IL Y A 40 ANS CE 12 AOÛT, PATRICK PONS NOUS QUITTAIT… 40 ANS DÉJÀ !

 

 

 

Aujourd’hui mercredi 12 août 2020, il y a… quarante ans et quelques jours après Patrick Depailler (1er août), que notre ami Patrick Pons nous quittait, lui aussi emporté par sa passion…

 

Patrick Pons était un pilote moto français, né le 24 décembre 1952 à Paris et décédé le mardi 12 août 1980, à 22 heures, à l’hôpital de Northampton, des suites de son  accident survenu deux jours auparavant, le dimanche 10 août 1980, lors du Grand Prix d’Angleterre, disputé sur le Circuit de Silverstone.

Patrick restera à jamais dans l’histoire comme le tout ‘’Premier Français’’ Champion du Monde dans un sport mécanique !

Ce qui n’est pas un mince exploit…

Patrick Pons, un nom que de nombreux motards n’ont évidemment pas oublié.

Effectivement pour la première fois dans l’histoire des sports mécaniques, un Français, Patrick Pons, devient Champion du Monde, en remportant le 30 septembre 1979, le Championnat de Vitesse Moto 750cc, lors du GP. de Yougoslavie où il se classe troisième dans les deux manches.

Épreuve des 750 cc ou il côtoie les pilotes les plus réputés de l’époque et qui ont noms Giacomo Agostini, Victor Palomo, Kenny Roberts, Barry Sheene, Johnny Cecotto, Michel Frutschi, Graziano Rossi (le père de Valentino), sans oublier ses compatriotes Michel Rougerie, Christian Estrosi (actuel Maire de Nice… et ancien Ministre de l’Industrie), Marc Fontan et Raymond Roche.

Lesquels participent à ce Championnat baptisé « Formule 750 » par la FIM. (Fédération Internationale de Moto) et qui même s’il se dispute en dehors des Grands Prix (50cc-125cc-250cc- 350cc -500cc et side cars) a bien le label d’un vrai Championnat du Monde.

Les courses se déroulent en deux manches. En 1978, l’année précédente, le titre est revenu au Vénézuélien Johnny Cecotto. Immense pilote couronné également Champion du Monde en GP., dans la catégorie des 350cc, en 1975.

En 1979, au terme d’une fantastique saison, Patrick Pons est finalement couronné totalisant 154 points contre 132 à son dauphin, le Suisse Michel Frutschi et 126 au Vénézuélien Johnny Cecotto, le tenant du titre.

Patrick est né le 24 décembre 1952 dans une famille aisée et derrière cette façade de petit bourgeois se cachait un sportif complet.

Patrick aurait en effet tout aussi bien pu devenir Champion de Ski, mais c’est réellement la Moto qu’il choisit afin d’exprimer son fabuleux esprit de compétition.

En effet si dans la vie de tous les jours, Patrick se révélait être le garçon le plus doux et le plus charmant du paddock, dès qu’il enfilait son casque et son célèbre cuir ‘’Bleu de France’’, Patrick devenait alors un redoutable compétiteur.

C’est à Montlhéry en 1971 que Patrick va remporter sa première victoire… Par la suite, il gagne en 1972, la très réputée – à l’époque – Coupe Kawasaki, le tremplin indispensable qui mène vers la compétition internationale au plus haut niveau, autrement dit les Grands Prix.

Repéré par ‘JCO.’ alias Jean Claude Olivier, le tout jeune mais  ‘oh’ combien dynamique Patron de Sonauto-Yamaha, Patrick est recruté.

En 1973, pour sa première apparition à l’occasion du Grand Prix de France sur le Circuit Paul Ricard, Patrick finit neuvième en 250, la victoire revenant au Finlandais, Jarno Saarinen.

Puis,
il se classe sixième au GP. de Belgique à Spa et quatrième à Brno en Tchécoslovaquie. Pour sa première saison de GP., il termine 11ème du Championnat du Monde 250cc. Dans la catégorie des 350cm3, il finit 13ème du Championnat, avec notamment un premier podium mondial lors du GP. d’Espagne couru à Jarama, où il se classe troisième.

 

PATRICK PONS sacré CHAMPION DU MONDE en 1979 et victorieux en mars 1980 des 200 Miles de DAYTONA

À 21 ans, UNE ÉTOILE ÉTAIT NÉE !

En 1974, ses performances s’améliorent. Il s’offre deux troisièmes places et une deuxième et termine du coup troisième du Championnat en 250cc. Le titre revenant à l’italien  Walter Villa sur Aermachi-Harley Davidson. Curieusement, il finit également troisième en 350cc, catégorie qui couronne le ‘’Roi‘’ Giacomo Agostini.

En 1975, outre les GP., avec son écurie le Team Sonauto Yamaha que dirige Jean Claude Olivier, il est décidé d’ajouter une nouvelle catégorie : le tout nouveau Trophée FIM. 750. Lequel sera en fin de Saison remporté par l’Anglais Barry Sheene.

