CHUTE DU MARCHÈ AUTOMOBILE FRANÇAIS EN AOÛT 2020

 

 

 

 

Le marché automobile neuf à nouveau dans le rouge en aout !

Après les primes, retour de la déprime sur le neuf

 

Le marché automobile neuf (véhicules particuliers) a reculé de 19,85% en août à jours ouvrés équivalent (21 jours) par rapport à l’année 2019, avec 103 635 immatriculations!

L’épuisement de l’enveloppe des 200.000 primes à la conversion des véhicules anciens venues soutenir la demande en juin (+1,2%) et juillet (+3,9%) explique en large partie le retournement du marché.

Certaines commandes primées enregistrées ces dernières semaines étaient encore livrées en août, c’est pourquoi la baisse reste mesurée pour la demande des ménages (-7,02%) et des sociétés (-4,51%).

En revanche, les canaux tactiques (véhicules de démonstration et loueurs courtes durée) qui avaient profité en août 2019 d’opportuns et de massifs déstockages avant un changement de normes sur les émissions de polluants (WLTP) se sont effondrés.

Après le rebond de juillet destiné à voiturer les touristes aoûtiens, le marché de la location courte durée s’effondre à nouveau de -53,09% en août.

Au cumul sur 8 mois, le marché automobile neuf avec 998.413 immatriculations, a abandonné près d’un tiers de sa substance avec un recul de – 32% (469.550 voitures).

En tablant avec un certain volontarisme sur des effets positifs du plan de relance économique qui sera précisé le 3 septembre prochain et l’action commerciale des constructeurs et des distributeurs en fin d’année, il est prévu néanmoins une perte « limitée » à 24% et 1,68 millions d’immatriculations pour l’ensemble de l’année 2020.

1.239 .314 véhicules légers neufs (voitures particulières et véhicules utilitaires légers de moins de 5,1 tonnes) ont été immatriculés au cours des huit premiers mois de 2020, soit une baisse de 30,69%.

Prime au VO

À contre temps du neuf, le marché de l’occasion a gagné 15,6% en août ! Il est vrai que le mois d’août avait été anormalement faible l’an passé en raison des déstockages tactiques de VN.

Néanmoins face aux risques et à l’incertitude économique, les clientèles rationalisent leurs achats et s’orientent plus volontiers vers l’occasion qui au cumul sur 8 mois ne régresse que de 10%.

Nul doute que l’avantage VO se maintiendra ces prochains mois !

 

François LEROUX

Photo : Gilles VITRY

 

Économie

About Author

gilles