LE SYSTÈME DES ÉLECTIONS DES FÉDÉRATIONS SELON GUIMARD EST DIGNE DE CEAUCESCU !

 

 

Et ce n’est pas n’importe qui…          qui le  proclame… !

 

C’est tout simplement une personnalité de premier plan qui s’épanche dans les colonnes de L’Équipe, Cyrille Guimard, lequel conteste pour la Fédération Française de Cyclisme et comme le fait actuellement Bernard Darniche pour celle du Sport Automobile, l’actuel système électoral en vigueur pour désigner le Président d’une Fédération sportive !

Celui qui dirigea toute une génération de brillants coureurs – Bernard Hinault – Laurent Fignon – Greg Lemond – Lucien Van Impe – Marc Madiot – Jean René Bernaudeau entre autres – victorieux des plus grandes épreuves (Tour de France -d’Espagne -d’Italie- Paris Roubaix), confie :

 « Callot a été élu avec 97 % des voix ! Vous appelez ça de la Démocracie ? On se croirait en Roumanie à l’époque de Ceausescu. Ce n’est plus même un plébiscite mais un aveu d’échec démocratique. Comment est-ce possible ? Pourquoi les Licenciés ne peuvent-ils élire directement leur Président ? On se croirait encore sous la Troisième République avec les tristement fameux arrangements entre Partis. Car c’est bien de cela qu’il s’agit. Tout est ficelé en liaison avec les Comités. Il n’y a aucune place pour l’opposition et encore moins pour la contestation. Nous allons d’ailleurs en parler avec le Défenseur des Droits. Cette atteinte à la démocratie ne peut plus durer.»

Et Cyrille précise encore :

« L’heure est grave. Très grave même. Et du côté de la FFC. on ne veut rien entendre, rien changer, rien faire d’autre que de continuer vers le mur ».

Curieusement c’est exactement ce que clame l’ancien brillant Rallyman Bernard Darniche, victorieux notamment du redoutable et redouté Tour de Corse, la manche Française du Championnat du Monde des Rallyes.

Lequel vient d’ailleurs d’adresser une lettre ouverte au Premier Ministre que nous publions.

 

Gilles  GAIGNAULT

 

Bernard Darniche

LETTRE OUVERTE DE BERNARD DARNICHE
À MONSIEUR LE PREMIER MINISTRE.

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

C‘est en tant que Pilote Automobile ayant représenté la France dans de nombreuses épreuves de Championnats du Monde et internationaux, et au nom du collectif  “Pour une nouvelle Fédération Française du Sport Automobile‘, regroupant pilotes, partenaires, officiels, organisateurs, circuits, bénévoles ainsi que l‘immense majorité des licenciés, que je m‘adresse aujourd‘hui à vous.

La France est une grande nation sportive dont le rayonnement mondial a marqué de nombreuses disciplines qui ont porté nos champions et nos équipes nationales sur les plus hautes marches des podiums du monde entier. Elle a relancé les Jeux Olympiques de l‘ère moderne, et s‘apprête à les recevoir à nouveau dans quatre ans. Comme vous le savez, les années olympiques sont des années électorales pour les fédérations sportives nationales, et celles de cette année revêtent un caractère tout à fait particulier puisque les équipes dirigeantes qui sortiront des urnes seront celles qui mèneront nos sportifs à ces prochains jeux. Mais ces élections vont également être particulières car perturbées par l‘épidémie de Covid 19 qui modifie les programmes électoraux habituels.

Par son communiqué du 20 avril, le Ministère des Sports a en conséquence annoncé le report de quatre mois de la clôture des scrutins fédéraux au 30 avril 2021, “ dans un contexte de crise sanitaire qui rend difficile la tenue des élections lors d‘une Assemblée Générale élective avant le 31 décembre 2020“ . Cette mesure est à la fois destinée à protéger les licenciés et leur entourage, mais aussi, dans ce contexte particulier, à accorder le temps nécessaire à un débat démocratique au sein de ces instances, plus important que jamais dans la mesure où les projecteurs du monde entier seront braqués sur notre pays en 2024. Mais ce qui vaut pour les fédérations olympiques vaut également pour les fédérations non olympiques, qui véhiculent les mêmes valeurs sportives et d‘éducation, et font aussi résonner La Marseillaise sur les podiums du monde entier.

J‘ai donc l‘honneur de m‘adresser à vous pour vous demander d‘assurer les meilleures conditions électorales au moment où de nombreux nouveaux foyers d‘épidémie sont découverts chaque jour en France et où de nombreuses régions du monde se reconfinent. Il me semble important que le monde sportif soit particulièrement exemplaire dans ces circonstances, ce qui revient, dans l‘esprit du communiqué du Ministère des Sports, à ne pas autoriser la tenue d‘Assemblées Générales électives avant le 1er janvier 2021, répondant ainsi également aux difficultés d‘une communication indispensable à un débat essentiel sur les choix sportifs engageant notre pays pour les 4 ans à venir.

