujours comme principe le proverbe Japonais ’’on apprend peu par la victoire mais beaucoup par la défaite’’, Aguri SUZUKI se lancera comme constructeur en F1, à partir de 2006 et avec le soutien de HONDA, d’abord avec une ancienne ARROWS A23 avant de récupérer des châssis HONDA RA 106, recrutant des pilotes en devenir, tels SATO et IDE, avant de renoncer faute de moyens financiers en 2008.

Par la suite, il fera aussi une tentative avec sa propre structure en FORMULE-e sous l’appellation TEAM AGURI FORMULA-E entre 2014 et 2016 avec une victoire à Buenos Aires acquise en 2015, grâce au Portugais Antonio Félix DA COSTA –  Le Champion 2020 – mais faute de pouvoir ‘’électrocuter’’ la scène par la suite, il retira là-aussi la prise en 2016!!!

A défaut de grands succès, il aura égayé les paddocks de son toujours large sourire. Connaissant sa ténacité et sa détermination dont il a fait preuve durant 33 années de présence sur les circuits, qui sait… peut-être se relancera-t-il à l’avenir dans un nouveau projet.

Avec lui en effet rien n’est exclu !

En attendant Happy Birthday Aguri !

 

Manfred GIET

Photos : Publiracing Agency

 

About Author

gilles