Patrick finit cinquième du Championnat en 250cc et 350cc. En 750cc, il remporte deux victoires en Belgique et en Allemagne. Résultats qui lui permettent de se classer troisième au Classement final de la catégorie.

En 1976, 1977 et 1978, Patrick s’aligne toujours dans les trois catégories.

 

CHAMPION DU MONDE… LE 1 er FRANÇAIS EN SPORT MÉCANIQUE

 

Mais, il lui faudra attendre 1979 pour connaitre enfin la consécration suprême, en 750cc. Dix courses de deux manches figurent au calendrier :

Italie (Mugello) – Grande Bretagne (Brands Hatch) – France (Nogaro) – Suisse (Paul Ricard) – Autriche (Salzbourg)– Canada (Mosport ) – USA (Laguna Seca) -Hollande (Assen) – Allemagne (Hockenheim) et enfin Yougoslavie (Rijeka)

On l’a dit, en septembre de cette année-là, Patrick remporte le titre de Champion du Monde 750 cm3. Après avoir gagné trois Grands Prix (France, Canada, Allemagne)

Tout auréolé de ce titre mondial, Patrick débarque début mars 1980 en Floride pour disputer pour la septième fois, ce qui était alors considéré chaque printemps, comme ‘L’événement’ de l’année :

Les très prestigieuses 200 Miles de Daytona.

Et le Champion du Monde Patrick Pons, y signe un suprême exploit en ce 1er mars 1980 !

En effet, le pilote Sonauto Yamaha remporte l’épreuve, s’offrant le luxe s’il en est de taper chez eux, les redoutables pilotes américains Roberts-Aksland-Nixon-McLaughlin-Aldana chez eux à Daytona.

Sans oublier tous les autres ténors, les Agostini, Cecotto, Duhamel, Lansivuori, Baker et autres Victor Palomo !

En remportant cette course mythique et légendaire, Pons devient ainsi le troisième pilote Européen à réaliser cette fabuleuse performance.

Auparavant et avant lui, seuls Giacomo Agostini et Jarno Saarinen, y étaient parvenus !

C’est dire la portée de son exploit auquel nous avions alors assisté, ivre de bonheur.

Revenu en Europe, Patrick s’aligne dans les Grands Prix mais cette fois en 500cc.

Le samedi 6 avril, il assiste à l’accident mortel de son ami, Olivier Chevalier. Lequel vient de se tuer dans les ‘Esses de la Verrerie’, lors de l’épreuve des 250 cc du ‘’Moto Journal 200’’ disputé sur le Circuit Provençal du Paul Ricard.

… Le 10 août 1980, se déroule le Grand Prix d’Angleterre sur le circuit de Silverstone.

Patrick chute dans Bekett’s, un grand virage qui se prend à 240 Km/h. Hélas, il est malheureusement heurté par son ami, Michel Rougerie.

Transporté inconscient vers l’hôpital de Northampton, il est officiellement déclaré mort deux jours plus tard, le mardi 12 août 1980, à 22 heures.

Celui que le monde des sports mécaniques nommait ‘’ Le petit Prince de la Moto ‘’  n’ayant pas survécu à ses blessures.

Le lundi suivant, il y a une foule considérable pour l’accompagner lors de ses funérailles dans le petit village normand de Poses, près du Vaudreuil, à côté de Rouen.

Dans l’assistance figurent Jacques Laffite et Jean Pierre Jabouille, les deux pilotes de F1. Lesquels viennent de s’illustrer et de remporter et le GP. d’Allemagne à Hockenheim (le 10 août – jour du drame qui a coûté la vie à Patrick) pour le pilote Ligier et celui d’Autriche à Zeltweg, la veille 17 août, pour le pilote Renault. Nous étions rentrés d’Autriche tôt le lundi matin, avec le Jet affrété par ELF !

Une présence remarquée des Champions F1, qui venait en reconnaissance de son immense exploit, saluer la mémoire du premier Français, sacré Champion du Monde, en sports mécaniques

Les années ont passées et chaque 12 août, nous pensons à toi, Patrick.

TOI qui en ce 30 septembre 1979 à Rijeka en Yougoslavie, nous avait fait RÊVER, en devenant notre Champion du Monde.

Le tout premier de la merveilleuse aventure des Sports Mécaniques Français.

Tu as ouvert la voie Royale…

Allaient suivre des titres à la pelle en Moto dans toutes les disciplines (Vitesse – Cross – enduro) et aussi en Sport Automobile (F1- F3000-Endurance-Rallyes-Rallyes Raid)

Les années ont passées. Les mois défilent. Les jours se suivent !

Mais on ne t’oublie pas.

RIP… Pat

 

Gilles GAIGNAULT

Photos : François BEAU-Stan PÉREC-Team SONAUTO-SEITA

 

About Author

gilles