Or il se trouve qu‘en ce qui concerne la Fédération Française du Sport Automobile, son Président actuel, M. Nicolas Deschaux, a convoqué une Assemblée Générale pour le 29 juillet, passant outre aux directives du Ministère, le tout pour préparer dans la plus grande précipitation sa réélection, déjà organisée il y a 4 ans dès le lendemain de la clôture des Jeux Olympiques de Rio. Cette convocation précise qu‘il ne sera pas possible de respecter la distanciation sociale lors de la réunion. Il est inconcevable qu‘une fédération sportive puisse ainsi bafouer les mesures de protection sanitaire martelées à longueur de journée par les autorités et les élus au moment où elles se voient de surcroît renforcées, mettant ainsi en danger la vie de nos concitoyens. Ce ne sont pas les valeurs que le sport doit véhiculer, ce n‘est pas l‘exemplarité qu‘une fédération doit à ses licenciés, en particulier les plus jeunes. J‘ai donc l‘honneur de vous demander de faire cesser ces pratiques dangereuses, qui, en ce qui concerne la FFSA., n‘ont d‘autre but que d‘assurer au plus vite la réélection de la poignée de personnes déjà en place.

Cette manœuvre est en effet avant tout destinée à protéger l‘opacité totale dans laquelle la Fédération gère le Sport Automobile depuis de nombreuses années. Les changements incessants des statuts ayant muselé toute forme d‘opposition, une enquête approfondie a dû être menée par “AutoNewsInfo“, premier média consacré au Sport Automobile en France, qui en a publié les conclusions semaine après semaine sur son Site. Devant la montée de l‘indignation générale relayée par l‘immense majorité des licenciés et les plusieurs centaines de milliers de soutiens sur les réseaux sociaux, le ‘Canard Enchaîné’ a diligenté sa propre enquête, dont il publie les résultats dans son édition du 15 juillet sous le titre “ Des bâtons dans les roues du Sport Auto“. Ces conclusions rejoignent celles d‘AutoNewsInfo“ et sont accablantes: un bilan désastreux, marqué par la perte des épreuves internationales où la France a tant brillé, disparition inexpliquée de son épreuve phare, le Grand Prix de France de Formule 1 pendant 10 ans, dont le retour est dû à la région PACA. et non à la Fédération, perte de l‘emblématique Tour de Corse, désintérêt total des Constructeurs français pour les Championnats nationaux, départ pour les Championnats étrangers de bon nombre de pilotes de Karting, la liste est malheureusement très longue. Mais sans doute n‘est-ce là que l‘arbre qui cache la forêt : dans un mépris total des licenciés, les quarante membres de l‘Assemblée Générale, sensés représenter 56.000 licenciés (!), s‘apprêtent à réélire… les quarante membres du Comité Directeur de la Fédération, c‘est à dire pour la plupart, eux-mêmes, et ce dans l‘unique but de préserver l‘opacité et les secrets de la gouvernance fédérale. D‘importants transferts de fonds évalués à plusieurs millions d‘euros vers un paradis fiscal, l‘Île Maurice, ont ainsi été découverts, Île Maurice où s‘est retiré après sa démission surprise le précédent Président, Jacques Régis, concomitamment à l‘un de ces transferts survenu lors de la disparition du Grand Prix de France, non sans avoir mis en place son successeur, le Président actuel Nicolas Deschaux. Pendant de nombreuses années la FFSA. a ensuite continué à verser des sommes de l‘ordre de 200.000 euros annuels vers deux sociétés off-shore de ce paradis fiscal sans aucune justification apparente, sans aucune explication, et sans aucune réponse aux questions pourtant légitimes des licenciés, se réfugiant derrière une opportune clause de confidentialité. Elle a aussi par exemple décentralisé nombre de ses services à Nîmes, dans des locaux appartenant à une SCI. dont la Gérante n‘est autre que l‘épouse de Jacques Régis. Et bien entendu la liste des dysfonctionnements ne s‘arrête pas là, les enquêtes des médias en révèlent malheureusement bien d‘autres.

Les Licenciés ont le droit de savoir comment est gérée leur Fédération. Ils attendent des réponses concrètes à leurs légitimes questions. S‘agissant aussi d‘argent public, les contribuables ont droit aux mêmes égards. C‘est pourquoi, en cette période qui déterminera les orientations du sport français pour les quatre prochaines années, j‘ai l‘honneur de vous demander de diligenter dans les meilleurs délais une enquête de l‘Inspection Générale de l‘Éducation, du Sport et de la Recherche sur la gouvernance de la Fédération Française du Sport Automobile suite à ces graves dysfonctionnements maintenant révélés au grand jour. Au nom du collectif  “Pour une nouvelle FFSA“ et de tous ses soutiens, je vous en remercie à l‘avance.

Veuillez agréer, Monsieur le Premier Ministre, l‘expression de mes plus sportives salutations.

 

Bernard DARNICHE

Photos : AutoNewsInfo et DR

 

Evenements FFSA Flash Info

About Author

gilles